5° montée historique du Maquisard : Vandewauwer vainqueur au décompte

Eddy Coppée    2010-08-26 22:18:13   



Sur les 2340 mètres , le revêtement rendu piégeux allait timorer les plus courageux, afin de ne pas abîmer le matériel voire pire .

La matinée sous la grisaille permettait aux pilotes de se familiariser avec cette naturelle ascension. Sous la conduite de Georges Chalsèche et de son éternelle 203 , les voitures allaient défiler sans discontinuer. Nous avons relevé quelques exemplaires rares, telle la Vauxhall magnum de Benoît Galle, une bien belle voiture qu’on espère revoir ,

l’ Aston Martin grand prix 1925 , de Robert Eeben qui emmènera le temps d’une montée un Jean-Pierre Vauwer admiratif de la voiture et de son pilote.

La corvette 1959, a conquis les amateurs de belles américaines, tandis que les Hilman , Ford Anglia, les Escort et les nombreuses M3 ont permis aux pilotes d’un jour de montrer leur savoir faire.
Véritable Renault 8 Gordini de Vincent Delhasse, avait même gardé son autocollant « turbo » d’époque.

Kevers et Vande ex-æquo !

Inaugurée la superfinale et la montée en or devaient être les points d’orgue de cette journée mais au cumul, ce n’est pas le chrono, qui va attribuer la première marche du podium.

Après deux montées sous la pluie, Jean-Pierre Van de Wauwer sur la Lancia Beta Monte-Carlo qu’il aligne habituellement en rally Legend et Tony Kevers sur une VW Golf Gti, qui a écumé longtemps les podium en touring cup à Zolder n’ont pu être départagé 1’33’’24. C’est finalement la Lancia qui pour 9 années se verra attribuer la première place.

Auteur du troisième meilleur temps absolu, Bernard Cornet sur sa cox 2,4L, malgré une commande de boîte brisée se retrouvait hors classement. Tout profit pour Bernard Lamy , qui a su garder sur la route les 200 cv d’une Volvo 121 survitaminée .
« Un exercice difficile car la route est piégeuse et les changements d’adhérence importants. Je viens de terminer ce moteur, il est plus puissant encore, mais je crois qu’on peut difficilement faire mieux avec un bloc et une culasse d’origine. »


Delhez excellent sur une Escort qu’il connaît par cœur et Lausberg sur Kadett viennent.
Vanderstraeten aussi s’est bien amusé, sur une Mustang qui sort de carrosserie, il s’est régalé. Seul bémol, une monte pneumatique pas à la hauteur , mais pour la glisse, Raphael s’est bien amusé.

Satisfaction de Daniel Reuter , il troquait le temps d’une journée la Porsche 914/6 pour l’ alpine GR4 d’Hervé Dykmans, de Garage Passion.
A l’applaudimètre c’est Michel Querinjean sur Opel Manta qui devançait Sébastien Gillis sur BMW 325i.
L’Escort a trouvé un nouveau roi en la personne d’OIivier Querinjean, il devance Emmanuel Beckers et Johnny Delhez.

Satisfaction générale avec Robert Vandevorst heureux , du plateau tant en qualité qu’en quantité. Un peu victime de son succès, il envisage un week - end complet pour cette épreuve. La seule invitée surprise qu’il compte exclure est dame la pluie, mais il reste à toute l’écurie Ardennes un an pour voir ….

EDDY COPPEE

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.