ANTWERPEN - MIDDLEKERKE - ANTWERPEN.

Daniel Pigeolet    2004-06-23 00:00:00   

Dans le baquet de droite ...


Coucou, me revoilà, après 2 mois et demi d’absence, pour vous conter nos aventures au rallye de régularité Antwerpen-Middelkerke-Antwerpen, les 5 et 6 juin. Etant resté sur un échec en 2003 (panne avec Christian Boileau sur Daf Marathon), je voulais voir combien était difficile ce rallye, qui en avait dérouté plus d’un l’an dernier. Jugez-en, le 1er avait 10.000 points de pénalité.

Mon pilote 2004, Eric Mossoux, étant indisponible, Jean-Philippe Epis roulant avec Michael Demortier, Jean Pol Hontoir toujours blessé, je ferai équipe avec le Président de notre nouveau club, le Namur Oldtimers Racing Team (NORT), Thierry Demortier sur Saab 96 2 temps. Je m’en réjouissais déjà à l’avance. Mais, je n’aurai été engagé qu’un jour avec Thierry, Michael est en voyage en Egypte et Thierry, bien sportivement laisse sa place à Jean-Philippe. Donc, je roulerai sur Fiat 128 Coupé. Ca va, vous vous y retrouvez ? Pourquoi tout ce blabla ? Pour vous montrer que ce n’est pas toujours facile d’arranger les "bidons".

L’affaire réglée, les péripéties d’avant rallye, n’étaient pourtant pas terminées, puisque la 128 était toujours sur chandelles en attente d’un nouveau moteur. Ce n’est que le mercredi 2, que nous pourrons essayer la voiture pendant quelques kilomètres, avant qu"elle ne retourne à la finition. Vendredi 4 après-midi, les 2 Cinaciens, que nous sommes, partent pour Antwerpen, avec arrêt à Namur chez Thierry Demortier, le préparateur, pour refixer le pot d’échappement. Sur le chemin, nous pouvons constater que le moteur, en rodage, va très bien (120 cv).

En route vers l’E411 et Bruxelles, et après 10 km, à la bretelle Eghezée, brusquement, de la fumée entre dans l’habitacle, par le frein à main. Jean-Philippe arrête aussitôt le moteur et nous nous rangeons sur la bande des pneus crevés pour constater l’ampleur des dégâts : une durite du radiateur d’huile s’est défaite et bien entendu, toute l’huile moteur s’est barrée sur la route. Pas bon tout ça !!! Téléphone à Thierry qui nous ramène à son atelier en camion-plateau. Le sertissage est bien défectueux, l’accessoiriste a mal fait son travail, la nippe est détachée. Thierry court-circuite la radiateur d’huile, remet un manchon pour le filtre à huile, refait le plein d’huile et avec anxiété, Jean-Phil relance le moulin qui ...tourne comme une horloge suisse. Ouf...il et nous avons eu chaud.

En faisant le tour de la voiture, je remarque que la barre stabilisatrice est cassée. Pourquoi ? Mystère !!! Il faut l’enlever. Gare à la tenue de route. Jean-Phil est démotivé et parle de ne plus partir. Il faut aussi lui regonfler le moral.

Enfin vers 19h00, nous quittons Belgrade vers Antwerpen. Le voyage se déroulera sans encombre, le contrôle technique effectué sans ennuis, puis manger et dodo, car nous avons eu pas mal d’émotions. Il est déjà 23h30 et le week-end risque d’être dur.

Vous voyez qu’avant le départ d’un rallye, il peut déjà se passer beaucoup de choses qui mettent nos nerfs et notre motivation à rude épreuve. Comment allait se comporter la voiture en tenue de route, le moteur allait-il tenir le coup ? Selon la méthode Cauet, il faut positiver. Les ennuis, c’est pour avant et pas pendant.

Au programme du week-end, Antwerpen-Middlekerke-Antwerpen en 2 jours, avec logement à Middlekerke. 420 km le samedi et 350 km le dimanche.

Samedi 5.

6h00 debout. 7h00 nous sommes au Steen, le long de l’Escaut. Il fait froid et nuageux. 7h30, briefing qui nous met en garde : autorisations de passage annulées en dernière minute, contrôles radar intransigeants, parcours neutralisés et attention aux cyclistes et aux piétons. Ouf !!! Sommes-nous en guerre ? Vite au petit-déjeuner, car départ dans 20’ à 08h14... puisque nous avons le n° 14.

Une liste des participants n’étant pas disponible, je pense que nous sommes 21 en catégorie Classic (experts et classics mélangés) et une vingtaine aussi en Touring.
En route vers Middelkerke via les 2 Flandres. Comme j’ai donné mon road-book à l’arrivée du rallye, je ne sais plus par où nous sommes passés. Le parcours est beau, mais un peu trop de villages et de petites villes qui seront visitées à des moyennes horaires assez faibles (sécurité !). Fléchés métrés et cartes tracées au 1/25.000è et au 1/50.000è donnent du fil à retordre aux co-pilotes. En effet, les cartes sont anciennes et les échelles sont modifiées par les photocopies.

Autre et grosse difficulté : les panneaux de contrôle de passage (CP) sont petits et CACHES dans les hautes herbes. Cela devient du jeu de piste : nous sommes partis pour 700 km avec le nez dans les accotements.

Au 1er régularity test (RT) à 42 km/h, le tracé est déjà retouché, suite aux refus des communes traversées. La modification du road-book ne mentionne plus d’ RT ? Que faire ? Nous questionnons le contrôleur du contrôle horaire (CH) en flamand s.v.p. Il n’en sait pas plus que nous. Nous faisons notre self-start à l’heure prévue et décidons de rouler à notre main. On ne sait jamais. Après quelques km, nous rattrapons l’équipage chevronné Delhez-Vandevorst sur Ford Escort Twin Cam MK1. Je prends alors la décision de suivre scrupuleusement mes tables de moyenne. Nous serons chronométrés (ouf !!!) et notre temps est très bon, 2" de retard, soit 2 points de pénalité. D’autant plus, qu’aucun étalonnage n’a été prévu au départ.

Finalement, cet RT sera annulé, sans aucune explication. Pourquoi ? Mais nous sommes en droit de déjà nous poser des questions.

Le 2è RT à 39 km/h sera source de bien de problèmes et de discussions : nous y perdrons la 1ère place du rallye. Je vais essayer de faire court.

Du CH au départ de l’ RT, il y a 200 m. Le top de départ est donné 3’ plus tard, mais le calcul de l’organisateur ne tient pas compte de ce cas de figure. Le temps pour parcourir le trajet de CH à CH est amputé de 3’. Cela veut dire qu’à l’arrivée de l’ RT, nous aurons 3’ en moins pour parcourir les quelques km qui nous séparent du CH suivant ; trajet qui comporte pas moins de 4 feux. J’espère que je me suis bien fait comprendre ? Sinon, questionnez-moi. Par malheur, les 4 feux seront rouges et nous arriverons en catastrophe au CH, où il faut faire demi-tour sur une 4 bandes (!!!). De plus, le contrôleur est perdu devant tant de concurrents arrivant en vrac : il doit noter les heures d’arrivée et les heures de départ (regroup de 5’). Nous serons pointés avec 2’ de retard, alors que nous étions arrivés dans la minute précédente ? Nos rouspétances ne serviront à rien. L’incompétence est à tous les niveaux. Croyant que le tronçon serait neutralisé en temps, nous ne ferons pas trop de remous en patois flamand.

Vers 17h30, à l’arrivée à Middelkerke, sur la digue, juste à côté du casino, il fait beau et pas mal de monde pour admirer nos voitures. Nous avons faim et soif, car depuis ce matin, nous avons eu droit à un seul arrêt de 10’ pour grignoter un sandwich. Qu’à cela ne tienne, nous investirons la terrasse d’une taverne avec nos amis Liègeois.

A 19h00, les portes du Casino nous seront ouvertes, nous y boirons une verre baptisé pompeusement champagne et nous y mangerons un excellent buffet froid et chaud. Mais, les boissons sont toutes payantes. Au prix de l’engagement, 420,00 ? sans les hôtels, c’est un peu fort de café.
C’est avec impatience que nous attendons le classement provisoire qui nous verra déjà à la 2è place au général, à un jet du premier. Sans la pénalité arbitraire de l’ RT 2, nous sommes 1ers .

Les discussions vont déjà bon train, l’organisateur promettant de rectifier tout cela pour demain.

Dimanche 6.

A 8h30, départ dans l’ordre du classement provisoire devenu définitif, puisque la direction de course n’a rien modifié :

- 1. Moerenhout - De Munck : Fiat 124 Abarth
- 2. Epis - Pigeolet : Fiat 128 Coupé
- 3. Thys - Moors : Porsche 911
- 4. Adrians - Gully : Porsche 911
- 5. Gielen - Mathy : Porsche 911

2 Fiat devant 3 et même 4 Porsche, il va y avoir du sport . La moindre erreur se paiera cash.

Toujours du fléché métré et de la carte tracée, mais apparition du fléché non-métré et du fléché droit. Les CP sont toujours bien camouflés dans les herbes, mais ils sont aussi perchés à 2 mètres de haut dans les arbres et sur les poteaux. A ce petit jeu, nous nous ferons piéger 2 fois, mais nous ne serons pas les seuls.
Nous serons stoppés par une course cycliste, et, l’organisateur nous laissant tomber, nous devrons nous débrouiller pour retrouver notre chemin.

L’ RT 3 aussi modifié pour travaux, nous laissera un excellent souvenir, puisque nous y réaliserons le meilleur temps : 1’’ de retard.

Le parcours nous conduira dans la région de Damme, avec ses superbes petites routes sinueuses et ses canaux. Les moyennes horaires sont toujours faibles, les nombreux promeneurs et cyclistes méritant le respect....qu’eux n’ont pas vis à vis de nous. Ouvrant parfois la route, à faible allure, certains iront du poing levé, bien longtemps avant que nous n’arrivions à leur hauteur. Comprenne qui pourra !!!

Après 700 km de rallye, nous arrivons au dernier CH avant l’arrivée, avec près de 13’ d’avance. Cela permet de tailler une bavette avec nos amis concurrents. Au moment de pointer, le démarreur de la Fiat refuse tout service. Vite, la poussette de toute la bande (merci les gars) et ouf, nous sommes à l’heure. Surtout ne pas caler en rentrant à Anvers.

L’arrivée se fait dans l’immense garage Beerens (VW AUDI SEAT PORSCHE), où nous arrivons avec à peine 1’ d’avance. Explication : malgré les 15 km d’autoroute, la moyenne de 55,91 km/h est élevée, si on tient compte de la circulation et des nombreux feux sur le ring d’Anvers. Certains et non des moindres se feront avoir et pointeront en retard.
Le vainqueur peut dire qu’il a eu de la chance, puisque le joint de culasse de la Fiat 124 Abarth rend l’âme sur la ligne d’arrivée et le vase d’expansion explose dans le parking.

La réception finale à 18h30 sera quelconque, le repas italien moyen et la remise des coupes nulle. 1 petite coupe pour la 2è place au général, pas de souvenir, pas de classement et basta...normal le repas est italien. Et oui encore, les boissons sont toujours payantes (6 ? le verre de mousseux).

Dans l’optique du championnat open, le résultat est excellent, surtout devant les experts.

Le classement final de l’édition 2004 d’A-M-A fera l’objet d’âpres discussions, parfois très houleuses, le verbe souvent haut (avec raison), face à des organisateurs ne voulant rien entendre. Dans le doute, on annule et on ne tergiverse pas pour finalement décider de ne rien décider.
Voici le classement officiel :

Poséquipagevéhiculepénalités
1. Moerenhout - De Munck Fiat 124 Abarth 1958,40 pts
2. Epis - Pigeolet Fiat 128 Coupé 2000,04 pts
3. Thys - Moors Porsche 911 2212,08 pts

Terminons sur une note positive et donnons une chance supplémentaire aux organisateurs d’analyser leurs faiblesses pour 2005. A eux de trouver des communes qui ne changent pas d’avis si brutalement et de tenir compte des remarques faites par les concurrents.

Ah oui, j’oubliais de vous dire que la voiture a tourné sans aucun problème. Le préparateur, Thierry Demortier a effectué du très bon travail, il a transformé la 128 en bête de course, véritable groupe 4 de l’époque. Une fois la tenue de route améliorée, chaud devant !!! Merci à Thierry de nous avoir suivi le samedi, pour veiller sur son bébé (...non pas Jean Philippe, mais la 128).

Dans 15 jours, les 19 et 20 juin, le M.A.K. nous accueillera à Malines, mais cette fois, je roulerai avec Eric Mossoux et la BMW.

A bientôt.

Daniel Pigeolet

Vos commentaires

  • Le 28 novembre 2004 à 14:50 En réponse à : > ANTWERPEN - MIDDLEKERKE - ANTWERPEN.

    proprietaire daf 33 (rallye et régule)cherche adresse d’engagement pour
    le rallye antwerpen-middlekerke-antwerpen
    merci .f.legras lot 46
    vinie.fabio wanadoo.fr

  • Le 16 juin 2005 à 08:26 En réponse à : > ANTWERPEN - MIDDLEKERKE - ANTWERPEN.

    il n’y avait qu’une voiture ? ? parce que l’on voit toujours la même .Bizare bizare ? ? ? ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.