Alfa Roméo Giulia :Ma que bella machina !

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2016-12-26 11:38:59   


En présentant la Giulia,

Alfa fait plus que réveiller les envies qui somnolent chez ses ‘tifosi’ : Alfa crée le désir chez les autres conducteurs !

Avec cette beauté, Alfa se donne les moyens de faire briller à nouveau son blason !
Finitions de qualité, châssis affuté, moteur et boîte à la pointe de la technologie…

En route pour constater si cette Giulia tient toutes les promesses faites.

Motorisation.

Après la Giulia Quadrifoglio et son moteur de dragster (510cv), la marque décline une gamme un peu plus abordable, soit des moteurs essence et diesel 4 cylindres affichant des puissances de 136 à 280cv.

La Giulia d’essai est équipée d’un bon 2,2L diesel développant 180cv et 430NM couplé à une boîte auto ZF à 8 rapports.

Ce moteur est bon, coupleux à bas régime. S’il s’essouffle légèrement après 3000tr/min, il reste silencieux dans les hauts régimes. Fait à souligner car c’est plutôt rare pour un diesel.

A l’opposé, il se fait bien entendre à basse vitesse. Mais au vu des performances, la quiétude revient vite dans l’habitacle.

Cette boîte auto est un pur régal. Elle semble intelligente et enclenche toujours le bon rapport au bon moment. Lirait-elle dans nos pensées ? Douce et rapide, elle réunit bien des qualités !

Niveau consommation en régime mixte, je constate un 7,0L/ 100km. Pour moi, c’est vraiment raisonnable.

Ma que bella machina !

Parler de la Giulia sans parler de ses lignes, de ses courbes serait un oubli impardonnable.

Le charme à l’italienne opère dès le premier regard. Ses lignes étirées, bien proportionnées couplées à certaines rondeurs d’antan lui donnent un look ravageur.

La célèbre calandre en forme de Scudetto traverse les générations et reste le sceau de la marque.

Inside.

La qualité de l’habitacle fait un grand bond en avant. Même si elle n’atteint pas totalement le niveau des premiums allemandes, la Giulia s’en rapproche fortement.

Les matériaux sont de bonne facture et le design épuré offre une vue agréable une fois installé derrière le volant.

Si l’habitabilité à l’avant ne soulève aucune critique, les places arrière sont par contre plus exiguës.

Avec ses 480L., le volume du coffre se situe dans la moyenne basse du segment. Si
vous voulez l’augmenter, n’oubliez pas de cocher l’option ‘banquette rabattable’.

Les réglages des sièges et du volant permettent une position de conduite parfaite, détail important pour faire corps avec la voiture.

Et la dynamique ?

Si pour certains conducteurs le côté dynamique présente peu d’intérêt, il en va tout autrement pour d’autres et notamment pour moi.

Quel plaisir de disposer d’un châssis aussi bien affuté et équilibré, d’une direction ultra-directe et précise et d’un amortissement bien ferme !

Ces sentiments réveillent vos sens et titillent le pilote qui est en vous.
Oui, une voiture peut procurer des sensations et du plaisir lors d’une enfilade de virages sans pour cela, exploser les limitations de vitesse.

Cette Giulia est redoutable de précision, un jouet fournisseur de plaisir !

Osez franchir le pas, laissez-vous acoquiner par une ‘italienne’.

Vibrez avec cette marque au passé glorieux et avec la Giulia au futur conquérant.

Après être passé à son volant, je comprends mieux la passion qui entoure sa venue. Elle n’est pas parfaite mais le cœur a ses raisons qui souvent, sont les bonnes.

Les + :

- Lignes.
- Dynamisme.
- Consommation.
- Boîte auto.
- Précision de conduite.

Les – :

- Habitabilité arrière.
- Moteur bruyant à basse vitesse.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Alfa Romeo Giulia.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.