BELGIUM CER HISTORIC RALLY 2011

Eddy Coppée    2011-09-18 19:43:55   


En ce radieux weekend aoutien, près de quarante voitures ont pris part à la troisième édition du Belgium C.E.R. Historic. Rassemblés dans le cadre inédit du Château de l’Hirondelle d’Oteppe, les équipages découvraient un road book qui allait les emmener sur les XXX km que comptaient les 26 zones de régularité. En l’espace de deux journées, plus précisément deux nuits, ces bolides de temps révolus auront joué des moyennes, de l’obscurité et des spécificités du terrain.

Un Rallye "à la belge" !

Comme à l’accoutumée, le tracé concocté par José Lareppe et son équipe exigeait des équipages une attention maximale. Le road-book recelait de son lot de pièges et de changements de rythme. Le parcours varié, mêlant billards et chemins, villages et routes reculées, menait les concurrents d’Oteppe à Transinne, en passant par des lieux mythiques comme Pailhe et Felenne. Comme l’an passé, les concurrents avaient la surprise de se retrouver au beau milieu des bois, à la nuit tombée, dans un lieu étrange et lugubre, un village dévasté, abandonné à la nature et dont les routes sinueuses et masquées par la végétation ont fait pleuvoir les pénalités. L’épreuve se déroulant majoritairement de nuit, les navigateurs ont eu fort à faire, les yeux rivés tantôt sur le carnet de notes, tantôt sur leurs instruments. A ce petit jeu, c’est l’équipage « Chavan »-Cedric Pirotte qui se révélait le plus adroit.

L’an passé, le chronométrage de l’épreuve avait été confié à la société espagnole Blunik. Cette collaboration ayant porté ses fruits, José Lareppe reconduisait l’expérience. Les cellules soigneusement dissimulées aux abords de la route enregistraient les allées et venues de chaque équipage, grâce à aux transpondeurs installés dans les véhicules. Redoutable d’efficacité, ce dispositif permet une précision au dixième de seconde, l’incontestabilité des résultats et une grande rapidité dans la compilation des pénalités.

D’emblée, cette quatrième édition confirmait que ce CER 2011 était un véritable « rallye à la belge ». La première zone de régularité débutait immédiatement après l’étalonnage et recelait déjà un premier piège, très coûteux en temps pour certains concurrents.

D’autres tiraient leur épingle du jeu, à l’instar de Charles Van Stalle, dit Chavan, et Cédric Pirotte qui menaient la danse à l’issue des quatre premières étapes de classements. Juste derrière, la musicale MGB GT V8 des vainqueurs de la précédente édition, Eddy D’Hoe et le jeune Bjorn Vanoverschelde. Ce dernier tenait la dragée haute à son frère, Jens, troisième dans le baquet de droite de la BMW 2002 Tii de Robert Aerts.

Peu après, dans le secteur 7, Cédric Pirotte commettait une grosse erreur en capitalisant sur sa connaissance du terrain. Résultat : une note manquée, une pluie de pénalités et la Porsche de Chavan chutait à la 7ème position, dès la moitié de la première journée de course. Une belle occasion pour Charles d’attaquer. Au bout du compte j’aime bien quand il se trompe.Eddy D’Hoe récupérait donc la première position et voyait jaillir la modeste Renault 5 Alpine d’Eric Piraux dans ses échappements. Robert Aerts conservait sa troisième position.

La première nuit de l’épreuve, ses changements de moyenne et les pièges astucieusement tendus répondaient aux attentes des concurrents. Eric Piraux et son épouse trébuchaient et plongeaient à la cinquième position, laissant la place aux redoutables père et fils Lambert. « Mon copilote, Jens, s’est focalisé sur les performances de son frère. Ils’est mis trop de pression. Malheureusement ce fut la catastrophe dans Paillhe. Nous sommes rentrés au GPS après avoir tourné en rond durant 20 minutes ! », déclarait un Robert Aerts très déçu. Le redoutable Toyotiste Bernard Jacquet tirait profit des talents de Yannick Albert, son navigateur, pour imposer sa jolie Celica à la troisième position. La quatrième position voyait la remontée de l’équipage Chavan-Pirotte.

Les premières RT du lendemain étaient disputées sous un soleil radieux et mettaient en lumière Bernard Jacquet et Yannick Albert, juste devant D’Hoe et Vanoverschelde, alors que Chavan et Pirotte remontaient à la troisième place. Lambert et Piraux talonnaient le trio de tête, à l’affut de la moindre erreur, du moindre problème mécanique.

Malheureusement, Patrick et Joseph Lambert allaient connaître les joies de la mécanique. L’allumage de la BMW 2002 défaillait, les contraignait à jeter le gant.

La fin de course allait prendre une triste tournure pour le sympathique équipage Jacquet-Albert. Ils loupaient une prise de temps et écopaient de 300 points de pénalités qui les reléguaient au pied du podium. Cette erreur, lourde de conséquence, profitait à l’équipage Chavan-Pirotte. Eric Piraux, brillant dans la surprenante et difficile 7ème RT prenait l’avantage sur un Eddy D’Hoe visiblement satisfait d’une troisième place au terme d’une épreuve aussi sélective.

Jacquet et Albert, tout comme Piraux et Monard se mordaient les doigts à l’arrivée. En effet, dans les derniers secteurs chronométrés, les deux équipages tombaient dans les mêmes panneaux que lors de l’édition 2011. Sans cela, ils auraient pu briguer la victoire.

Derrière le malheureux équipage Toyota, en cinquième position, on retrouvait la Porsche 911 de Raymond Horgnies et Christophe Hayez. Jamais dans le coup, ils attendirent, sans grand succès, dans le ventre mou du classement qu’une opportunité de remonter s’offre à eux.

F. Vancraeynest-G. Desmet pas gâtés, pour leur découverte du CER.

Short Marathon CER :

Comme annoncé, le Short Marathon CER offrait l’opportunité à des concurrents moins endurants ou plus modestement équipés de se mesurer aux pontes de la régularité. Ils prenaient donc le départ de la seconde journée de course, affrontant le même parcours que leurs opposants du Belgium CER Historic.

Au vu des scores enregistrés, ces équipages peinaient à rencontrer les exigences d’une telle épreuve et enregistraient régulièrement les pénalités maximum.
Néanmoins, ce sont Guilmain et Lys qui s’en tiraient au mieux, remportant au volant de leur superbe BMW 2002 cette première édition du Short Marathon CER.
Ils devançaient leurs collègues « BMWistes », Georges Tomsen et Benoît Remion, ainsi que la Porsche 924 de Decremer et Van Bourgonie.

Cette quatrième édition du Belgium CER Historique a répondu à ses promesses en réservant à ses concurrents une épreuve exigeante et gratifiante, dont les premières places, autant que les accessits ont été âprement disputés.

Classement Belgium CER Historic 2011

Pos Equipage Voiture Année Pénalités
1. Chavan-C. Pirotte Porsche 911 1979 703,2 pts
2. E. Piraux-C. Monard Renault 5 Alpine 1980 732,5 pts
3. E. D’Hoe-B. Vanoverschelde MGB GT V8 1969 733,7 pts
4. B. Jacquet-Y. Albert Toyota Celica GT 1972 986,6 pts
5. R. Horgnies-C. Hayez Porsche 911 1967 1004,3 pts
6. J. Fievez-J. Guilmain Audi Coupé Quattro 1985 1542,6 pts
7. F. Deplancke-A. Pyck Porsche 911 1983 1547,6 pts
8. B. Stephenne-M. Demortier Opel Ascona 1976 1563,0 pts
9. J.-P. Bertrand-E. Chapa Ford Escort 1978 1676,6 pts
10. R. Aerts-J. Vanoverschelde BMW 2002 Touring 1974 1730,8 pts
11. F. Vancraeynest-G. Desmet Opel Manta GTE 1977 1857,7 pts
12. B. Lempereur-E. Driesen Alfa Romeo GTV 1972 2647,7 pts
13. L. Vanrolleghem-D. Vanrobaeys Porsche 911 1980 3110,0 pts
14. B. Guns-Y. Thirionnet Renault 12 Gordini 1972 3171,8 pts
15. R. Dahm-P. Lienne Afla Romeo GTV 1971 3200,5 pts
16. P. Bodart-B. Bodart Porsche 911 1979 3453,8 pts
17. N. Papijn-A. D’Hoore Porsche 911 1979 5397,0 pts
18. P. Charlier-P. Marmignon Triumph Dolomite 1976 5905,8 pts
19. M. Recule-G. Verstraeten VW Polo 1974 6452,2 pts
20. C. Corthals-A. Paquay Fiat 850 Sport 1970 6494,8 pts
21. C. Klimek-B. Nokerman Toyota Supra 1984 8447,5 pts
22. J.-C. Peeters-V. Peeters Toyota 1000 1972 8678,3 pts
23. J.-P. Vilain-C. Vilain Datsun Fairlady 1968 11348,9 pts
24. C. Klimek-D. Peeters Toyota Celica GT 1975 12065,4 pts

Short Marathon CER 2011

Pos Equipage Voiture Année Pénalités
1. V. Guilmain-A. Lys BMW 2002 1971 1955,5 pts
2. G. Tomsen-B. Remion BMW 2002 Touring 1973 2405,6 pts
3. M. Decremer. E. Van Bourgonie Porsche 924 1978 2908,8 pts
4. J. De Bruyne-G. Degroote Toyota Celica 1972 4674,1 pts
5. C. Lefort-T. Lefort Porsche 924 1975 5137,7 pts
6. D. Depestel-L. Wittevrongel Audi Quattro 1981 5457,2 pts
7. C. Dellacherie-E. Henschel BMW 1602 1973 6408,3 pts
8. P. Holvoet-J. Hoorweeghe Porsche 911 1975 8594,0 pts

J.-P. Vilain-C. Vilain prennent le plus grand soin de leur Datsun Fairlady

COPPEE Eddy

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.