Bug Show 2015 : encore une édition marquante !...

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2015-08-10 22:03:49   

Bug Show 2015 : encore une édition marquante !

Il est évident que réussir chaque année le Bug Show tient de l’exploit.

C’est pourtant ce que réalisent les organisateurs au grand plaisir des frères et soeurs accourus de l’Europe entière pour cette grand-messe.


Bug Show 2015 : encore une édition marquante !

Il est évident que réussir chaque année le Bug Show tient de l’exploit.

C’est pourtant ce que réalisent les organisateurs au grand plaisir des frères et soeurs accourus de l’Europe entière pour cette grand-messe.

Ecoutez leurs paroles.

Philippe et Thomas.

Avec mon fils, nous sommes venus avec la VW 1302 cabriolet de 1972, achetée il y a 10 ans. Nous prenons plaisir à la sortir dès qu’il fait beau, surtout ici et aujourd’hui : le Bug Show, un vrai bonheur !
C’est une voiture belge achetée à un monsieur qui optait pour une Karmann. Je dispose des photos de sa restauration. Je la passe au contrôle technique annuel pour un usage normal, sans aucun souci mais je ne roule qu’environ 1000km par an.Tout doucement j’entretiens la ‘mémère’ .

Au bug show, je pense avoir connu la première édition, il y a plus de 20 ans. Avec ma VW, c’est la troisième ou quatrième participation. C’est l’occasion de voir toutes les voitures fabuleuses présentes, de découvrir les réalisations fantastiques de certains participants, et surtout, le plaisir de circuler sur le circuit.

Halina et Léonard.

Halina nous présente ‘Biedronka’. Elle éprouve un amour tel pour son cabriolet qu’elle l’a baptisé. Elle voulait une décapotable et depuis l’achat, elle a transmis le virus à son mari.

Léonard nous en parle.

« Nous l’avons achetée il y a 4 ans et nous y avons consacré huit mois de restauration. Etant peintre de métier, j’ai refait la carrosserie avec l’aide d’un professionnel qui a traité les problèmes de rouille. Les ailes sont neuves. La mécanique est parfaite. Nous avons remplacé quelques pièces vieillies comme des joints, durites, …
Elle est de 1978, parmi les tout derniers modèles. Par deux fois, nous sommes allés en France pour nos vacances sans aucun problème.
Nous avons aussi ‘Julie’, une Coccinelle de 1968 en cours de restauration qui demande beaucoup de travail. »


« Le Bug Show, nous y avons participé en 2013, très sympathique, ambiance extraordinaire, cool, pas la grosse tête, sans aucune jalousie. Les voitures restent ouvertes sans problème.
Mon rêve est le Van T1 ou T2 mais cela devient inaccessible financièrement, d’autant plus que les Chinois en sont fous ! » 

Antonio.

Je suis venu avec mon Combi de juillet 1973. A l’origine, c’est l’ambulance des usines Solvay. En février 2015, je l’ai achetée au deuxième propriétaire avec la peinture faite. Le moteur est nouveau. J’ai restauré tout l’intérieur pendant trois mois et je voulais une décoration originale.



Mon plaisir est de rouler avec mon combi et de le montrer aux amateurs passionnés que je rencontre. Le week-end dernier, je suis allé au circuit du Mans et aujourd’hui, je suis présent au Bug Show.
Photo d'Antonio.

Cette passion m’est venue il y a deux ans, lors de l’achat d’une Coccinelle. La Cox, je l’ai achetée par hasard. J’ai ainsi découvert un monde qui permet le rapprochement des fans des VW, un monde où la convivialité est omniprésente. Voilà l’origine de cet engouement.
Photo d'Antonio.

Par après, j’ai voulu un bus. Je l’ai cherché longtemps et le voici. Cette passion, j’essaye de la transmettre aussi à mon petit garçon. Je pense que c’est le cas.
Le Bug Show est un bel événement, bien organisé, bien réalisé. J’y suis venu l’an dernier pour la première fois avec ma Cox pour un jour et je reviens cette année pour le week-end. J’estime que la participation est encore plus importante et avec plus de nationalités différentes. C’est vraiment le rassemblement européen.

Serge Loxey, parmi les organisateurs.

Cette année est encore une réussite, le temps, des voitures de plusieurs pays différents. Je pense que nous dépassons la vingtaine de nationalités. L’an dernier, nous comptions même un Australien !

Avec Paul-Yvon, nous avons organisé 23 bug shows : 2 à Petit-Rechain, 1 à Mariembourg et 20 à Francorchamps. Difficile d’imaginer le travail nécessaire. Aujourd’hui sur le circuit, nous sommes environ 200 bénévoles pour le week-end. En ce qui concerne la préparation, la date est fixée en septembre et cela lance le travail, notamment les appels d’offre. Je pense que notre succès est surtout dû au circuit lui-même. Les participants veulent avant tout, rouler sur ce circuit mythique. Différentes activités au programme permettent d’intéresser un maximum de présents. De plus, avec le temps, nous créons des liens avec tous ces fans. Plusieurs sont devenus des copains et nous participons aussi à leurs organisations. C’est la grande famille, avec beaucoup de convivialité, de partage.

Roger, Andy, Christophe et autres de Soleure en Suisse.
 

Nous sommes présents avec VW Typ3 TL, Karmann Ghia, Beetle.
La passion nous est venue depuis plus de 20 ans. Je travaille chez VW et j’ai transmis le virus aux autres. Ma première VW était une Coccinelle 1958. La Karmann de Christophe est de 1966, les Typ3 de 1967 et de 1968. 


Le bug show, c’est une grande fête, beaucoup de personnes, de véhicules Oldtimer, le circuit, le soleil. Nous y venons pour la sixième fois.

Paul.

Je suis Anglais, environ la cinquantaine et je vis au milieu du Royaume-Uni.
Je suis venu par la route avec mon combi car je l’utilise le plus souvent possible.
Francorchamps, j’ai connu par le bouche à oreille. Un de mes amis m’a persuadé de l’accompagner pour faire la fête.

Jeune, j’ai roulé en VW. Avec le mariage et les enfants, mes envies ont été mises de côté.
Comme souvent, une fois le divorce prononcé, j’ai décidé de vivre pleinement ma passion.
Ce combi, je l’ai acheté il y a un peu plus de 4 ans. Il vient de Californie. Peu de transformations, la mise en place d’une suspension hydraulique pour le coller au sol et refaire toute la sellerie en Jeans.

J’ai réalisé ces travaux. Je suis entrepreneur, je construis et restaure des maisons. Et je me suis lancé dans les travaux d’amélioration et transformation de mon véhicule.
J’aime les combis VW, j’en ai 6 autres. J’ai eu des offres d’achat pour certains mais j’ai tout refusé.

Maintenant, je pense que c’est beaucoup de véhicules et que je ne peux pas rouler avec tous. Mais ce sont des pièces uniques que je ne retrouverai plus par la suite, donc je les garde.

Mathieu.

La passion des VW me vient de ma tendre enfance, avec une attirance pour les Coccinelle. Le film m’a influencé aussi et je me suis fixé comme objectif de posséder la mienne. J’ai travaillé comme étudiant et peu après le permis et la voiture pour tous les jours, je me suis lancé. Pour la ranger, j’ai demandé à ma marraine qui dispose de deux garages si elle acceptait de m’aider à accomplir mon rêve. Avec sa réponse positive, j’ai entrepris les recherches et je l’ai trouvée dans ma région ( Namur - Eghezée ), arborant toujours l’autocollant du garage Sainte-Croix. Après la dame qui l’achetée et un deuxième propriétaire de Vedrin, je suis le troisième namurois à en disposer.

Photo de Mathieu.
Ma passion, je la vis aussi en participant à de nombreux meetings et je veux la partager. C’est pourquoi je suis organisateur d’un rassemblement ‘ancêtres toutes marques’ à Noville et organisateur-adjoint du meeting VW d’Eghezée.
La passion allant, j’ai eu envie d’autres véhicules. Je possède actuellement la Coccinelle de 1969, le VW181 de 1978, le VW T3 double-cabine de 1989 et l’Opel Kadett de 1982. En plus, deux mobylettes ancêtres et une caravane belge en alu Constructam de 1970.

Photo de Mathieu.

Le VW181 est de 1978, originaire de l’armée allemande à usage de véhicule-radio, modèle entre le Kubelwagen et l’Iltis. Je l’ai acheté non-roulant à la personne qui l’a importé d’Allemagne. Plus d’électricité, plus de freins, plus de capote, plus de vitres latérales en mica, armatures des siège avant pourries, plancher troué. La remise en état est un projet ambitieux que nous avons réalisé à notre aise comme ‘bricoleurs’. J’ai eu la chance de recevoir la capote lors de l’achat. Mais la monter est une opération délicate : elle est trop courte de 20 à 30 cm pour lui permettre d’être bien tendue. Pour la placer, nous l’avons tirée avec des sangles et placé un chauffage électrique pendant six heures dans la voiture. Maintenant, il faut deux personnes pour la placer.

C’est un véhicule plaisir. Cabriolet 4 places, 4 portes, c’est assez rare et parfait pour un meeting comme le bug show. Portières enlevées, pare-brise abaissé, capote ouverte, vive le vent.

Le bug show, c’est ma cinquième ou sixième participation, certainement la quatrième avec le VW181. C’est LE meeting européen des VW ‘Air-cooled’. Succès dû sans doute à la position centrale de la Belgique en Europe et surtout, au circuit de Francorchamps. Le meeting est accessible à tous, que l’on soit passionnés jusqu’au bout des ongles ou que l’on vienne en famille, avec des amis. Je suis étonné que la participation soit aussi importante. Souvent après l’European Bug-In organisé tous les deux ans à Chimay en juin 2015, elle est moindre au Bug Show. Ce n’est pas le cas cette année.
Week-end plaisir entre le camping, l’exposition des voitures, les pièces et la balade exceptionnelle sur le circuit. Deux heures à rouler, à regarder passer les autres véhicules, quel bonheur. Un grand merci aux organisateurs.

Merci aussi à ma femme pour son soutien dans ma passion, à mes amis pour tous ces bons moments. Papa depuis peu, j’espère partager cette passion avec mon fils.

Patrice Gangnant, de Normandie ( France ).

Je suis venu par la route avec ce Combi 1963 restauré par mon fils et moi-même. Ce travail est réalisé dans notre garage. Ce n’est pas notre métier, ce n’est que la passion et beaucoup d’expérience depuis plus de trente ans dans le milieu VW. Nous apprécions ce style ‘California Look’, une restauration la plus poussée possible, des chromes, la mécanique plus performante que d’origine pour faciliter la circulation au quotidien.

Je ne l’utilise pas tous les jours mais je suis venu chez vous par la route. Je l’ai depuis 8 ans et le travail pour ce résultat a duré 4 ans, les soirées et les week-ends. Cela représente beaucoup de temps et d’investissement financier, les pièces sont spécifiques et rares. Ce combi provient de l’Utah aux E-U. où il a servi aussi de chasse-neige avec le gyrophare sur le toit, la lame à l’avant et la saleuse derrière. Nous l’avons modifié en version ‘de luxe’, ce qui n’ a jamais existé sur les double-cabines. Donc des modifications sur base d’un autre modèle de la gamme VW avec de gros travaux de carrosserie. Le véhicule d’origine est de 1963 et il devenu un modèle de 1958 avec la forme des ailes, les flèches pour les clignotants entre autres.

Le bug show, j’ y viens régulièrement depuis longtemps, tous les deux ou trois ans, en général avec une nouvelle voiture. C’est mon meeting préféré. De la Normandie, je participe à beaucoup de réunions en Angleterre, en France, régionales ou nationales. Sans pouvoir l’expliquer, la grosse fête, c’est ici avec une ambiance particulière. Les Français essayent de réaliser la même chose au Mans, un grand circuit aussi mais il manque cette petite étincelle qui enflamme les coeurs.
Ici, au centre de l’Europe, sur ce circuit mythique, sous ce soleil, c’est du bonheur tout le week-end.

Qu’ajouter encore ?

Vous comprenez aisément que le ferment de cette communion est la passion qui anime tous ces coreligionnaires.

Puisque le Bug Show 2015 est mort, vive le Bug Show 2016.

Dimitri et Philippe Haulet.

Le lien vers toutes les photos.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.