Caroline Damoiseau s’engage dans un nouveau challenge ambitieux.

P.J.    2004-04-09 00:00:00   


La vie d’un ou d’une pilote de vitesse moto n’est pas un long fleuve tranquille. Pourtant Caroline Damoiseau s’est démenée pour arriver à ses fins : le championnat de France en catégorie open 125.

Il s’agit là de vraies machines de course, l’équivalent des motos de GP. Notre Liégeoise est bien entourée : membre du Team Octopus, quant à la partie technique et la moto, une Honda 125, c’est le boulot de Emmanuel Bourra du B. Man Team.

Le week-end des 20 et 21 mars, Caroline s’alignait dans la première épreuve du Championnat de France 125 Open sur le circuit du Mans.

Le Mans :

« J’ai pris un départ catastrophique. » avouera Caroline après l’épreuve. Effectivement, au premier passage, elle ferme le marche. Mais la confiance revient, Caro dépasse petit à petit des concurrents notamment dans un freinage osé à l’approche des S Bleu. Mais à 4 tours de l’arrivée, alors qu’elle est en passe de gagner une place supplémentaire, sa roue arrière se bloque dans un virage. C’est la chute inévitable, heureusement sans mal. La course est finie pour elle. Au démontage, le diagnostic est clair : un début de serrage.

Déçue Caro, qui sans cette panne terminait 21ème. « C’est enrageant : c’est la seconde fois que je roule en Open et je n’ai pas encore terminé une course. L’an dernier à Magny-Cours, j’avais fait une erreur ; mais ici, je n’y suis pour rien. C’est plus frustrant » .

Les 27 et 28 mars, elle était de nouveau à pied d’œuvre sur le circuit de Magny-Cours pour la seconde manche du championnat Open 125.

Magny-Cours :

L’appréciation de Caroline sur ce week-end en Open à Magny-Cours est très claire : « Catastrophique, un week-end à oublier au plus vite. ».

Effectivement rien n’a marché comme elle l’espérait. Dès les premiers tours de roues en essais libres le jeudi, la mécanique s’est montrée récalcitrante. « C’était dans la ligne droite, le moteur a commencé à serrer. Je n’ai pas eu le réflexe de débrayer tout de suite. La roue a bloqué sur la piste mouillée et je suis tombée, heureusement sans mal. » Le temps de réparer, c’est fini pour la journée.

Caroline et Ennanuel Bourra. Il faut trouver la cause du problème !

Vendredi, c’est reparti pour des essais libres. Par deux fois, de nouveau, le moteur amorce un début de serrage. Heureusement, chaque fois, Caroline saute sur l’embrayage à temps et évite la cabriole. Tout est tenté sur la moto pour trouver la cause de ces problèmes à répétition.

Samedi matin, cela repart, l’équipe y croit cette fois. Quand la roue bloque de nouveau brusquement. Elle se retrouve au sol, mais cette fois elle est groggy. Elle est emmenée au centre médical. Pas de casse heureusement, mais des fortes douleurs dans la nuque et des ecchymoses un peu partout. L’équipe et Manu, le préparateur de la machine, décident de ne pas insister tant qu’on n’est pas plus sûr de la moto.

La conclusion revient à Caroline : « C’est râlant, je n’ai pas encore vu le drapeau de fin de course en Open. J’espérais pourtant prendre quelques points à Magny-Cours. ».

Pour la prochaine épreuve, Caroline sera sur ses terres puisqu’elle participera aux Spring Races à Francorchamps les 17 et 18 avril.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.