Coupe des sources 2013. La vie continue dans la tradition ancestrale…

Raymond Collignon    2013-10-11 21:25:36   


En 1988, quand Pascal Collard inventa la "coupe des sources" il faisait paradoxalement œuvre de précurseur en organisant un vrai rallye pour voitures anciennes, pénalisant et sportif. Peu de passionnés à l’époque auraient parié un centime sur l’avenir d’une pareille épreuve. Personne d’ailleurs en ces temps anciens où l’on parlait partout de la "mort futur du rallye" n’aurait imaginé que 25 ans plus tard ce type de rallye pour voitures anciennes deviendrait si populaire qu’il supplanterait en popularité le rallye modernes La preuve en est qu’aux temps héroïques de la première "coupe" en 1988 seuls 39 courageux s’étaient élancés alors qu’en 2013 ils étaient presque une centaine à prendre le départ !

Vandevorst et Collard aux commandes, l’expérience de la force tranquille…

Robert Vandevorst fait désormais partie des organisateur aux côtés de Pascal Collard, ce qui est un gage de sérieux car "Robert le bougon" a une énorme expérience dans le domaine. Mélangeant habilement les difficultés du road book et les moyennes à respecter, en pimentant le tout d’un peu de vitesse sur routes fermées, ils ont réussi là un très beau rallye. Les concurrents étaient répartis en trois catégories : Légend 65 S, 65 R et 50 R. Les premiers, sur routes fermées, doivent respecter une vitesse moyenne de 65 km/h sans prise de temps intermédiaire, les autres en décousent de jour et de nuit sur routes aussi bien ouvertes que fermées à des moyennes variables avec prises de temps intermédiaires, un casse tête chinois !

L’équipage est tendu au départ… on sent l’essence ???

Vendredi 20 septembre, des voitures sur la piste de Kart pour du beurre et pour le spectacle !

Nous avons engagé la BM 2002 TI alpina automag qui a déjà bien travaillé cette année aux "boucles de Spa" et au "spring road". Malheureusement, cette fois, elle va nous lâcher assez vite, une fois n’est pas coutume. Cette première étape est annoncée comme une mise en bouche facultative offrant la possibilité aux concurrents de parcourir à hautes vitesse… la piste de karts de Francorchamps à des moyennes oscillant entre 50 et 65 Km/h. La nuit est tombée, Il y a foule autour du circuit, la 2002 plus habituée à "Clémentine" qu’à ce tourniquet se vautre dans les "longues courbes", mais, doit finalement être calmée pour ne pas dépasser la vitesse moyenne de 50 km/h imposée.

La BM automag sur la piste de Kart, pas tout à fait dans son élément, elle s’en tire cependant bien.

Finalement cette première demi nuit parcourt les spéciales connues de la région de Spa. Malheureusement notre BM nous abandonne dans Ster. Puant l’essence, elle s’arrête dans la spéciale à un jet de pierre du célèbre jump. Un banjo d’alimentation en carburant du Weber a disparu, l’essence est projetée dans toutes les directions, heureusement ni l’allumeur, ni l’échappement ne sont du côté de l’admission, nous évitons ainsi l’incendie ! C’est donc en clopinant sur deux pattes que nous ramenons la voiture à Spa. Pour nous la fête est déjà finie car, malgré tous les "Mac Gyver" du coin nous n’arriverons jamais à réparer la bavaroise le lendemain .

Samedi 30 les choses sérieuses commencent.

Après cette mise en bouche non pénalisante, les choses sérieuses commencent. Nous regardons à regret partir nos petits amis car la BM malgré les efforts combinés d’une multitude de bonnes volontés n’a pu repartir.

Tous les "Macgyver" du coin se penchent sur la BM sans succès, elle ne repartira pas !

Pour les rescapés, la première spéciale de ce samedi se déroule sur le circuit de l’école de maîtrise automobile sur les hauteurs de Francorchamps. Ce parcours est un peu plus "rallye" que la piste de Kart, les pilotes les plus spectaculaires en propulsions s’y donnent à cœur- joie, certains même en dehors des cônes….

Ensuite, les spéciales se suivent à bon rythme entrecoupées de parcours routiers assez courts. La "coupe" reste en effet avant tout un rallye routier rythmé. La vraie spéciale de Creppe est bien connue suivie de celles de Hodbomont et de Theux. Cette première boucle répétée trois fois, se termine ainsi.

On recommence deux fois avant la nuit.

Le second tour et quasi le même que le premier. A nouveau 80 bons kms enfilant les mêmes spéciales et le même routier de même d’ailleurs que la troisième boucle qui se termine vers 18h, juste avant la nuit. Reste l’épreuve de nuit… beaucoup plus routière et prévue pour les "grands garçons !" qui sont tous très bien classés.

La nuit, on change de coin, Stavelot, Basse Bodeux sur du routier serré…

Effectivement cela devient sérieux, fini les petites RT relativement pépères…on change de registre et de région, le rallye routier se durci. Après un nouveau passage au circuit de l’EMA pour le fun, les étapes routières de 4 à 7 minutes se succèdent à un rythme fou. D’abord c’est la folie à l’intérieur du circuit vers Masta et Meiz puis il faut filer vers Stavelot, Wanne, Salm Château, Gouvy, Nandrin ,les Tailles, Arbrefontaine pour le retour vers Basse-Bodeux… des grands moments pendant une demi-nuit… Les CH sont nombreux avec prises de temps par satellites "tripy", le système un peu déshumanisé, est efficace et, malgré les nombreux pièges, les meilleurs passent !

Ainsi c’est finalement de haute lutte que Etienne Baugnée épaulé par Benoît Remioni l’emportent en R50 devant les excellent Delporte Bozet et Simon- Chalsèche dont la Volvo PV 544 précède son étonnante petite sœur des expérimentés Grogna. En 65 S Van Rompuy et Pirotte l’emportent d’une petite tête sur DHoe/ Vanoverchelde et Delhez/ Gully dans un mouchoir, pas besoin de faire un dessin, c’est à nouveau une fameuse brochette de spécialistes qui se sont imposés ! En 65 R, uniquement sur les spéciales fermées, c’est la GTI de Terf/ Vanhoudenhove qui précède les deux Escort de M’Body D’alleine et Mahy/ Blaimont qui ont pris un vrai plaisir de glissades en glissades alors que l’efficace Golf avançait sans spectacle mais plus efficacement, traction avant oblige !

Un très beau rallye dans le respect des traditions.

On sent que nos deux compères ont voulu respecter les traditions en maintenant le cap initial. Cette "coupe des sources" reste fondamentalement un rallye pénalisant sur routes ouvertes. Les "spéciales sur routes fermées" ne font pas le classement mai donnent du plaisir, elles font parties intégrante du show qu’aime les spectateurs qui y sont très nombreux. C’est très bien ainsi. Le classement reflète cette réalité et ce sont des pilotes rapides sur de bonnes voitures et épaulés de supers équipiers qui s’imposent. La logique est respectée, ce sont de vrais équipages qui gagnent…

Le défi pour les organisateurs reste de continuer dans cette voie. Il ne leur reste qu’à améliorer certains points, notamment au niveau de la publication des classements qui a posé quelques problèmes de dernière minute. Un petit effort et tout sera parfait, on ne change pas une équipe qui gagne !

Raymond Collignon épaulé de quelques participants ayant eu la chance d’aller jusqu’au bout…

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.