Dans le baquet de droite au Monté-Carlo Historique !

Pauline Robert    2020-02-17 18:43:08   

Le Monté-Carlo Historique, un rêve inaccessible devenu réalité le temps d’une semaine. Découvrez mon aventure "dans le baquet de droite".


Vendredi 31 janvier 2020 : C’est le jour du grand départ !

Ca y est, c’est le grand jour ! Il est 5 heures du mat’ quand nous nous rejoignons à Froidchapelle pour les tous derniers préparatifs avant le grand départ pour Reims.

Quelques 150 kilomètres plus tard, nous arrivons au parc des expositions. La voiture à peine déchargée du plateau, il est déjà temps de se rendre aux contrôles administratifs afin de récupérer les différentes licences et documents. La Saab entre ensuite dans le hall des expos pour le contrôle technique. Les spectateurs sont nombreux, la pression commence à monter. Quelle drôle de sensation de se retrouver ici en tant que concurrent et non en tant que spectateur comme les années précédentes !

15h30 : Nous prenons la direction de la Place du Boulingrin escortés par la Police qui nous ouvre la route à travers le trafic. Quelques amis ont fait le déplacement afin de nous encourager avant ce long périple.
18h00 : Après une longue attente sur le parking des halles du Boulingrin, nous nous rendons au drink traditionnel d’avant départ dans l’hôtel de ville.

20h01 : Top départ ! Nous franchissons le podium de départ sous les applaudissements et encouragements du public ! Les spectateurs sont amassés le long de la route jusqu’à la sortie de Reims. Une ambiance incroyable !

21h46 : Nous arrivons au premier CP (contrôle de passage) situé à Vitry-le-François. La place est décorée d’un tapis de guirlandes et les spectateurs y sont aussi en masse.
Sur la route, nous traversons plusieurs points de "rencontre avec le public" auxquels nous recevons de nombreux cadeaux et produits locaux. La place dans la Saab se fait de plus en plus serrée entre les bouteilles de champagne, biscuits champenois et autres cadeaux.

23h00 : 150 km après le départ, il est déjà temps de faire le plein et de réaliser les premières vérifications auprès de l’assistance. Nous nous dirigeons ensuite vers le CP de Bar-sur-Aube afin de boire un café à la mairie.
La fatigue commence à se ressentir. La traversée via les routes nationales se fait longue, il devient compliqué de ne pas s’endormir sur la route. Une pause de 30 minutes sera nécessaire pour mon pilote afin de pouvoir reprendre des forces et ainsi continuer la suite du parcours vers Valence...

Samedi 1 février 2020 : Nuit blanche.

00h51 : Nous arrivons quelques minutes avant notre heure idéale au CH de Langres. Juste le temps de sortir quelques secondes de la voiture pour se dégourdir les jambes et nous devons déjà reprendre la route.

3h40 : Nous traversons le Jura, en passant par deux CP le premier à Dôle et le second à Lons-le-Saunier. La route est longue, le parcours n’emprunte pas d’autoroute. Nous privilégions les arrêts fréquents afin de tenir le coup et de ne surtout pas s’endormir !

7h00 : Nous arrivons tout juste dans les temps au CH de Bourgoin-Jallieu, une file d’une vingtaine de voitures nous bloque le passage jusqu’au panneau jaune. Je suis alors obligée de sortir de la voiture pour faire la circulation afin de nous frayer un chemin jusqu’au contrôle !

11h49 : Nous arrivons au CH de Buis-les-Barronies, point de rencontre de tous les participants pour le parcours de concentration. Après un court regroup’ de 30 minutes afin de placer le tripy, nous reprenons la route vers la première zone de régularité.

Nous entamons les premiers secteurs chronométrés de ce Monté-Carlo Historique par un gros morceau : la SR1 "Montauban-sur-L’Ouvèze - Saint-André-de-Rosans", longue de 45 km. Dans cette première épreuve de régularité, la batterie de la Saab donne des signes de fatigue : la voiture avance par à coups, le trip et le blunik se coupent pendant 500 mètres. Le métré de la zone de régularité est alors complètement décalé ! Nous continuons tout de même la spéciale et essayons tant bien que mal de récupérer le retard. Arrivés au panneau rouge de fin de RT, nous nous rendons compte que la glace d’un des phares longue-portée est sorti de son logement et ne tient plus que par le câble électrique ! A l’assistance, une fois le moteur coupé, la voiture refuse de démarrer. Une des cosses de la batterie est en fait déconnectée ! Rien de bien grave mais de quoi commencer en force le rallye...

Le second SR "La Motte Chalancon – Saint-Nazaire le Désert" de cette longue journée fait 17km. Nous prenons quelques minutes avant de prendre le départ car Jean-Marie se sent nauséeux, la fatigue de ce long trajet se fait surement ressentir. Nous effectuons la spéciale sur gravier sans grande difficulté. Nous ne nous attendions pas à ce type de terrain, très glissant !

Sur la route vers Valence, un CH dans la ville de Crest est prévu une trentaine de kilomètres avant l’arrivée. Lors de ce contrôle horaire, Jean-Marie se sent au plus mal... Je dois alors prendre le volant de la Saab sur la liaison pour rentrer au parc fermé à Valence, nous pointons finalement 24 minutes en retard. Nous prenons donc 1.200 points de pénalité et sommes 211ème au classement général.

La journée se termine enfin, après plus de 24 heures de route !

Après un rapide souper dans le chapiteau situé sur la place de Valence, nous prenons la direction de l’hôtel pour enfin nous reposer.

Dimanche 2 février 2020 : Etape de classement.

8h30 : Après une nuit que nous jugeons trop courte, nous nous rendons au pas de course au parc fermé pour prendre le départ de cette seconde journée. Mais en voulant mettre le contact, la voiture ne démarre pas ! Nous devons donc la pousser pour la sortir du parc fermé car toute assistance y est interdite. Après avoir pointé au CH de sortie du parc fermé, l’assistance regarde au problème. Il s’avère que la batterie est complètement déchargée, dû à la ventilation restée allumée toute la nuit... Une fois la batterie changée, nous prenons la route en direction de l’Ardèche.

Après une quarantaine de kilomètres de liaison, nous prenons le départ de la SR3 "La Croze - Antraigues". Ce secteur de régularité est le plus long de l’épreuve, il totalise 57,09 kilomètres ! Quelques minutes après le départ, l’écran déporté du Blunik se décroche du tableau de bord et tombe à nos pieds ! Ce qui m’amène à faire une quarantaine de km en jonglant avec l’appareil d’une main et le road-book de l’autre. Tout se termine bien et nous arrivons tout de même à réguler correctement. L’arrivée de cette zone de régularité se situe à Antraigues, à quelques mètres de la célèbre "La Remise". Ce lieu mythique est connu des passionnés du Monté-Carlo (tant bien historique que le rallye moderne) car la tradition veut que la famille JOUANNY offre un morceau de tarte à la pomme à chaque équipage.

16h08 : La SR4 "Burzet - Lachamp Raphaël" est également un gros morceau puisqu’elle totalise 49 km. De nombreux spectateurs sont présents au départ de cette dernière. Tout se déroule parfaitement bien, nous arrivons de mieux en mieux à réguler et à comprendre l’utilisation du Blunik. Nous remontons de quelques places au classement général et sommes à ce moment là 190ème. Nous rejoignons ensuite le CH de Saint-Agrève sur la place du marché.

16h55 : La cinquième zone de régularité est "Saint-bonnet-le-froid - Saint-bonnet-le-froid" (25 km). En effet, le point de départ et d’arrivée se trouvent à moins de 50 mètres l’un de l’autre ! Cette spéciale se déroule sur un terrain de type "RAC" : bordés de sapins avec de belles zones boueuses et glissantes. L’objectif premier est de ne pas perdre de temps en glissant tout en continuant de tenir la moyenne. Nous faisons une très belle remontée jusqu’à la 182ème position avec uniquement 150 points.

Nous rejoignons ensuite la dernière SR de la journée, la 6ème du rallye, "Saint-Pierre-sur-Doux - Col du Buissons" (22 km). Tout se passe très bien, la prise en main du blunik se fait très rapidement et les automatismes se mettent en place. C’est le premier rallye pour lequel j’utilise un appareil de mesure électronique pour la régularité (ici, Blunik 2 plus). Je n’avais jusqu’ici roulé qu’avec des tables et un chrono.

Les appareils tels que le Blunik permettent de faciliter le travail du copilote puisque la moyenne est encodée à l’avance et que le boîtier calcule lui même la cadence à laquelle nous devons rouler. Le pilote n’a qu’à suivre les diodes lumineuses, ainsi, le copilote peut se focaliser sur les indications du road-book et recalibrer le métrage lorsque cela est nécessaire.

19h45 : Nous arrivons au parc fermé Champs de Mars. Un commissaire nous colle un numéro sur le parebrise, celui-ci spécifie notre ordre de départ pour le lendemain matin. Nous partirons donc 146ème en moyenne haute.
Nous terminons cette agréable journée à la 186ème position au classement général ! Une très belle remontée qui booste toute l’équipe pour notre avant-dernière soirée sur Valence.

Lundi 3 février 2020 : Dernière journée sur Valence.

8h52 : Nous prenons le départ en direction de la SR7 (18km) "Col de Gaudissart - La Cîme du Mas", plus communément connue sous le nom du Col de l’Echarasson. Celle-ci est à réaliser sous une moyenne de 49,10 km/h. De nombreux spectateurs sont présents dans les différents virages du Col, l’ambiance y est festive.

Les RT prévues pour cette journée sont courtes mais les liaisons sont longues, nous traversons de magnifiques paysages à travers les massifs montagneux.
SR8 (19km) "Les Nonières – Chichilianne" : cette SR emprunte le Col de Menée, un des hauts lieux du MCH. Celle-ci est sans grande difficulté de navigation puisque elle suit la même route du départ jusqu’à l’arrivée.

13h13 : Nous prenons quelques minutes de repos au CH de Mens pour profiter du soleil et manger un morceau.
La SR9 (16km) "Saint-Michel en Beaumont – Corps" est notre meilleure performance, puisque nous ne prenons que 30 points dans ce tronçon. Dans ce secteur, la moyenne imposée était de 48,70 km/h.
La 10ème SR "La Piarre – Establet" est un peu plus longue que les précédentes puisqu’elle totalise 31 km.

18h53 : CH de Saint-Jean-en-Royans : Comme à la plupart des contrôles horaires, les voitures de courses s’amassent sur la place. Nous devons nous intercaler afin de rejoindre la table de pointage à la bonne heure. Il faut donc sortir de la voiture et faire la circulation afin de se frayer un passage entre les concurrents.

Nous prenons ensuite la direction du parc fermé pour notre dernière soirée à Valence.

Mardi 4 février 2020 : Direction le sud !

7h48 : Nous prenons le départ pour une très longue journée et ce soir nous serons à Monaco !

A quelques 20 kilomètres du départ, la pédale d’embrayage de la Saab Sonett commence à faire des siennes, par moment elle ne répond plus jusqu’à ne plus répondre du tout en plein milieu d’un carrefour ! Nous nous rangeons sur le bas-côté de la route, et faisons appel à notre équipe d’assistance. La panne est vite localisée : il s’agit de la commande de la pédale d’embrayage qui s’est détachée ! Oli répare rapidement le problème en bloquant le système avec un colson et nous reprenons la route au plus vite afin de perdre le moins de temps possible. Ils remplaceront cette pièce lors d’une prochaine assistance, en dehors du trafic de Valence.

Après 70 km de liaison, nous attaquons la SR11 (21km) "Saint Nazaire le Désert – La Motte Chalancon" avec une moyenne imposée de 49,60 km/h. Celle-ci se déroule très bien, sous un beau soleil et des températures assez douces. Nous prenons 90 points et remontons à la 167ème place au classement général.

12h25 : Les étapes de liaison entre les différentes étapes de régularité sont longues, plus de 100 kilomètres pour rallier la 12ème SR "Bréziers – Selonnet" (18 km).

14h13 : SR13 (16km) "Digne les Bains – Norante" : au point stop de cette SR, nous aurons la chance de goûter aux crêpes offertes par des amis français.
Nous entamons ensuite la dernière vraie liaison jusque la côte.

16h00 : Le road-book emprunte l’autoroute A8. Nous sommes coincés dans les bouchons. Et restons à l’arrêt complet durant de longues minutes. Le timing très serré entraîne le pointage au CH de la Turbie avec 5 minutes de retard !

17h22 : L’ultime descente avant le port de Monaco se fait également totalement à l’arrêt, nous sommes coincés dans les bouchons du centre-ville en pleine heure de pointe ! Nous prenons donc bêtement des minutes de retard.

17h42 : Ça y est, nous y sommes ! Nous franchissons enfin le CH sur le port de Monaco ! Les spectateurs sont nombreux. Cet endroit est tellement mythique et cela donne des frissons d’y être avec une voiture de course.

19h30 : Un souper est prévu sous un chapiteau sur le port. Nous reprenons des forces avant les deux dernières RT du rallye. Nous sommes remontés à la 162ème place au classement général, une très belle évolution malgré nos pénalités reçues lors de la première journée (descente depuis Reims). Il reste maintenant à parcourir les 2 dernières spéciales, et non les moindres en montagne et de nuit !

Mercredi 5 février 2020 : Etape finale, nuit noire.

22h08:00 : Les départs se font de 30 en 30 secondes. Nous partons vers le mythique Col du Turini. La température annoncée au sommet avoisine les -2°.

Au moment de quitter le centre de Monaco, plusieurs équipages, dont le nôtre, ont du mal à suivre la bonne route. De plus, une modification de dernière minute est à suivre, nous devons donc laisser tomber le road-book et suivre l’itinéraire reçu à Monaco. Ce dernier, composé de phrases donnant le nom des rues à suivre et une distance", induit une situation très stressante surtout dans le trafic de la ville monégasque.

Au départ de la SR14 "Col de Braus – Lantosque" (34 km), je me sens stressée et la nausée s’empare de moi. La RT débute, les routes sont très sinueuses et la moyenne imposée élevée (49,20 km/h). Tout se passe très vite, les virages s’enchaînent et il est quasiment impossible de réguler, il faut rouler à fond. A la mi-spéciale, dans une longue épingle gauche, la Saab vient toucher le flan de la montagne. Le capot, en polyester se plie totalement en deux ! Nous sortons rapidement de l’auto pour évaluer les dégâts et signaler aux autres concurents notre présence sur le bord de la route avec une lampe de poche. Jean-Marie remet en place le capot et nous reprenons vite la route en roulant au pas jusqu’à la fin de la RT.

Dans la courte liaison de 5 km, Jean-Marie avec l’aide de l’assistance d’un équipage français, prend le temps de vérifier qu’aucun élément vital n’est touché. Hormis le phare gauche d’origine manquant, tout semble ok. Jean-Marie prend la décision de réaliser la dernière RT à allure modérée afin d’ensuite rentrer à Monaco.

Le départ de la dernière SR15 "La Bollène - Sospel" (35 km) à 49,6. km/h de moyenne se fait donc prudemment. Le sommet du Turini est passé, la descente vers Sospel se fait délicatement car notre visibilité est fortement réduite avec le phare en moins. Nous pointons fortement en retard mais peu importe, le mot d’ordre est d’arriver au port dans les temps.

2h00 : Nous prenons ensuite la direction de Monaco pour le CH final, toujours en suivant la déviation donnée par l’organisation. Nous roulons vers le Col de Braus quand soudain, dans une épingle droite, la Saab vient se fracasser dans le muret de protection à l’intérieur du virage. Le choc est conséquent, le capot en prend un bon coup, la roue est pliée et le radiateur commence à fumer ! Notre aventure s’arrête donc là, à quelques 40 kilomètres du podium final. Cette sortie de route signe donc notre abandon. Nous n’aurons pas la chance de figurer dans le classement final.

L’heure est venue de relâcher la pression.

20h00 : Place à la tant attendue soirée de gala au Sporting de Monté-Carlo et à la remise des prix du rallye.

Texte : Pauline ROBERT & Oli COPPEE

A LIRE AUSSI sur Automag.be... 

Carnet de Route : La SAAB Sonett au MCH 2020 (le direct du rallye)

Vos commentaires

  • Le 19 février à 15:47, par Guy Legros En réponse à : Dans le baquet de droite au Monté-Carlo Historique !

    Superbe reportage avec de magnifiques photos. Comme si on y était !!! Dommage pour cette fin de rallye d’autant plus que la progression dans le classement était constante. J’espère que vous aurez l’occasion de revenir en 2021 pour nous faire à nouveau vivre cette aventure. Bravo à toute l’équipe.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.