"De sport et de glace". (Neige & Glace 2014)

Raymond Collignon    2014-02-15 12:39:59   

Rallye : Neige & Glace 2014


Samedi 01 février 2014.

Sochaux est aussi grise que le ciel, « Peugeot City » cache mal ses cicatrices de cité industrielle en recherche de son avenir. Une bonne centaine de voitures s’y sont donné rendez-vous pour participer à une soixantième édition du rallye « Neige et Glace » qu’on annonce comme très difficile. La neige est là, bien présente sur les routes piégeuses des forêts jurassiennes.

Les pneus très étroits et bien cloutés homologués sur seulement certaines voitures, la solution extrême !

De la Renault 4 Cv aux Porsche les plus évoluées, une centaine de voitures sont venues de France et de Belgique majoritairement mais aussi de Suisse, d’Italie, d’Angleterre… Les Belges font le forcing, ils sont nombreux à avoir déjà gagné l’épreuve… Deflandre, Gully, Reuter, Vandevorst, « Vande » sont venus pour en découdre sans se faire de cadeaux.

Fidèle à l’épreuve Henri Pescarolo est là aussi avec son équipier Michel Perrin encore tout auréolé de sa victoire au « Paris Dakar » 2014, nous retrouvons aussi en vrac Citroën Visa Chrono, Ford Escort, Talbot samba, Renault, BM, Peugeot, Volvo, Audi quattro, Alfa, Lancia toutes très bien préparées , chaussées de pneus clous, les plus efficaces étant les fameux « Burzet », plus étroits que des roues de bicyclettes mais malheureusement réservés aux voitures homologuée avec des pneus de petites tailles…

Dimanche 2 février. Une première nuit dans le brouillard.

La tradition lors des dernières éditions était de démarrer par une courte étape de sélection dont le résultat servait à donner l’ordre de départ du rallye. En 2014, les choses changent, il faut d’abord parcourir 150 kms entre Sochaux et Malbuisson jalonnés de trois TR sélectifs dont le classement servira non seulement à donner l’ordre de départ du lendemain mais aussi à établir un vrai classement. Le départ est donné à 20H.

Nous quittons le musée de l’Aventure Peugeot, un invité de dernière minute s’invite à la fête, un brouillard épais recouvre en effet quasi toute la région ! On n’y voit goutte en plus l’ouate impénétrable givre par endroit rendant les chemins encore plus piégeux. La route est longue, quelques voitures sortent de la route, d’autres se perdent suite à un problème d’une route barrée qui en réalité ne l’était pas ! Vers une heure du matin, les premiers arrivent à Malbuisson, le classement de cette mise en bouche très sportive étonne car ce sont les excellents FIGUERE-EUVRAY avec leur Escort qui mènent la danse devant les favoris, Deflandre, Reuter, Vande, Delhez qui mettent la pression derrière.

Lundi 03 février Malbuisson- Damprichard- Malbuisson Une boucle piégeuse.

Bernard Figuière et Nathalie Euvray s’élancent en tête avec les trois Porsche belges dans leur échappement. Malbuisson grelotte, on annonce de la neige en altitude.

Bernard Figuière et Nathalie Euvray s’élancent en tête ...

Effectivement dès la première spéciale forestière de « les Gras » nous roulons sous les bourrasques d’une neige recouvrant les ornières verglacées, la route forestière est très étroite délimitée par des murs de neige durcies qu’il vaut mieux ne pas visiter. La moindre erreur peut en effet être fatale et, en cas d’incartade, il est souvent très difficile de repartir sans aide extérieure. Nous en vivons l’expérience dans la spéciale de « Grand Combe des bois ».

Après 20 Kms assez chaotiques où nous respectons difficilement la moyenne imposée, nous sortons très légèrement la route. La Porsche est entrée dans un mur de neige très dure en glissant de l’avant, impossible de la dégager seuls. Heureusement, un spectateur perdu on ne sait comment au milieu de cet enfer blanc, nous aide à nous sortir de cette situation très périlleuse. Nous ne perdons qu’une bonne minute dans l’aventure mais cette minute se cumulera au fur et à mesure des prises de temps tout au long de ce qui reste à parcourir dans la spéciale... En effet, on n’est pas libres ! Le système « Tripy » qui gère le rallye n’arrête pas de nous surveiller du haut de ses satellites espions…il ne nous pardonne rien ! Il y aura d’ailleurs plus de 200 prises de temps tout au long de ce rallye où la moindre erreur se paie ... cash ! Ainsi cette toute petite sortie provoque une accumulation de pénalité que nous n’arrivons pas à rattraper.

Le départ d’une RT bientôt plus de 20 km de glisse dans les bois. Que du bonheur !

D’autres voitures sortiront dans cette spéciale très difficile, Chavan, Sidrac et d’autres en feront les frais. On ne sait où les organisateurs vont chercher ces petites routes forestières qui sont autant de morceaux d’anthologie de la conduite sur neige, même les gens du cru imaginent mal qu’on puisse y passer autrement qu’en 4X4 ! L’étape d’arrivée à Malbuisson avec la descente finale verglacée est elle aussi des grands moments de glisse après pas loin de 300 kms d’aventures.

Des paquets de neige dans les bois, un terrain de jeu idéal.

Mardi 04 février Malbuisson- Arbent- Malbuisson en route vers le sud. Les sorties de routes se succèdent….

Bernard Figuière et Nathalie Euvray, sous pression, ont sortis leur Escort de la route heureusement sans trop de gravité, ils ont dégringolé au classement. Les trois Porsche belges, chaussées de leurs pneus étroits ont donc logiquement pris la tête de l’épreuve. Etienne Baugnée et Benoît Remion, avec leur MGB, ont fait une terrible remontée de même que Chavan, lui en pneus larges, qui place sa Porsche dans le top 10. Nous nous maintenons quant à nous à une petite encablure en treizième position, ce qui n’est pas mal avec nos Gilslaved ayant déjà bien vécu.

La Porsche AUTOMAG dans la grosse neige en glisse. Malheureusement, une partie de cette étape du "chemin de la guerre" sera annulée.

Sous pression, dans la première spéciale de Mouthe Chavan sort de la route, la voiture est bien dans le trou, impossible de la dépanner sans tracteur. Cédric Pirotte fulmine :- « On n’a pas le bon équipement, la voiture est vicieuse… » Effectivement, déjà naturellement la Porsche a tendance à tirer tout droit, avec un équipement pneumatique inadéquat, le phénomène s’aggrave évidemment. Frôlant SAINT CLAUDE et ses pipes, c’est la fameuse étape des Rousse qui nous attend. Longues glissades et nombreuses sorties de route, cette fois c’est André Lausberg et Pascal Lopes qui en font les frais, la voiture est bien plantée. Un peu plus loin, c’est au tour d’Etienne Baugnée d’y aller, la MGB est couchée sur le flanc et, malgré les coups de pelles énergique de l’équipage, elle ne repartira qu’aidée par un autre concurrent en étant fortement pénalisée.

La route forestière du chemin de la guerre porte bien son nom. Il va falloir se battre.

Encore une fois on s’étonne des endroits où l’on passe dans cette grande randonnée aventureuse. Ainsi l’étape d’Oyonnax avec son fameux « CHEMIN DE LA GUERRE » est franchement dantesque, elle sera malheureusement partiellement neutralisée. Le retour à Malbuisson, après cette incursion dans le « sud » se fait au bout de 300 kms de ces belles errances. Les plus forts se maintiennent en tête, Johnny Delhez et Joseph Lambert, se comportant admirablement, classent leur Escort derrière les trois Porsche de tête.

Mercredi 05 février Malbuisson Larbergement Pontarlier, l’ENFER BLANC pour terminer en beauté c’est la « surprise du chef » !

Tout le monde savait que terminer en douceur ce rallye n’est pas le genre de la maison, mais, là Patrick Zaniroli et Alain Lopez ont fait très fort… ! Au départ, nous repartons par l’étape bien connue des « Grangettes » toujours aussi verglacée. L’air de rien, il reste quatre spéciales pour l’apothéose du rallye. Fonicines, Boujeons se passent bien, quelques-uns se gourent encore, sortent de la route, râlent, pestent abandonnent…

Puis c’est le dernier déjeuner à Labergement avant les deux dernières spéciales. Et là, c’est loin d’être la routine, d’abord le col de la république et puis les 30 kms de folie de la dernière dans l’enfer blanc du Pré Jacquier-Arcon.

La Porsche de Deflandre/Gully au départ avant le coup de théâtre de la dernière spéciale. Dans ses échappements, Vande ronge son frein…

De mémoire de rallye men, on avait rarement vu cela…De la très grosse neige fraiche dans laquelle la Porsche s’enfonce jusqu’au capot, les premiers ont du vraiment faire la trace et là, coup de théâtre, Yves Deflandre et Eddy Gully qui avaient jusque-là mené le rallye se fourvoient dans les congères en n’arrivant pas à passer dans les temps. « Vande », parti derrière, suivant la trace en profite, bien mené par Julien Paisse qui n’hésite par une seconde dans ses notes. Ils reprennent plus de trente secondes à la Porsche de tête et remportent finalement le classement final à l’arraché !

Etant parti un peu plus loin nous restons aussi sur la bonne «  route » grappillant encore quelques secondes tout juste insuffisantes pour monter dans le top dix. Les trois Porsche en « gros pneus » ne pouvant pas mettre les pneus fins en fonction des homologations des montes d’origine terminent en tir groupé. Pesca dixième, Lionel Hansel onzième et nous juste derrière en douzième position…

Bravo aux grands champions que sont les Vande, Deflandre, Reuter, Delhez, Van Peer et les autres même s’ils jouaient ici dans une autre pièce avec les pneus très fins en 145/15…. Soulignons aussi la performance de Michel Closjans et Robert Rorife qui, en moyennes basses, mènent leur 356 à la sixième place au général ! Cela tenait d’autant plus au miracle que la voiture avait été équipée en dernière minute d’un moteur « industriel statique » prévu à la base pour actionner une pompe d’incendie…

La « plus sportive des hivernales » un titre mérité…

Le « Neige et Glace » dans les conditions de cette année mérite largement son appellation de l’épreuve « la plus sportive des hivernales ». C’est une vraie aventure dans un Jura sauvage où les pilotes peuvent encore prendre leurs pieds en ne dérangeant que quelques sangliers tout étonnés de voir passer ces drôles de machines qui divaguent entre les arbres givrés comme dans un rêve ancien...

Raymond Collignon.

A LIRE aussi :

- La neige, la glace et Sochaux

- "On à roulé sur ... la glace !"

- Ces belges venus du froid ...

- Vandewauwer - Paisse l’emportent dans le dernier RT !

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.