Du sport à Saint Martin Vésubie...

Raymond Collignon    2008-07-03 11:51:21   

Ronde historique Saint Martin Vésubie 2OO8.


Il faut une bonne dose de courage pour organiser un rallye de régularité sur routes ouvertes en ces périodes troublées ou, CO2 et autres oxydes d’azote aidant, la neige tombe encore en quantité au mois de Juin sur les hautes montagnes ! Jean Pierre Di Rosa, Jean Marie Barberis et leur équipe en savent quelques chose, eux qui ont du improviser l’étape italienne de leur rallye pour cause de blocage par la neige dans les hautes cols !

Jean-Pierre DI ROSA, le patron, au briefing

Ah mes amis, il n’y a plus de saisons ! Nous sommes le 13 juin, Saint Martin Vésubie, charmante petite ville du Mercantour au cœur des montagnes aux loups a encore ses habits d’hiver. Ici, cela n’est pas encore la « saison », les randonneurs que l’on rencontre sacs au dos, sont très motivés car, la haut, la bise souffle encore dur !

Les rallyemen ont moins peur du vent, une bonne soixantaine de voitures sont inscrites au rallye de régularité de deux jours tandis qu’une trentaine de forts à bras, en décousant au challenge européen, débutent déjà les hostilités par un prologue nocturne du 3OO kms à travers les Alpes la nuit du vendredi 13 (superstitieux s’abstenir…). En réalité ce prologue complète le « grand rallye » qui ne comptera pas, lui, pour le championnat d’Europe et démarrera samedi matin pour toute la troupe.

Laurent FERRARI bichonne sa FIAT ABARTH avant le départ

Pour les fous du Vendredi, la nuit est claire et les routes sont sèches mais, malgré tout, la montagne n’aime pas ces phares et ces hurlements de moteurs qui la dérange, elle se défend en tendant ses pièges habituels : virages serrés, épingles, trous et précipices à volonté !

Heureusement, les organisateurs sont raisonnables, ils imposent des moyennes relativement basses permettant à tous de jouer la vraie régularité sans prendre trop de risques. Et les résultats le prouvent… après cette première nuit les cinq premiers sont classés en 8 secondes ! Les sempiternels José Lareppe- Joseph Lambert mènent avec leur Opel Ascona devant les Italiens Paganelli et Fiorito, le Français François Laloge, épaulé du journaliste Jean- Claude Lamorlette, après avoir mené les premières spéciales a quelque peu rétrogradé et clôture ce peloton de tête. Quant à nous, en mal de réglages d’un nouveau jouet de navigation, nous manquons encore de précision et classons la Porsche Carrera à la huitième position à 21secondes des leaders…on pouvait mieux faire !

Raymond HORGNIES avec Yves THIRIONET, 2 belges habitués de ce genre d’épreuve. Comme José LAREPPE, Raymond est un ancien grand pilote OPEL.

Samedi 14 juin la longue traversée vers l’Italie…

C’est donc plus de 6O voitures, « modernes et anciennes », qui prennent le départ de cette longue deuxième partie du rallye qui prévoyait à l’origine une traversée des « hauts cols » pour aller vers l’Italie…

Malheureusement, pour cause d’enneigement, Jean –Pierre Di rosa et son équipe ont donc modifié leur itinéraire initial en traçant un « livre de route » de dernière minute, il s’avérera d’une excellente précision malgré cette précipitation.

Nous commençons par la grande classique du TURINI par la Bollene et arrivée par Sospel… nous finissons par connaître même si nous ne nous lassons pas des terribles épingles à cheveux du vieux juge. Nous n’y prenons d’ailleurs qu’une seconde de pénalité ce qui nous remet d’aplomb et nous remonte le moral…Adrien a trouvé les bons réglages !

Le rythme du rallye est assez soutenu car la journée comporte quand même plus de 5OO Kms de routes très montagneuses. Nous filons vers l’Italie par le tunnel du col de Tende , malgré le changement d’itinéraire, les « spéciales » sont belles, même un peu dangereuses quand, sur ces routes très étroites, nous devons jongler avec les cyclistes et les cars de touristes aussi mal adaptés que nous à ces hautes routes dépassant les 2.OOO mètres d’altitude…

Neige et brouillard, bientôt ce sera pire

Les temps imposés restant raisonnables, les classement ne se modifient guère jusqu’au fameux col de SAMPEYRE parcouru dans les deux sens dans des conditions de plus en plus extrêmes. Le climat s’est en effet gâté, des chutes de grêle très importantes défigurent Saint Martin Vésubie, le col de SAMPEYRE est plongé en son sommet dans la purée de poix la plus totale … Le rallye en devient très sportif. José Lareppe, déchaîné dans ces conditions, passe quasi à zéro et se permet de dépasser dans cette ouate où on ne voit rien la voiture ouvreuse partie pourtant plusieurs minutes devant ! Au grand étonnement de tous, c’est cependant les Italiens VERSIGLIA-CALEGARI sur Audi Quattro qui réalisent l’exploit de remporter l’étape . Les vrais pilotes de rallye se révèlent en ces condition même s’il leur fallait en plus une bonne dose d’inconscience pour rouler aussi vite sans aucune visibilité. Quant à nous, jouant une certaine prudence, nous réussissons un bon temps ne prenant au total qu’une vingtaine de secondes alors que, très rapidement, derrière nous, ce sont des pénalités de plusieurs minutes qui tombent. Ce grand sport nous rappelle à quel point le rallye sur routes ouvertes dans ces conditions peut être enthousiasment même s’il en devient aussi déraisonnable.

Finalement, au bout de cette longue journée, nous rejoignons Saint Martin Vésubie encore toute tremblante après la violente grêle des paquets jonchent encore les caniveaux.

Claude LAURENT et Madame dans leurs oeuvres sur une route privée de signaux

Aussi incroyable que cela puisse paraître après un si long rallye, les deux premiers LAREPPE et FIORITTO se retrouvent séparés d’une seule petite seconde. L’un et l’autre ayant fait leurs gaffes de navigation ou de pilotage, ces deux diables maintiennent donc le suspens. Le meilleur des gags est celui de José Lareppe qui, ayant égaré ses » bonnes » lunettes, roule avec ses lunettes solaires dont les corrections étaient seule adaptées à sa vue, même de nuit… les quelques traces de « tout droit » dans les épingles prouvent à quel point l’Opel, OVNI, dans ces condition a rencontré les pire difficultés pour rester sur la route !

Notre Porsche, classée septième à trente deux secondes du premier, fait partie du peloton de tête et nous ne pouvons être que satisfaits de ce classement. Il faut en effet bien reconnaître à ce niveau de championnat que les premiers, aussi bien pilotes que co-pilotes sont très forts, sans parler de leurs voitures toutes aussi rapides que fiables.

Le départage des « chefs » se fera donc Dimanche sur une simple course de côte à faire dans les deux sens… autant dire que le classement se fera par tirage au sort.

Dimanche 15 juin les deux premiers à égalité !

L’étape de la Madone est une superbe route de montagne assez fréquentée par les touristes randonneurs. Elle monte tout en haut pour se terminer en cul de sac à un sanctuaire dédié à Marie au royaume des marmottes et des chamois. Ces derniers vingt kilomètres vont permettre aux deux premiers de revenir à égalité parfaite, ils auraient voulu le faire exprès… c’est comme si ce roman à suspens avait été écrit par un auteur en manque d’ imagination !

L’étape de la Madone monte tout en haut pour se terminer en cul de sac à un sanctuaire dédié à Marie au royaume des marmottes et des chamois

C’est donc l’âge des voitures qui départagera les deux amis, FIORITO au volant de sa « vieille » BM devancera donc LAREPPE et sa « jeune » Opel !

C’est dommage que l’on en soit arrivé là, mais il fallait bien un vainqueur. Tout cela confirme en tous cas le très haut niveau des équipages concourant pour le challenge européen aussi bien Belges que Français, Espagnols, Monégasques ou Italiens.

Les vainqueurs FIORITO père et fille seront classés 1er en fonction de l’âge de la voiture

Quant à nous, notre septième place finale nous satisfait tout à fait même si on peut toujours mieux faire…

Le prochain rallye à Sestrières sera tout différent ; il y a lieu de croire que les « nordiques » seront un peu déboussolés là-bas sur les câbles italiens… mais cela, c’est déjà une autre histoire que j’espère vous conter bientôt !

Raymond Collignon.

Prochaine épreuve : Le BELGIUM C.E.R. HISTORIC les 22, 23 et 24 août prochain à Namur en Belgique info & inscription

Retrouvez tous les classements par étape sur :

- Correspondance et Contact :
- Auto d’Epoque de la Vésubie
- Maison des associations
- Place de la gare
- 06450 St Martin Vésubie
- J.P. Di Rosa +33.(0).672.710.311
- J. Rocca +33.(0).611.546.071
- Email : autovesubie@gmail.com
- Site Internet : www.autovesubie.org


Voici le classement du C.E.R. après la 4ème épreuve le "SESTRIERE STORICO".
La mise en place de l’additif N°2, concernant les épreuves en Italie, s’avère bénéfique à nos amis Belges.
Je vous souhaite d’excellentes vacances et vous donne rendez-vous pour la prochaine épreuve du C.E.R.
Le BELGIUM C.E.R. HISTORIC les 22, 23 et 24 août prochain à Namur en Belgique.

classement CER 2008 pilotes (après 4 épreuves)
classement CER 2008 copilotes (après 4 épreuves)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.