Essai Mercedes Classe A 220D 4matic.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2016-03-08 00:24:05   


Les jours se suivent et se ressemblent. Peu après avoir essayé sa cousine asiatique, je me retrouve au volant de la nouvelle Mercedes Classe A.


Lancé en 2012, le modèle a subi un lifting courant 2015. Comme souvent, des améliorations sont apportées. Mais que vaut réellement cette Classe A ?

En cette fin d’hiver avec le soleil et le ciel bleu, je ne peux espérer mieux pour cette prise en mains. Si les températures sont toujours basses, la lumière présente aide à la production de vitamines D, ce qui augmente ma joie d’emprunter cette Classe A.

Le rendez-vous est fixé au Mercedes Center à Bruxelles.

Dès l’accueil, tout est préparé : organisation simple et efficace. Quelques formalités et je dispose de la clé pour plusieurs jours. En route pour un bel essai.

Quelle est la couleur de la voiture ? Je souhaitais secrètement la verte car c’est une couleur que j’aime et je voulais découvrir cette nouveauté du catalogue.
Direction le parking où elle m’attend. De loin, j’aperçois une Mercedes verte. J’appuye sur la télécommande et bingo, c’est gagné !

La voilà dans sa livrée Vert Elbaïte.

J’ai la chance d’en disposer comme je l’espérais. C’est une couleur reconnaissable et bien différente des 75% de voitures grises croisées sur nos routes au quotidien. Bon début à notre aventure !

Dès l’ouverture de la porte l’odeur de voiture neuve inonde mon odorat. La belle affiche 3500 km, elle est flambant neuve. Une fois de plus, la multitude d’options ne facilite pas la prise en mains immédiate pour les différents réglages. Mais comme j’ai disposé de sa cousine quelques jours auparavant, je ne suis pas trop dépaysé.

La clé de contact insérée, je cherche le levier de changement des vitesses. Plus rien au niveau de la console centrale, c’est déroutant. En fait, il se trouve à la place de la commande d’essuie-glace comme dans une bonne vieille américaine des années 70 mais avec la rapidité en plus.


Grâce aux multiples possibilités de réglages, je trouve bien vite la position de conduite qui me convient. La voiture semble réactive. Avec 177cv, je n’en attends pas moins. Le moteur est, par contre, assez présent. Je le trouve assez bruyant alors que l’insonorisation aux bruits de roulement est meilleure.

La boîte de vitesse robotisée est à la fois, très douce en mode confort et bien réactive en mode sport. C’est ce dernier que je préfère car il présente vraiment un caractère plus affirmé, plus dynamique et permet de bien profiter de la cavalerie. Les quatre roues motrices assurent une très bonne tenue de route, un maintien du cap relativement neutre avec malgré tout, un caractère légerement sous-vireur rassurant pour le conducteur lambda.

Pour ma part, je réglerais la géométrie différemment afin de rendre le comportement un poil plus sur-vireur, plus ‘joueuse’ car le châssis est vraiment efficace et le permet.

Côté look, la Classe A me plaît depuis sa sortie en 2012.

Le lifting est léger. Ce sont des petits détails qui la différencient de la phase 1 et qui l’embellissent encore. Si la robe verte lui sied bien, le kit AMG et les jantes noires qui équipent ce modèle le rendent encore plus attrayant. Personnellement, je serais allé plus loin dans l’aspect ‘flashy’ du vert pour accroître mon envie, mon plaisir.

A l’intérieur, je reconnais bel et bien, une Mercedes : sobre et moderne à la fois.

Les petits damiers des fonds de compteurs ne me laissent pas indifférent, un détail qui me plaît. L’équipement est complet. J’ai aussi retrouvé l’option ‘assistance dynamique au parking’ qui m’a encore étonné. Ce volant qui tourne seul, je crois assister à une séance de spiritisme. :-)).

La ‘non-intégration’ du GPS dans le tableau de bord fait débat depuis le début. Il est vrai qu’il donne l’impression que l’on a posé la tablette dessus. Personellement, je m’y fais, même si je le préfèrerais intégré.

Le côté non-tactile de l’écran GPS va à contresens de la majorité des marques,

mais ça permet d’éviter les traces de doigt dessus. L’habitabilité arrière est moyenne, oui c’est une ‘compact’, les passagers qui veulent y accéder ne doivent pas être de grande taille et surtout, être souples.

Le bilan de cet essai est à nouveau, très positif. Plaisir, efficacité et performances à son volant ! Le tout enveloppé d’une bonne dose de confort.

Que l’image de Mercedes a bien changé depuis l’arrivée de cette classe A en 2012 ! Le succès est au rendez vous et la marque l’a bien compris, elle surfe sur cette vague. Les nombreuses similitudes avec les autres modèles postérieurs à cette Classe A sont donc la reconnaissance de sa réussite.

Tested & Approved !

Les + :

  • Look
  • Finitions
  • Performance
  • Efficacité
  • Eclairage LED performant

Les - :

  • Moteur un peu bruyant
  • Liste des options
  • Consommation quand on a le pied lourd

Dimitri Haulet.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.