Ford Edge MY 2019.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2019-11-03 11:29:35   

Présent depuis à peine 3 ans sur notre vieux continent, le Ford Edge se repoudre le nez.

Il embarque un nouveau moteur bi-turbo diesel mais aussi une boîte automatique à 8 rapports.


Grimpons à bord de ce SUV généreux et très américain.


Look.

Pour ce lifting, Ford se penche sur quelques détails.

La face avant est garnie d’une nouvelle calandre (toujours aussi imposante), d’un nouveau bouclier ainsi que d’un nouveau capot pour intégrer les feux.


Exit la bande LED reliant les 2 feux arrière, dommage c’était une petite note plus personnelle.

Une version ST-Line plus sportive apparaît au catalogue qui présente déjà la Trend, la Titanium et la Vignale.

De nouvelles teintes de carrosserie font leur entrée, ainsi que de nouvelles jantes.

Voilà de quoi corser encore plus la configuration.


Engine.

Amoureux de l’essence, passez votre chemin. Vous ne trouverez que du diesel sous le capot de l’Edge :

• Un 2,0L Ecoblue de 190 ch et 400 Nm de couple.

• Un 2,0L bi-turbo de 238 ch pour un couple de 500Nm à 2000 tr/min.

Le plus petit moteur confie sa transmission à une boîte manuelle à 6 rapports alors que le plus puissant s’accouple à une boîte auto à 8 rapports.


Ce Edge affiche un 0 à 100 km/h en dessous des 10 secondes (9,6 s) et donné pour une V-Max de 216 km/h, honorable pour un véhicule dépassant largement les 2 tonnes ( 2116 kg).

C’est ce dernier que je prends en mains durant quelques jours

Inside.

Hormis quelques détails, l’intérieur évolue très peu.

Avec le haut de gamme, le cockpit entre dans l’ère digitale.


La commande de boîte automatique délaisse le traditionnel levier pour un bouton rotatif.


Vous ajoutez un petit interrupteur pour le frein à main électrique et vous gagnez ainsi de l’espace consacré à des rangements plus grands.

Coté multimédia, l’Android Auto et l’Apple Carplay sont présents de série.


Les sièges apportent un bon maintien et un confort un poil ferme sur cette version ST-line, mais parfait pour moi.


Il n’est pas disponible en 7 places, un regret pour certaines familles mais un gain pour le volume du coffre qui offre 600 voire 1847 litres banquettes rabattues.

Sur la route.

Au vu du gabarit, le Edge se tire honorablement de l’épreuve de conduite.

Taillé pour le grand ‘ouest’ où les lignes droites sont nombreuses et interminables, il offre un amortissement moelleux et une insonorisation bien agréable.


Il se conduit de manière coulée, le ‘cruise’ reste sa discipline préférée.

Inutile de le pousser dans ses retranchements. Sa masse importante calmera rapidement vos ardeurs.


Le moteur puissant, linéaire et la boîte auto font le job et vous permettent de rouler le coude posé sur la portière.

J’ai un bon feeling avec la direction que je trouve assez précise à basse vitesse.

In Fine.

Certes méconnu du grand public, ce Edge vaut le détour pour les amoureux de gros SUV.

Son look et sa conduite ‘West Coast’ plairont aux nombreux amoureux du pays de l’Oncle Sam.


Si l’entrée dans le monde Edge impose une dépense d’environ 45000€, la facture finale pourrait vite augmenter en fonction de la finition et du moteur.


Design affiné, moteurs plus puissants, panel d’équipement à la hausse, ce nouveau Edge a des arguments pour vous tenter si vous n’êtes pas réfractaires au diesel.

Les + :

- Look ‘west coast’.
- Confort.
- Moteur puissant.
- Habitabilité.
- Direction précise.

Les – :

- Tarif.
- Poids.

Dimitri Haulet.

Ford Edge.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.