Grand Prix Revival - Nivelles-Baulers.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2014-07-06 15:27:37   

Des participants nombreux et heureux de pratiquer le circuit de Nivelles, des spectateurs enchantés de venir ou de revenir sur les lieux de deux G.P. de F1, des voitures, des motos et des side-cars, quelques averses dites nationales à l’approche du 21 juillet, que peuvent encore souhaiter les organisateurs pour la réussite de leur événement ?
Un soleil permanent serait le bienvenu et est ajouté à la liste des desiderata.


Pour l’accueil, un grand sourire et c’est parfait !

:-)

Au hasard de nos déambulations, voici les impressions recueillies.

Valentine - Side-car BMW.

« Je m’appelle Valentine, j’ai 14 ans et je viens de Charleroi. Il y a deux ans, j’ai commencé le side-car sur le circuit de La Châtre en France.

A Nivelles, je roule comme passagère avec Claude sur un side-car BMW. J’aime beaucoup ce sport et je vais essayer de le pratiquer, peut-être professionnellement. Je suppose qu’il est possible d’en vivre, de vivre de sa passion, surtout en commençant à 12 ans comme moi.

J’ai reçu le virus de mes parents qui roulent en side-car depuis longtemps. Ma première participation était une démonstration et reste un excellent souvenir. Ce sport demande une bonne condition physique et beaucoup de souplesse. Il est difficile de concilier les études et le sport et l’école reste la priorité. »

Le circuit de La Châtre.

Christian Nihoul - Jaguar Type D.

« Je suis, depuis mon plus jeune âge, grand amateur de voitures, de course bien sûr. J’ai commencé en suivant Michel Vaillant dans Tintin, ce qui m’a permis d’être un ami de M. Graton.

Ma profession m’a amené dans le cercle des relations de Jacky Ickx. Et je suis installé actuellement dans le baquet d’une Jaguar Type D. Je n’ai pas encore roulé avec cette voiture et je découvre notamment l’embrayage ici dans les paddocks.

Mon ami vient de l’acheter et nous sommes rentrés d’Angleterre avec elle depuis un mois. Les formalités d’immatriculation sont en cours par un autre ami, Paul Grant. Mais ce ne sont pas ses premiers tours de roue en Belgique car, avec son ancien propriétaire, elle a participé à ‘Spa Classic’ il y a deux ans. »

Christian Nihoul.

Etienne Tinant - Formule Vee Apal.

Je m’intéresse à la voiture ancienne depuis une quinzaine d’années. Je suis venu au circuit par la Formule Vee grâce au Formula Club. Il regroupe beaucoup de Formule Ford et ma Formule Vee est bien seule. Elle a été construite par Apal, dans les ateliers d’Edmond Pery à Blégny-Trembleur. Elle est une des premières parmi les 375 construites.

Je l’ai depuis quatre ans et je suis allé l’acheter chez un marchand de voitures anciennes à Woodstock, près de Chicago. Elle est dans le même état que lors de l’achat. Elle a peu roulé aux E.-U. car leur championnat de Formule Vee, encore très pratiqué, limite la cylindrée à 1200 CC et celle-ci est une 1300 CC. Elle est presque d’origine, culasse un peu rabotée mais toujours l’alternateur, une simple admission, une turbine normale, 4 vitesses, 330kg, entre 50 et 55CV., 160Km/h au bout de la ligne droite de Mettet. C’est un vrai plaisir, elle est très large et très confortable. Elle se conduit comme un vélo. La voiture ancienne a toujours été un rêve.

J’ai beaucoup travaillé et ensuite, j’ai acheté une voiture, deux voitures, trois voitures mais toujours assez spéciales. Souvent peu connues comme la Sunbeam Alpine, la Formule Ford Royale de 1983, une des 90 Fiberfab Aztec, kit-car sur base VW, une des premières voitures en fibres construites aux E.-U. J’y ai consacré quatre ans de travail et je fais beaucoup moi-même. Le plaisir d’être ici à Nivelles, je le partage avec ma famille. »

Etienne Tinant.

Pierre Hallet - Riley.

Je suis l’heureux propriétaire d’une monoplace Singer Riley, avec un moteur anglais Riley. C’est une Formule Tasmane, formule créée vers les années 60 pour l’Australie, la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande. J’ai importé la voiture d’Australie et je profite des avantages du Formula Club pour rouler en circuit.

Ici, nous sommes entre amis, sans compétition, pour le plaisir uniquement. Au point de vue technique et sécurité, j’ai passé la licence RACB. Il vaut mieux connaître la signification des drapeaux …

C’est ma première voiture ancienne. Elle est un peu spartiate, aucune assistance mais cela reste très agréable. »

Formule Tasmane.

Serge Stevens - organisateur.

« M. Stevens, qu’est-ce qui motive votre volonté de créer des événements comme celui-ci ou comme le Grand Prix de Bruxelles ? »

« La folie, la passion ! C’est essentiellement la passion qui nous anime. Nous sommes un club de passionnés de monoplaces anciennes. Le Formula Club Belgium est une bande de 80, 90 copains. Ce club regroupe un patrimoine historique exceptionnel et cela nous permet d’être crédibles quand nous préparons nos projets. »

« Pour un événement comme celui-ci, quels sont vos besoins ? »

« Nous sommes 286 bénévoles, 286 personnes qui travaillent sur le site. En ajoutant les organisateurs, nous sommes presqu’à 300 personnes. C’est un hobby mais il faut quand même deux années de préparation. Pensez à ce qu’il faut comme autorisations administratives ! Si nous avons connu des expériences peu agréables, ici à Nivelles, tout s’est bien passé. Nous avons reçu un soutien total du bourgmestre, des services techniques. J’en profite pour les remercier. Sans eux, nous ne pouvons rien faire. Pour l’avenir, nous verrons. Apprécions d’abord cette journée. »

Formula Club.

Malgré la pluie, les personnes présentes sont satisfaites de leur participation.

Le succès est indéniable, succès de foule pour le moins puisque la police estime le nombre de voitures sur le parking à 5500.

Alors, M. Stevens, après Bruxelles et Nivelles,

quelle sera la prochaine étape de votre tour de la passion ?

Dimitri et Philippe Haulet.

Le lien vers toutes les photos.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.