Horgnies-Hayez remportent le Bianchi Historic Rally 2014 !

Eddy Coppée    2014-09-01 21:19:07   


Les concurrents n’étaient pas en nombre au contrôle technique de Mariembourg pour cette édition du Bianchi Historic Rallye. 10 équipages ont répondu présent dont 6 Porsches.

Un tracé sous forme de boucles.

Le parcours tracé par José Lareppe assisté de Blunik sous forme de boucles va s’avérer sélectif.

La première étape sur le circuit de kart de Mariembourg en est le meilleur exemple. Pas de moyenne générale mais des zones sélectives où les équipages pilote et co-pilote vont devoir garder toute leur attention. Un premier Rt passionnant où chaque équipage va jouer de ses attouts. Horgnies et Hayez passent en force jouant de la puissance de la Porsche et de la technique d’un Raymond Horgnies très en verve sur ce parcours.

La R5 de Piraux - Monard vient ensuite. Eric a beaucoup travaillé sur sa voiture, boîte, suspension et c’est sans souci qu’ il va jouer l’attaque après s’être débarrassé de quelques kilos superflus. Outils roues de réserve et réservoir d’appoint resteront dans le paddock.

Belle prestation de Lempereur - Driesen, en pneus neige, mais Bauduin n’apprécie guère cet exercice. "Cela me paraît difficile. Si tu fais un tête à queue tu ne sais pas dans quel sens tu te retrouves et le suivant est déjà dans tes phares".

Quetch-Fuentes découvrent que leur 944, n’est pas l’outil idéal pour ce genre d’exercice.
La famille Op de Beek fait de même avec une Toyota dont c’est la première apparition. Elle nous vient de Grèce et a subi un bain de jouvence. Une belle voiture.

Une nuit de repos avant d’attaquer le plus dur : trois boucles similaires où un tracé principal de base varie suivant les boucles, adaptant pièges et CH. Un beau travail réalisé par José Lareppe qui y a placé une grande partie de pièges fruit de son expérience. Il a parsemé ces RT de balise Blunik qui relèvent les temps de chaque concurrent, l’ensemble étant relevé par une voiture balai pour une communication rapide et précise après chaque des temps de chaque RT. Même s’il n’y avait que dix voitures cette technique n’a pas été prise en défaut.

Cul des sarts, Pesche, Dourbez, les difficultés vont crescendo, même s’il faut rester attentif. Horgnies-Hayez semblent jouer avec ces difficultés. Même si les débuts à Cul des sarts ont été difficiles. "On a trop cherché la difficulté alors qu’il suffisait de lire les notes". Piraux- Monard se font piéger par une note mal interprétée et y laissent de précieuses secondes s’envolent. "Le temps de faire demi-tour et nous avons pris 20 points".

Guilmain-Remion sont sereins, nous avons une certaine expérience, mais face à pareil tracé, il faut rester humble et ne pas se laisser piéger.

Même avis pour Blaise-Sevrin. "Nous avons déjà roulé au Neige et glace, mais ici c’est beaucoup plus difficile, il faut être très attentifs et malgré le Blunik, fourni par José, nous n’avons pas toutes les subtilités. Mon pilote est très bon mais Marc Sevrin a co-piloté dans les années 80 et se remettre dans le bain de la régularité n’est pas chose facile".

Hermans-Demortier sont aussi dans les points, mais l’ Alfa Giulietta a ses limites face aux Porsches, nous ne disposons pas de la même puissance.

CP or not CP ?!

Après cette première boucle les concurrents repartent de Couvin, plus confiants. « Nous avons déjoué quelques pièges de José, mais dans quel sens va-t-il nous les proposer, nous ne savons pas. Nous sommes plus si confiants qu’en première boucle » nous confie Eric Piraux.

Et cette boucle sera la sienne. La R5 virevolte et creuse un petit écart. Les CP sont un peu contestés avec un placement des panneaux annonçant ce CP parfois mal positionné si bien que ce CP peut ne pas être noté.

Raymond Horgnies, et Bauduin Lempereur estiment que cela devient compliqué, d’estimer la validité d’un CP de la sorte. Lorsqu’on voit le panneau rouge on s’arrête. Quelques fois le panneau jaune qui annonce le CP n’est pas placé à droite, ce qui peut nous induire en erreur. Remion confirme, personnellement lorsque je ne vois pas le panneau jaune, je ne prends pas le CP. Avec 600 points à la clé par CP, on comprend que cette application du règlement peut chambouler le classement. Piraux-Monard l’ont bien compris et sportivement ils ont marqué leur accord pour l’annulation des sanctions. Un beau geste.
Dans cette boucle nous avons perdu la Porsche de la famille bataille sur bris du cable d’embrayage.

Lempereur-Driesen aussi ont laissé de précieuses secondes à doubler dans les chemins de remembrement un convoi militaire de chenillettes. Nous avons eu aussi quatre chiens, cela ne s’invente pas...

La troisième boucle sera décisive.

"Après les explications de Gérard Clause nous avons bien veillé à appliquer ses directives sur les CP et à ne plus les prendre si le panneau n’était pas justement placé. Sachant qu’après chaque CP se trouvait souvent une balise , nous y avons gagné quelques secondes le temps d’arrêt et la relance". Nous confie Raymond Horgnies. Deplancke aussi est bien revenu. "Mon co-pilote qui a gagné le Monte- Carlo historique devient un peu plus précis. On s’est trompé trois fois et cela fait la différence. On va s’occuper plus du road-book".

Cette dernière boucle sera parfaite et Horgnies-Hayez ont livré une belle bataille avec Piraux -Monard ne lâchant rien. Les écarts seront infimes, mais pour 8/10 de points Horgnies- Hayez remportent ce Bianchi.

Un Bianchi qui a une saveur particulière pour Raymond Horgnies lui qui avait il y a une quarantaine d’année terminé troisième sur une Porsche déjà derrière Staepelaere sur Escort et Didi sur Fiat Abarth. Un autre Bianchi !

Nous ne manquerons pas de souligner le travail de José LAREPPE qui a su construire un tracé pas facile sous forme de boucle, sans que ce tracé ne soit répétitif. L’association avec Blunik étant parfaite. Saluons aussi le travail de la famille Clause, Gérard en tête, son épouse et sa fille qui portent ce Bianchi à bout de bras.
Rendez-vous l’an prochain ... peut être. Une chose est certaine les absents ont eu tort.

Classement

- 1 - Horgnies - Hayez Porsche 911 223,7 pts
- 2 - Piraux - Monard Renault 5 Alpine 224,5 pts
- 3 - Lempereur - Driesen Alfa Roméo 441,9 pts
- 4 - Guillmain - Rémion Porsche 911 455 pts
- 5 - Hermans - Demortier Alfa Roméo 1300 547,8 pts
- 6 - Deplanke - David Porsche 911 732,9 pts
- 7 - Blaise - Sevrin Porsche 911 1.154 pts
- 8 - Questch - Fuentes Porsche 944 1.727,3 pts
- 9 - Op De Beek - Op De Beek Toyota Célica GT 1812, 7 pts
- Abandon - Bataille - Bataille Porsche 911

Texte et photos EDDY COPPEE

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.