La Formule-1, de 1950 à aujourd’hui.

Tony Henssen    2016-08-30 22:00:19   

C’est en 1950 que s’est déroulé le premier championnat de Formule 1. Celles-ci existaient déjà depuis les années 20 mais aucun vrai championnat n’existait pour ces voitures à l’époque.


Le tout premier grand changement à été de placer le moteur à l’arrière de la voiture ce qui réduisait considérablement l’usure des pneus avant dû au poids du moteur.
La montée en puissance des moteurs et celle de la tenue de route permet d’aller de plus en plus vite jusqu’aux limites de la vitesse.

Dans les années 60-70, avec l’aérodynamique et l’invention des ailerons qui permettent de maintenir la voiture au sol et qui augmentent sa tenue de route ( augmentation de la pression des pneus et plus d’adhérence au sol). On arrive dans la période moderne de la Formule 1.

Fin des années 70, Renault crée le moteur Turbo. Celui-ci permet de très grandes puissances jusqu’à 1000 chevaux. L’idée est donc reprise par d’autres constructeurs.
Cependant les pilotes sont peu protégés ( cockpit trop petit ) pour ces vitesses.

Les années 80 sont des années noires pour la Formule 1 ; beaucoup de pilotes perdent la vie parce que les voitures quittent la route ( manque d’adhérence dû à la vitesse importante ).

En 1989, la fédération décide d’interdire le turbo qu’ils considèrent dangereux pour les pilotes.

En 1994, le décès d’Ayrton Senna ( 1960-1994 ) encourage la mise en place de réglementations plus strictes par la fédération quand à la sécurité du pilote.

Les suspensions réactives, l’anti-patinage et l’anti-blocage des freins sont interdits. La vitesse est désormais limité à 80km/h dans les stands.

1999, l’arceau de sécurité au dessus de la tête des pilotes est porté à 70 mm. Mise en place obligatoire d’un câble pour empêcher les roues de se détacher en cas d’accident.

Durant les années 2000 la réglementation à joué aux « yoyo ». Comme l’anti-patinage, la boite automatique, la direction assistée. Toutes ces assistances remises aux goût du jour pour finir par être interdites.

Ces 6 dernières années, le KERS fais son apparition, ensuite interdit puis réapparut. Ainsi que le DRS. Alors que des innovations telles que le F-Duct et le double diffuseur sont interdites.

D’autres changements sont apparus au fur et à mesure du temps, perdant le spectateur dans ce méli-mélo de règles qui ont été bien souvent adoptées pour freiner l’innovation technologique, pour améliorer la sécurité (le nez actuel aurait été adopté dans ce sens) mais aussi pour « améliorer » le spectacle

Ce vendredi matin à Spa-Francorchamps ont testait encore une nouvelle amélioration pour la sécurité des pilotes . Le HALO testé par Nico Rosberg ainsi que les écuries Toro Rosso et Force India.

Rosberg se dit satisfait du Halo : « Il ne m’a pas perturbé en conduisant. J’ai immédiatement pu aller vite et j’ai même établi le meilleur temps de la session ce matin, donc je pense que c’était un succès. »

Retour sur ce week-end à Spa-Francorchamps

La course du dimanche à été remportée par un Nico Rosberg imprenable suite à la pénalité de Lewis Hamilton qui partira fond de grille . Celui-ci fera tout de même une incroyable remontée pour terminer à la 3e place du podium. Une bonne stratégie et fait de course incroyable avec la sortie de K.Magnussen qui aura déployé une Safety Car suivie du drapeau rouge (arrêt de course). La seconde place est remportée par Daniel Ricciardo.

Ce dimanche c’était également l’occasion d’admirer John Wartique lors de la Porsche Mobil 1 Supercup.

Portant pour la première fois les couleurs de Paleo, le pilote Belge a rencontré des petits soucis techniques lors des essais libres et des qualifs. Ce qui le place en 19e position sur la grille de départs ( sur 31 concurrents ).

« J’ai tenté de disputer la course la plus intelligente possible, en évitant à deux reprises des accidents juste devant moi ! Preuve d’une certaine montée en puissance, c’est dans mon dernier tour, avec des pneus nettement moins frais, que j’ai signé mon meilleur chrono en course. Au-delà de ma 18ème place finale, c’est cette progression dans les résultats que je retiendrai... »

Évoluant à quelques dixièmes à peine des pilotes ayant fini aux portes du top 10, John Wartique a satisfait les responsables de la formation MRS-Cup Racing, l’un des teams de pointe de la Porsche Mobil 1 Supercup. Leur message est clair : "pour espérer briller dans cette compétition de très haut vol, il faut rouler, rouler et encore rouler ! Or, Spa n’était que ma deuxième course à ce niveau."
Affaire à suivre..

Cette édition 2016 du Grand Prix à Spa-Francorchamps aura été un succès inattendu.

En effet plus de 25.000 Hollandais se sont déplacés à Spa ce week-end pour venir encourager leur compatriote Max Verstappen.

Cela faisait longtemps que le circuit de Spa-Francorchamps n’avait plus eu un tel succès. Près de 90.000 visiteurs cette année.

Il ne restera plus qu’a attendre l’édition 2017 pour espérer voir ce déplacer les fans Belges pour notre compatriote Stoffel Vandoorne qui s’est fait promettre un volant par le patron de l’équipe Mercedes lors d’une interview.

Tony Henssen.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.