La bourse d’Ath : pareille à elle-même

Benoît Piette    2014-04-26 09:10:44   

Comme chaque année, et grâce à la complicité d’une publicité tout azimut, la bourse d’Ath a drainé les amoureux des véhicules anciens dans son sympathique espace qui, petit à petit, dévoile son exiguïté.


Depuis quelques années déjà, une tente placée à l’entrée protège les exposants des intempéries.
Hélas, certains demeureront dehors... mais il faut avouer que votre serviteur n’a encore jamais connu de temps pourri à cette bourse... peut-être bénie des dieux.

A l’entrée, une Panhard Dyna Z12 BGL de 1958 était à vendre. Relativement rare en Belgique, ce véhicule était sain et complet.

Son propriétaire du Nord de la France prétend qu’elle a été remisée depuis la mort inopinée de son propriétaire en 1976...
Elle était à vous pour 2.500 EUR.

Dans la tente attenante au bâtiment, quelques stands attendaient les badauds.

Plus loin, d’autres voitures à vendre, dont cette Taunus 17m Super à boîte automatique : pas très courante en version deux portes !

Comme d’habitude, et toujours au même emplacement, le stand du Club Belge des Anciennes Citroën présentait un coupé et un cabriolet Traction Avant, histoire de rappeler que cette année, cette icône de l’automobile d’avant-guerre soufflera ses quatre-vingts bougies à l’occasion du Jumble Citroën qui se déroulera cette année au pied de l’Atomium (27/04/2014).

Un peu plus loin dans l’allée centrale, siégeait une Grégoire de 1907. Encadrée de deux panneaux expliquant toute l’histoire de cette marque créée à Poissy (FR) en 1902, cette vénérable auto est encore en très bon état.

Comme l’explique avec humour son propriétaire, ce véhicule ne possède ni pompe à essence, ni pompe à eau, ni batterie, ni démarreur... en outre, ses optiques fonctionnent à l’acétylène à l’avant et le feu arrière... avec une bougie !

La marque Grégoire a construit des voitures jusqu’en 1924, date à laquelle la firme Bignan rachète ses installations de Poissy pour y monter ses propres modèles.

Quant au musée Mahymobile, il proposait aux visiteurs une vision plutôt « écologique » de l’automobile, à savoir un « Velocar Mochet », espèce de cuistax pour deux personnes présenté au salon de Paris en 1930 avec une carrosserie en contreplaqué et « pégamoïd » (similicuir).

Un petit moteur de 50 cm³ était proposé en option. Celui-ci se logeait sous le siège.

La firme Mochet de Puteau (FR) est plus connue dans l’immédiat d’après-guerre pour ses « microcars » dont elle arrêta la production en 1957.

Un parking spécialement dédié aux oldtimers était accessible à l’arrière des bâtiments, on y retrouvait quelques voitures peu courantes comme par exemple cette VW K70 née NSU ...

Au terme de cette visite, on ne pouvait que conclure avoir passé un bon moment dans une atmosphère conviviale, à mille lieues des grands-messes du véhicule ancien !

A l’année prochaine, et sans faute !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.