Le Belgian Westhoek Classic : "Vlaanderen Rallyland" !

Bob d’Automag    2014-10-04 15:17:47   

Belgian Westhoek Classic 2014 : 19 & 20 septembre 2014


J’ai pu convaincre mon copilote de participer au Belgian Westhoek Classic, non sans mal d’ailleurs. Mais pourquoi donc les francophones sont-ils si « frileux » de participer à une épreuve dans la Belgique Nordiste ?! Peur de ne pas comprendre toutes les règles, les road books ne sont pas « comme chez nous » … et puis je ne sais pas … Foutaises et balivernes ! Mettez tout cela au placard, chers copilotes parce que ça ne tient pas la route !

Deux jours de "Vlaanderen Rallyland".

La Porsche 912 chargée sur la remorque et nous voici partis sur « Vlaanderen Rallyland ». (NDLR : oui vous avez bien lu la petite jaune est une 912, pas 911 ! La 912 est équipée d’un 4 cylindres 1600cc qui n’est autre que le moteur de la Porsche 356). Nous voici donc en route le vendredi 19 septembre car pour leur 10ème édition les organisateurs avaient décidé d’étaler leur rallye sur 2 jours.

Porsche 912 de Wuyts - Schoonbroodt (photo François Caulier)

L’homme derrière l’organisation est Rudi Opdenakker, même si vous semblez reconnaître en lui un lointain cousin des ZZ Top, le « bearded man » est un vrai flamand, bien connu pour sa belle carrière en rallyes dans les années ’70 et ’80. L’homme, à la fois jovial et discret, derrière sa barbe grise, observe et veille à ce que tout le monde soit à son poste pour accueillir les participants. Les frérots Vanoverschelde (Björn & Jens), qui se partagent un très beau palmarès en rallyes historiques, se sont occupés de tracer un superbe parcours.

Tout est prêt pour une édition fantastique, la dixième, de ce BELGIAN WESTHOEK CLASSIC.

Les organisateurs avaient tout prévu, des hôtels étaient disponibles à proximité du départ à Deerlijk et Kortrijk. Le temps de déposer nos « petites valises » et faire la connaissance des anglais Appleton père & fils, « the real and unique », qui sont venus avec leur Morris Cooper S, et il est temps de filer vers le contrôle administratif et technique avant de prendre le départ de la première étape qui se fera de nuit !
Nous veillons à bien étalonner notre Brantz ce sera primordial pour la suite du rallye.

Triumph TR3 de Michel Curinckx et Lydie Meeus

Nous avons décidé de participer en catégorie Touring car Jean-Marc préférait « assurer » pour cette « première » en pays flamand. ☺
Nous côtoyons dans cette catégorie bon nombre de locaux et Hollandais qui ont fait le déplacement, et quelques connaissances comme Dirk Velghe et Geert Verdonckt avec une Renault5 Turbo (qui ont remporté la dernière édition du Rallye des Légendes), Michel Curinckx et son épouse Lydie sur leur rutilante Triumph TR3, et Mil Kinnaer avec la Triumph Dolomite qui a participé chez nous à l’Historic Rally M2 à Maasmechelen et aux Légendes. Tous nous confortent dans notre idée : « ici les routes sont belles et le road-book précis, vous verrez vous allez aimer ! ».

La catégorie Experts, quant à elle, regroupe les spécialistes du rallye historique flamand et hollandais : Dominique Hoelvoet y alignait sa nouvelle Toyota Celica 1600GT : « ce sera un beau test avant le Portugal » me lance Dominique avec un sourire qui en dit long. L’Escort MKI 1600RS très affutée du hollandais Peter Naaktgeboren avec Bart Den Hartog feront figure de favoris, Kurt Vanderspinnen avait sorti l’Alfa Guiletta Sprint 1959 pour véhiculer Anton Dupan pendant que papa Dupan roulerait avec la MGB, José Lareppe en Porsche 911, Eddy D’Hoe avec une MGB, Dirk Van Rompuy – Filip De Munck, Freddy Moors – Philippe Mathy, Benoît Stephenne – Michaël Demortier … et bien d’autres.

Très belle Ford Escort MKI 1600RS des hollandais Naaktgeboren & Den Hartog

Belgian Westhoek Classic 2014, Leg 1 … la nuit noire du vendredi 19 septembre !

Les road-books des premières portions sont distribués un peu avant le départ, une grande partie des spéciales sont des cartes tracées. Réflexe de mon copilote : prendre le temps de métrer les tronçons pour faciliter le travail en route. Bien joué, et lorsque je vous disais que l’étalonnage du Brantz était utile, ceci prendra toute son importance au cours de la nuit.

Les road-books des frérots sont faciles, il n’y a pas de pièges ou véritables casse-têtes comme l’on peut en trouver dans les rallyes de navigation. Il faut malgré tout rester très attentifs aux changements de directions, toute hésitation, arrêt, manœuvre de demi-tour vous vaudra des pénalités de retard aux contrôles.
Le tempo est lancé, c’est de la régularité à 100% avec toute l’assurance et la précision que cela requiert.
Nous filons de CH en CH sur les petites routes sombres vers la course de côte de Pironche et le château d’Anvaing. Après cette première étape de 111 kilomètres, 16 prises de temps et 1 RT nous pointons en tête de la catégorie : Wuyts-Schoonbroodt avec 0,168 points, sur nos poursuivants la Ford Escort MK2 des Vermeire (0,312 pts) et la Porsche 911 de Crabbe – Planckaert (1,072 pts).

(photo Koen Capelle)

En Experts, c’est Holvoet – Albert qui prend la tête avec 0,012 pts devant Lareppe – Delplancke et Van Rompuy – De Munck. Mais rien n’est joué, ceci n’était qu’en réalité qu’une « mise en jambes » , une coute nuit de repos et demain commencent les choses sérieuses.

Au petit matin, une légère brume flotte sur les petites route encore désertes …

Il est 8 heures du matin lorsque les premiers moteurs ronronnent sur les routes désertes de l’arrière campagne Courtraisienne. Le LEG 2 emmène les équipages de Deerlijk vers Boezinge. A nouveau beaucoup de cartes, certaines sont à tracer d’autres ne demandent qu’à suivre le trait noir indiqué. Les sections de liaisons empruntent des routes rapides, il n’y a donc pas besoin de se dépêcher pour arriver à la spéciale suivante (à moins d’avoir perdu le nord !). Certaines liaisons vous donnent souvent la possibilité de faire plein de carburant, ce qui est appréciable pour les petites autos gourmandes ! Plusieurs stations sont prévues et c’est bien agréable de faire le plein sans stress et sans files (bien pensé).

Kurt Vanderspinnen & Anton Dupan sur l’Alfa Guiletta Sprint 1959

Après avoir avalé un bon sandwich, nous quittons Boezinge par une « Spéciale Show » çà c’est pas pour me déplaire … Pas mal de public s’est amassé dans le premier virage, mon copilote me dit « vas-y au maxi, et on verra bien si on arrive dans les temps ». Le départ est lancé et nous voilà à fond les mannettes, mais sans faire d’erreur et perdre du temps dans des slides inutiles, le tout en coulé – roulé, et après 3 virages le pointage est en vue. « Freine t’es trop tôt ! » me hurle JM ! le temps de pousser 2 fois sur la pédale du milieu, et nous passons avec 2 secondes de retard sur la ligne d’arrivée. Frustrant non ?

Bon c’était un bon petit show, mais court ! Allez on file sur la région d’Ypres avec les wateringues, faut faire attention car c’est piègeux. Nous voici partis pour la région de l’Yser, (ce n’était pas la première bataille de flandre çà ?) une RT qui fini dans une terre difficile ne nous réconforte pas avec un bon temps, mais ce sera peut-être le cas de tout le monde. Arrivés au regroup, jean-Marc constate que nous avons pris 32 points de pénalité ! Horreur, comment est ce possible puisque nous passons bon à tous les CH ? Après vérification il semble que nous avons raté une prise de temps dans une RT (30 pts de pénalité forfaitaire), probablement un décomposé avec un urinoir au milieu, pris par le mauvais sens ! Rhâââ, le bête truc qui nous relègue vers la 12ème place !

Porsche 912 1600cc

A propos de bête truc, cela fait un moment que je vois le témoins d’ampères qui s’allume au tableau de bord … je n’alerte pas Jean-Marc directement, mais je réfléchis en pilotant … la génératrice, le régulateur ? Le régulateur ayant été remplacé il y a un an devrait tenir le coup. A un CH où nous arrivons avec 10 minutes d’avance, je vais contrôler l’affaire sous le capot et je remarque que les balais sont fort usés, une pression supplémentaire ne change rien au phénomène. Je pense que la génératrice charge encore un peu et nous permets de rouler. Jusqu’à un CH de Watou où la bête ne veut plus démarrer ! C’est la fin, nous ne pourrons pas rejoindre Nieuwkerke, et se lancer dans la nuit sans éclairage est totalement fou, il faut renoncer. Grâce à Mario Varrewaere et son Audi Coupé qui nous prête les cables à pinces nous pourrons redémarrer et rejoindre Deerlijk. Le rallye est fini pour nous.

Nous rentrons sagement mais avec la ferme intention de revenir prendre notre revanche sur ces routes magnifiques que nous ont tracé Björn et Jens.

Dominique Hoelvoet et Yannick Albert remportent le Belgian Westhoek Classic 2014. Ils ont pu mener leur Toyota Celica 1600GT à l’arrivée en passant tous les CH sans pénalité, ils remportent la catégorie Experts avec 0,408 pts devant les anglais Appleton avec la Morris Cooper S et les néerlandais Naaktgeboren et Den Hartog sur Ford Escort MKI 1600RS.

Dominique Holvoet et Yannick Albert remporteront cette 10è édition du BWC

- Classements Experts

En catégorie Touring la victoire ira à Crabbe – Planckaert sur Porsche 911 devant Velghe – Verdonckt sur R5 Turbo et Vermeire – Vermeire sur Ford Escort MK2.

- Classements Touring

Kristof Crabbe et Stefaan Planckaert remporteront la catégorie Touring. (Photo Inge Hollevoet)

Les organisateur du team Medina peuvent être fiers de leur prestations avec un très beau rallye, des résultats publiés en live, des points show pour le public, et un programme avec cartes incluses pour les amateurs et supporters.

Vivement que l’on se retrouve en 2015 !

Bob d’Automag.

- Website : www.belgianwesthoekclassic.be

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.