Les Pegaso au Rétromobile de Paris

Benoît Piette    2014-09-30 22:59:02   

Rendez-vous qui fait de Paris la capitale de l’automobile ancienne en février prochain, Rétromobile fera revivre la grande aventure Pegaso en présentant les plus beaux et étonnants modèles de cette marque mythique à l’histoire sulfureuse…


L’occasion de retracer un pan de l’histoire contemporaine, puisqu’elle elle naquit dans l’Espagne d’après guerre, et de redécouvrir une automobile avant-gardiste, véritable vitrine technologique de son temps.

Pegaso, l’histoire fulgurante de 5 ans de design et de mécanique exceptionnels

A la surprise générale, une voiture extraordinairement avancée pour son temps, la Pegaso Z-102, fut dévoilée en octobre 1951 à Paris au Grand Palais.

Cette automobile exceptionnelle qui est faite d’un mélange sulfureux de qualité, d’élitisme, de performance et de modernité est née en Espagne dans l’immédiat après-guerre au sein d’un groupe industriel de construction de camions nationalisé.

A cette époque, l’Espagne - sous la dictature de Franco - se reconstruisait dans un régime politique isolé par ses pays voisins et dans une situation économique fragile qui ne facilitait pas le développement de technologie tournée vers le progrès.

Dessinée par le brillant ingénieur espagnol Wifredo Ricart (1897-1974), ancien chef de projets chez Alfa Romeo de 1936 à 1945, la Pegaso Z-102 était une véritable vitrine technologique.

Une conception mécanique exceptionnelle pour une voiture exclusive.

La Pegaso Z-102 cachait dans ses entrailles un fabuleux moteur V8 de 2474 cm³ à quatre arbres à cames en tête développant entre 160 et 180 ch à 6300 rpm et un couple maximum de 216 Nm à 3600 rpm. (La Z02B faisait 200 ch avec un moteur réalésé à 2816 cm³) Ce moteur en alliage léger est accouplé à une transmission à cinq rapports.

Cette véritable automobile de compétition alerta immédiatement les grands constructeurs concernés comme Ferrari, Jaguar, Mercedes ou Aston Martin.

Le sigle de la marque ( Pégase , le cheval ailé de la mythologie gréco-romaine) était une véritable déclaration de guerre à Ferrari : “Quién puede querer un caballo rampante pudiendo tener uno que vuela ?” aurait dit Ricart (Qui voudrait d’un cheval “rampant” (Ferrari) alors que l’on peut en avoir un qui vole ?)

En septembre 1953, sur l’autoroute à Jabbeke , une Pegaso a battu le record de vitesse au km avec 243 km/h. Ce record n’a tenu qu’un petit mois et a été pulvérisé au même endroit par Norman Dewis sur Jaguar XK120.

Les premières Pegaso étaient entièrement construites et carrossées de manière artisanale chez ENASA (Empresa Nacional de Autocamiones, S.A. constructeur de camions et autobus).

A partir de 1952, Wifredo Ricart fait appel aux carrossiers les plus convoités du moment, tels que Touring et Saoutchik, afin de produire des voitures encore plus raffinées et, surtout, plus légères.

Chaque année, entre 1951 et 1956, les Pegaso ont été présentées au Salon de Paris. La production des belles Pegaso prit fin en 1957. En 6 ans la production totale n’a été que de 84 voitures.

Rétromobile

Rêver, s’extasier, s’informer, investir, aller à la rencontre des artistes, constructeurs, clubs, fédérations, vendeurs de pièces détachées et de miniatures, restaurateurs, marchands d’automobile, remonter dans le temps au travers de collections exclusives… Telles sont les promesses de Rétromobile pour ses visiteurs, grands ou petits, venus des quatre coins du monde.

Dates : du mercredi 4 au dimanche 8 février 2015
Lieu : Porte de Versailles, Pavillon 1
Horaires : mercredi de 10h à 22h, jeudi, samedi, dimanche de
10h à19h, vendredi de 10h à 22h
Tarifs : 14 € en prévente sur le site internet, 16 € sur le
salon, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.