Les monovolumes de Kia à l’essai : Carens 2.0 CRDi EX et Carnival 2.9 LX

Christian Bouchat.    2004-01-23 00:00:00   

Fondée en 1944 pour produire des pièces de vélos, la marque coréenne Kia s’est lancée en 1961 dans la production de motocyclettes et 10 ans plus tard, elle produisit son premier camion. La première voiture fut produite en 1974, avec l’aide de Mazda.

Kia rencontre de très graves problèmes financiers en 1998, à la suite de la crise économique en Asie. Ce n’est que la reprise par Hyundai en 1999 qui a permis d’éviter le pire. Kia fait partie du Hyundai Automotive Group créé en 2000 et représente actuellement environ 37 % de la production du groupe.


Désormais, les importations en Europe sont dirigées au départ d’une filiale située en Allemagne. Cette organisation contrôle directement les importateurs nationaux.

La Kia Carens est un break haut ou un monospace bas, à vous de choisir.

Auparavant, Kia a connu un certain succès chez nous, avec la petite Pride, dérivée de la Mazda 121 et le 4 X 4 Sportage dont 25.984 unités ont été assemblées entre 1995 et 1998 par Karmann dans son usine d’Osnabrück, pour le marché européen. Avant et après ces années, un certain nombre de Sportage ont été importés directement de Corée.

Actuellement, la gamme belge de KIA se compose de la Rio, de la Shuma II, de la Magentis des monospaces Carens et Carnival et du tout récent SUV Sorento. Dans un avenir proche la berline de prestige Opirus et la populaire Picanto apparaîtront sur le marché belge.

Nous avons eu l’occasion de faire plus amplement connaissance avec les monovolumes proposés par Kia sur notre marche.

La Kia Carens est remarquable par son excellent rapport qualité / prix.

Nos voitures d’essais

La gamme Carens, dont 204 exemplaires ont été vendus en Belgique, propose 5 références : deux équipées du moteur 2.0 L turbo diesel à rampe commune de Hyundai et trois versions essence. La Carens 2.0 CRDi EX se trouve au sommet de la hiérarchie. La voiture mise à notre disposition bénéficiait également des options peinture métallisée et de la finition cuir combinée aux sièges avant chauffants.

le tableau de bord de la Carens est complet et correctement contruit.

La Carens s’oppose, selon son constructeur, aux Opel Zafira et Renault Scenic. De par sa longueur, la Carens serait plutôt concurrente de la future Renault Grand Scenic.

La forme arrière de la Kia Carens n’entrera certainement pas dans le Panthéon du Design Automobile. Il n’empèche que son volume de chargement est intéressant.

La Carnival quant à elle, semble venir tout droit des Etats Unis tant son allure fait penser aux minivans d’outre Atlantique. La Carnival y remporte non seulement un franc succès commercial, mais elle y accumule également les distinctions honorifiques. En Belgique, l’importateur ne propose, très logiquement, que la version turbo diesel. Celle-ci est mue par un gros quatre cylindres de 2.9 L à rampe commune, de 144 CV (106 kW). Les principales concurrentes de la Carnival sont la Chrysler Voyager et la Renault Espace.

La Kia Carnival fait partie de la catégorie des grands monospaces

Architecture, carrosserie

Les Carens et Carnival sont des tractions avant, dont les moteurs sont placés transversalement.

Les deux véhicules disposent de carrosseries monocoques. La Carens est plutôt configuré comme un grand break classique. La Carnival se distingue par ses deux portes arrière latérales coulissantes.

Habitacle et équipement

KIA CARENS 2.0 CRDi EX

L’accès aux places avant de la Carens ne pose pas de problème particulier, bien que d’aucuns auraient préféré un angle d’ouverture des portes plus important. Cette remarque est également valable pour les portes arrière.

Le seuil de chargement de la Carens est relativement haut.

Les portes avant de la Carens ont la fâcheuse tendance à se refermer intempestivement lorsque la voiture est garée dans une pente car les crans d’arrêt ne supportent pas le poids des portes.

Une fois installé derrière le volant cuir, réglable en hauteur, de la Carens EX, on apprécie ou on n’apprécie pas son inclinaison qui se situe quelque part entre celle d’une camionnette et celle d’une voiture. Le pare-brise comprend une bande bleue dans sa partie supérieure. Le sommet du pare brise descend assez bas et l’angle de visibilité vers le haut ne nous paraît pas idéal. (Il est difficile de voir les feux de signalisation à l’arrêt lorsqu’on est en première ligne)

Entre les sièges avant se situent deux portes canettes, un cendrier nomade, l’allume-cigare
et la commandes des sièges chauffants.

Les dossiers des sièges arrière sont fort inclinés mais soutiennent bien le dos.

Dans la configuration proposée sur notre marché, la Carens est plus proche d’un grand break rehaussé que d’un véritable monospace. Elle n’est livrable qu’en version cinq places. La banquette arrière se replie de façon asymétrique et offre ainsi un plancher de chargement plat.

L’accessibilité de la Carnival estfacilité par les deux portes arrière coulissantes.

Avec un empattement de 2.560 mm, il ne devrait pas y avoir de problème de place pour les jambes à l’arrière, mais dans la réalité il en est tout autrement lorsqu’on transporte des adolescents ou des adultes. En effet, l’absence de cave à pieds empêche de glisser les pieds sous les sièges avant. Cela paraît anodin, mais ces quelques centimètres perdus peuvent rendre les trajets moyens et longs assez pénibles.

La Carens EX est fort correctement équipée. Elle dispose notamment d’un climatiseur automatique, d’un verrouillage centralisé avec commande à distance, des vitres électriques et des rétroviseurs extérieurs électriques. Une boîte à gants éclairée, des bacs dans les portes avant, un espace de rangement fermé dans le bas de la console centrale et des poches aumônières dans les dossiers des sièges avant.

Sous le plancher du coffre à bagage on trouve deux espaces de rangement de part et d’autre d’un plateau préformé, destiné à recevoir discrètement divers petits objets. Sous ce plateau se trouve le compartiment de la roue de secours. Celle ci se trouve tellement enfouie que certaines personnes éprouveront des difficultés à l’en extraire. Dans l’ensemble, la hauteur du plan de chargement est assez élevée et le gros pare chocs arrière ne facilite pas vraiment l’accès aux extrémités du coffre. Sur les arches de roue, dans le coffre, se trouvent des portes canettes destinés aux versions 6 ou 7 places qui ne sont pas disponibles en Belgique.

Au niveau des équipements de sécurité, signalons les airbags frontaux pour le conducteur et le passager avant, les ceintures de sécurité avec prétensionneur et limiteur d’effort, les airbags latéraux à l’avant, le système ABS avec quatre freins à disque ventilés et le système anti-patinage TCS (Traction Control System)

Tableau de bord de la Kia Carnival 2.9 LX.

La KIA CARNIVAL 2.9 LX

L’angle d’ouverture des portes pourrait être plus important. Le plancher de la Carnival est cependant assez élevé et ne facilite pas vraiment l’accès pour les jeunes enfants et les personnes plus âgées.

A l’arrière, les portes coulissantes sont très pratiques. A remarquer : les vitres de celles ci sont fixes. La Carnival est un vrai monovolume avec 3 rangées de sièges, offrant de la place à sept personnes bien qu’il n’y ait que six appuis-tête. Les sièges de la première et de la deuxième rangée sont pourvus d’accoudoirs. L’accès à la deuxième rangée est des plus facile et la place n’y manque pas, d’autant plus que les pieds peuvent se glisser assez loin sous les sièges avant. Pour atteindre la troisième rangée, il faut cependant se plier à quelques contorsions car, bien que le siège du milieu s’avance automatiquement lorsqu’on déverrouille son dossier, son armature de fixation reste fixée au sol. Les sièges de la troisième rangée offrent suffisamment de place car ils peuvent également coulisser. Lorsque les sièges arrière sont en place, le volume du coffre n’est vraiment pas très grand. Voilà pourquoi la Carnival est livrée avec des barres de toit. Il ne reste qu’à acquérir les coffres à fixer dessus.

La Carnival LX est également fort correctement dotée : volant réglable en hauteur, climatiseur manuel bi-zone (avant/arrière), un porte canettes qui nous paraît particulièrement solide dans la console centrale, tiroir de rangement sous le siège passager, une prise de courant au tableau de bord, 2ième et 3ième rangées de sièges amovibles, sièges de la 2ième rangée transformables en tablettes, portes cannettes avec un cendrier nomade à la 3ième rangée de sièges, éclairage intérieur individuel avec commande centralisée au tableau de bord, vitres avant électriques et verrouillage centralisé avec commande à distance. Celle ci se distingue par le fait que la clef est indépendante de l’émetteur. De plus, lorsqu’on verrouille la voiture, elle donne un bref coup de klaxon, ce qui est particulièrement pratique quand on doit rentrer discrètement à la maison aux environs de 2 ou 3 heures du matin (ou plus tôt encore)....

On peut toutefois regretter l’absence d’airbags latéraux et rideaux.

Sur la route

La Carens 2.0 CRDi EX surprend agréablement par la disponibilité de son moteur. Celui ci fait preuve de souplesse et de puissance. Il est possible de circuler en cinquième à 60 Km/h et lorsqu’on le sollicite, il réagit avec brio. Avec quatre personnes à bord, nous avons tenté cet exercice au bas de la côte de Barchon et tout au long de la montée nous avions l’impression que le moteur gardait encore de la réserve. Nous avons obtenu une consommation moyenne de 8,25 L/100 Km (7 L/100 Km annoncés) en ne cherchant ni à battre des records de consommation ni de records de vitesse. En conduite plus économique, il doit être possible de descendre aux environs de 7,5 L/100 Km, ce qui reste fort acceptable pour une auto de près de 1.450 kilos.

Dans l’ensemble l’insonorisation de l’auto est encore perfectible : le bruit rauque du moteur est toujours présent dans l’habitacle et particulièrement au dessus de 3.000 t/min. Les bruits de roulement ne sont pas aussi bien filtrés qu’espéré.

Le confort est des plus acceptables bien que sur certains revêtements la suspension a une légère tendance à tressauter.

Globalement, la Carens accomplit très correctement sa mission de voiture familiale, bien que manque cette finesse du comportement routier, tant au point de vue confort que tenue de route, qui est le propre des meilleures européennes.

La Carnival quant à elle, surprend plaisamment par son moteur et son confort général. Il est vrai qu’il s’agit d’un véhicule plutôt pensé pour les Etats Unis. Sa taille et son poids n’incitent pas particulièrement à la vitesse. Si l’auto convient bien aux trajets autoroutiers, elle n’est pas très à l’aise en ville où ses dimensions et son rayon de braquage important constituent un handicap important. D’autre part, les routes sinueuses ne constituent pas un problème tant qu’on ne force pas sur la vitesse.

Le très gros quatre cylindres fournit 144 CV à 3.800 t/min, ce qui n’est pas superflu pour mouvoir une masse de plus de 2.100 kilos à vide. La souplesse est au rendez-vous. Entre 1.400 et 3.200 t/min l’accélération est progressive et on sent la bonne disponibilité de ce groupe. En cinquième à 2.500 t/min on roule à environ 120 Km/h et à 3.000 t/min la vitesse est de 135 Km/h compteur. Ici aussi le bruit s’empare de l’habitacle au delà des 3.000 t/min. Kia annonce une consommation en cycle mixte de 8,2 L/100 Km et sommes arrivés à un chiffre de 8,96 l/100 Km, ce qui nous paraît fort honorable pour un véhicule d’un tel poids.

Il ne faut pas perdre de vue que la Kia Carnival a été étudiée pour le marché Nord-Américain, où les critères de comportement routier sont assez différents des nôtres. Son comportement routier, assez pataud, privilégie le confort et permet de voyager décontracté sur de grandes distances.

Prix et disponibilité

Avant toute chose, signalons que, comme de nombreux constructeurs asiatiques, Kia pratique une politique qui laisse peu de place aux suppléments.

La Carens 2.0 CRDi EX mise à notre disposition vaut 17.700 ? TVAC. La finition cuir + sièges avant chauffants est facturée 1.500 ? TVAC et la peinture métallisée est disponible moyennant un supplément de 300 ?.

La Carens 2.0 CRDi EX est une des rares voitures à motorisation diesel à pouvoir être équipée d’une boîte automatique. Celle ci compte 4 rapports et est proposée moyennant un supplément de 1.100 ?

Le prix catalogue de la Carens 2.0 CRDi LX s’élève à 16.400 ? TVAC. Une seule option est possible : la peinture métallisée à 300 ?.

Parmi les motorisations à essence, la Carens 1.6 LX est le modèle d’entrée de gamme. Elle est disponible pour 13.880 ? TVAC Une seule option est disponible : la peinture métallisée.

Le moteur 1.8 existe en deux finitions : LX et EX aux prix respectifs de 14.300 ? et 15.600 ? TVAC

Les versions EX (quelque soient les motorisations) peuvent recevoir les options suivantes : boîte automatique (+ 1.100 ?), cuir + sièges avant chauffants (+1.500 ?) et toit ouvrant en verre (+ 650 ?).

La Carnival n’est livrable qu’avec le 4 cylindres 2.9 L turbodiesel de 106 kW (144 CV) La version de base, LX, dont nous disposions vaut 25.800 ? TVAC. L’option peinture métallisée vaut 300 ?. Elle est également disponible avec une boîte automatique, moyennant un supplément de 1.300 ? TVAC. Une version EX, mieux finie et mieux équipée est proposée pour 27.800 ? TVAC.

Garantie

Kia semble confiant dans ses produits et offre 3 ans de garantie SANS limitation de kilométrage. Quant à la garantie contre la perforation par corrosion, celle ci s’élève à 6 ans. De plus, une assurance - assistance sur route de trois ans est également incluse.

Conclusions

Les monovolumes Kia constituent des offres très intéressantes pour ceux ou celles qui ne sont pas obnubilés par le concept d’image de marque.

La Carens ne dispose pas de la modularité qu’on pourrait attendre d’un monovolume, mais si on cherche un break spacieux disposant d’un moteur moderne et performant, il serait dommage de ne pas considérer cette proposition.

La Carnival, dont nous avons apprécié le confort global, s’adresse plutôt à une clientèle qui cherche un monospace fiable à l’habitabilité généreuse et qui se soucie moins des performances. Malheureusement en Belgique, la Carnival souffre d’une pénalité fiscale qui rend sa diffusion très confidentielle (25 exemplaires vendus en Belgique en 2003, dont une commande spéciale à moteur V6 essence). Il faudrait, pourtant, le considérer comme un concurrent direct des monospaces américains.

Les atouts principaux des monovolumes Kia sont leur rapports prix/équipement et prix /habitabilité. Elles offrent beaucoup pour un prix bien inférieur à celui de la majorité de leurs concurrentes, mais certaines options devenues presque communes (Airbags rideaux, GPS, ...) restent indisponibles dans la gamme actuelle.

Dimensions et poids

Modèle Carens 2.0 CRDi EX Carnival 2.9 LX
Longueur 4.493 mm 4.925 mm
Longueur intérieure 2.414 mm 2.610 mm
Largeur 1.748 mm 1.900 mm
Largeur intérieure 1.378 mm 1.625 mm
Hauteur sans rails de toit 1.609 mm 1.735 mm
Hauteur avec rails de toit 1.650 mm -
Hauteur intérieure 1.287 mm 1.235 mm
Empattement 2.560 mm 2.905 mm
Voie Avant 1.490 mm 1.805 mm
Voie Arrière 1.483 mm 1.600 mm
Garde au sol 155 mm -
Poids à vide 1.474 à 1.511 kg 2.145 à 2.213 kg
Poids à vide avec boîte automatique 1.486 à 1.523 kg 2.155 à 2.223 kg
Poids total autorisé 1.975 kg 2.738 à 2.853 kg
Poids de la remorque freinée 1.250 kg 2.000 kg

Châssis

Pneus 205/60R15 215/65R 15
Jantes 6,0JJ x 15 -
Freins à disques ventilés sur les 4 roues et système ABS avec anti-patinage Disques à l’avant, tambours à l’arrière et système ABS
Capacité du réservoir d’essence 55 litres 75 litres
Direction à crémaillère, avec assistance hydraulique en fonction de la vitesse à crémaillère, avec assistance hydraulique
Suspension avant McPherson avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs à gaz MacPherson avec barre anti-roulis
Suspension arrière Bras double avec amortisseurs à gaz Bras multiple, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs à gaz et barre anti-roulis

Performances, consommation et émissions

Vitesse maximale 182 Km/h, 171 Km/h avec B. Automatique 174 Km/h, 179 Km/h avec B. Automatique
0 >100 Km/h 13,5 s ; 14,0 s avec B. Automatique 15,5 s ; 16,4 s avec B. Automatique
Consommation en cycle complet 7,0 L/100 Km ; 7,6 L/100 Km avec B. Automatique 8,2 L/100 Km ; 8,8 L/100 Km avec B. Automatique
Rejet de CO² 185 gr/Km, 205 gr/Km avec B. Automatique 217 gr/Km, 235 gr/Km avec B. Automatique

Moteur

Puissance fiscale en Belgique 11 CV 15 CV
Type Diesel, 4 cylindres en ligne, refroidi par eau, turbo et rampe commune Diesel, 4 cylindres en ligne, refroidi par eau, turbo et rampe commune
Position A l’avant, transversal A l’avant, transversal
Alésage x course 83,0 x 92,0 mm 97,1 x 98,0 mm
Cylindrée 1.991 cm³ 2.902 cm³
Taux de compression 17,7 à 1 19,3 à 1
Puissance maximale 83 kW, 113 CV à 4.000 tr/m 106 kW, 144 CV à 3.800 tr/m
Couple maxi 245 Nm à 2.000 tr/m 310 Nm à 2.000 tr/m
Arbre(s) à cames 2, en tête 2, en tête
Soupapes 4 par cylindre 4 par cylindre
Injection directe, rampe commune directe, rampe commune
Capacité du circuit de lubrification 5,9 litres avec filtre 7,1 litres avec filtre
Capacité du circuit de refroidissement 7,7 litres 9,4 litres

Transmission

Transmission Aux roues avant Aux roues avant
Boîte de vitesses Manuelle à 5 rapports AV + 1 AR Manuelle à 5 rapports AV + 1 AR
Embrayage mécanique mécanique
Option Boîte automatique à quatre rapports AV + 1 AR Boîte automatique à quatre rapports AV + 1 AR
Rapport de pont 4,105 ; 3,833 avec boîte automatique 3,882 ; 2,554 avec boîte automatique

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.