Neige et glace 2016 : Boue, pluie et neige, une édition très disputée !

Raymond Collignon    2016-02-24 21:01:09   


Neige et glace 2016 : Victoire sur le fil d’ERIK VAN PEER et Eric CHAPA !

Dimanche 31 janvier le prologue de nuit.

Pontarlier dégouline de pluie, un vent mauvais fait fuir les quelques courageux s’aventurant dans les rues de la ville. Malgré la concurrence du Monte Carlo se déroulant à la même date une bonne centaine de voitures sont engagée au Soixante deuxième « rallye neige et glace ». La neige, attendue comme un cadeau des Dieux, nous boude cette année, quelques ornières glacées témoignent seules dans les forêts des dernières invasions hivernales. Rivés à leurs Smartphone, les plus optimistes annoncent les tempêtes de neige pour mercredi, un peu tard, c’est le dernier jour du rallye !

L’étonnante Autobianchi Y 10 des Sanseigne vainqueur en 4X4 devant les Quattro !
Photo Alain PATRICE

Une belle brochette de vedettes

Nous retrouvons au départ les Pescarolo, Deflandre, Van Peer, Holvoet, Reuter, Baugnez et les autres flanqués de leurs fidèles équipiers Chapa, Perin,Vanhoverschelde, Gully, Remion, des fiers à bras prêts en découdre, d’autres passionnés sont là, engagés en moyennes basses Michel Closjan et Robert Rorive en tête devant la meute des Volvo, Jaguar et la surprenante TRABANT P 601 LS de Jean Maurice Duhaut épaulé par Robert Wuyts le rédacteur chef d’Automag… Il y a aussi cette année une catégorie 4X4 séparée très bien fréquentée avec les Lancia Intégrale, Audi Quattro, Bmw 325 IX, Citroën Visa et autres rarissime Lancia Y 10 …

Photo Eddy Coppée

C’est la course de côte de Larmont, parcourue de nuit, qui sert d’étalon pour cette épreuve de mise en bouche. Cela se passe mal pour notre BMW 2002 TI Alpina qui, le Blunik nous jouant un mauvais tour, pointe plusieurs fois à l’avance, plus d’une minute au total…

Neige et glace c’est aussi la guerre des pneus…les clous sont autorisés !

Lundi 1 février pluie battante et glace, le vrai rallye commence….

Il pleut toujours à verse, Patrick Zaniroli et son « ouvreur » Alain Lopes nous imposent les clous car les ornières de glace sont encore présentes sur l’itinéraire. En cent quatrième place, c’est parti pour les grandes étapes classiques de Malbuisson à travers les petites routes forestières du Jura. Ces chemins étroits sont couverts de boue mais la glace annoncée se fait rare, juste quelques ornières par endroits. Les clous ne sont pas nécessaires, Alain Lopes a annoncé à plusieurs reprises « risque de glace » mais c’était le jour avant, la pluie faisant son effet a maintenant nettoyé les routes…

Van Dalen/ Minguet les premiers à avoir mené la course, ils serons plusieurs à se succéder à cette place tant enviée, le graal n’est pas à la portée de tous...

Arrivés à la pose d’ ARBENT, les premiers résultats tombent les Belges dominent à nouveau, même sans neige Marc Van Dalen et Julien Minguet sont devant, les habituelle vedettes pataugent un peu. Les routes sont superbes, glissantes et piégeuses… Arrivés le soir à Malbuisson le classement se confirme , les Belges restent devant, les Italiens MOROSI/RAINISIO ne mêlent sans complexes à la bagarre, Henri PESCAROLLO/ Michel PERIN avec leur Porsche ne sont pas loin, en sixième position, la lutte est bien engagée…

Henri Pescarolo Michel Perin deux grand champions sixième, ils approchent du podium, encore un peu de patience…bientôt la victoire ! Photo Alain PATRICE

Mardi 2 février Vers ORNANS et la fameuse étape de nuit.

La courageuse Trabant P 601 LS Automag « 2 pattes et deux temps » un peu de fumée et un très gros cœur… dans les côtes. Photo Alain PATRICE

Les conditions climatiques restent mauvaises, on autorise les pneus contacts la neige nous boude. 342 kms sont annoncés avant ORNANS, ville natale du peintre COURBET. Certaines spéciales sont très spectaculaires dont celle de PEIREFONTAINE et sa célèbre cascade qu’on a à peine le temps d’apercevoir, traversée d’une piste de skis désertée, petits chemins à flanc de montagne, passages sur terre en forêt… on imagine que le même itinéraire sous la neige aurait provoqué annulations et blocages mais ici cela passe !

La BMW ALPINA Automag au pays des mares et des fées…
Photo Alain PATRICE

Plus de 118 kms dans la nuit.

118 kms de nuit sont annoncés au départ d’ORNANS. La première RT à MALANS commence par un slalom dans le village, un peu plus loin, nous sortons de la route dans un gauche très glissant. A cet endroit les spectateurs sont heureusement assez nombreux et ils arrivent, à force d’ahanements et de cris, à sortir notre BM couchée sur le flanc dans un fossé assez profond, nous serons plusieurs voitures à la visiter ! Cela nous a pris six minutes qui multipliés par les prises de temps restant dans la spéciale se transformeront en plus de 2.000 points de pénalité, une vraie catastrophe !

Photo Eddy Coppée

C’est là que le système des « Joker » montrent ses limites, il vaut mieux faire ses gaffes en fin de spéciale qu’en début et la même sortie de route à trois prises de la fin ne nous aurait rien coûté… Cette étape de nuit est finalement géniale, les étapes forestières de VILLIERS et MIGNOVILLARD parcourues sous la pluie fine et dans la boue se transforment en vrai petit RAC, sportif et amusant.

La neige tombe de plus en plus fort La Lancia BETA Monte Carlo de Minar- Philbert blanche sur blanc une belle voiture. Photo Alain PATRICE

3 Février, LA NEIGE TOMBE enfin SUR LE JURA !

MOROSINI-RAINISIO des Italiens en plaques monégasques il sont second se mêlant aux Belges avec Pescarolo dans les dix premiers… Photo Alain PATRICE

On l’avait annoncée, la neige est là ! A gros flocons elle tombe, humide en bas, poudreuse sur les sommets. C’est la panique dans les assistances, ceux qui en ont remettent les fameux pneus « BURZET ». Van Dalen a dégringolé eu classement, Erik Van Van peer est bien remonté en quatrième position, Pescarolo reste sixième, Reuter, Deflandre se maintiennent dans le top dix ! Jouant sur les jokers la lutte est à couteaux tirés seulement 23 secondes séparent les cinq premiers ! C’est la dernière spéciale da la journée, la vingt cinquième au total, qui est la plus enneigée, quasi cent pour cent forestière, elle s’avère un « grand juge » remportée brillamment par ETIENNE BAUGNEE et BENOIT REMION dont la MGB en pneus Burzet bien pilotée fait merveille. Nos amis Italiens MOROSI et RAINISIO joueront là leurs bons Joker en perdant du temps dans le final en se maintenant quand même seulement à trois seconde seulement de VAN PEER/ CHAPA qui emportent finalement ce rallye très disputé jusqu’au bout.

BMW 2002 Tii Alpina (Photo Eddy Coppée)

Dominique HOLVOET et Bjorn Vanhoverschelde sur le Toyota MR2 clôturent avec panache ce beau podium. En 4X4 les Sanseigne sur leur surprenant Y10 l’emportent devant les quattro de TOREJON et Pauwels, Michel Closjans et Robert Rorive dominent comme à l’habitude le classement « moyennes basses » à une belle treizième place au général, la vaillante petite Traban de nos amis Jean Maurice Duhaut et Robert Wuyts, loin d‘être ridicule termine cinquante huitième, son petit « deux pattes deux temps » en a impressionné plus d’un !

Jean Maurice DUHAUT et Robert Wuyts contents d’être à l’arrivée, il fallait le faire !
Photo Alain PATRICE

Même sans la neige, les Belge dominent huit aux dix premières places !

Ce « Petit RAC » a permis aux meilleurs de se tirer la bourre jusqu’au bout avec de nombreux changement de leader. Eric VAN PEER avait les larmes aux yeux en avouant : « Il y a bien longtemps que je n’ai plus gagné un grand rallye, j’en suis très fier ! ». Henri Pescarolo premier français avec Michel Perin est classé cinquième s’approchant tout doucement de la première place du général qu’il finira par atteindre. Les Belges ont encore dominé l’épreuve même sans la neige, huit dans les dix premières places ! Formidable performance notamment des GONIN père et fille, quatrième au général sur leur BM…

Van Peer- Chapa en route vers la victoire dans la première neige.
Photo Alain PATRICE

La neige l’année prochaine ?

Ce « Neige et glace » aura été un inattendu très beau rallye, parcouru pour une fois sur tout son itinéraire dans des conditions climatiques mixtes. Pour tous, cela fut à nouveau une belle aventure qui, même avec une neige jouant au blanc fantôme ne se montrant que le dernier jour, laissera le souvenir d’une épreuve dont le sport sera resté jusqu’au bout le grand maître…

Raymond Collignon.

- A LIRE AUSSI :
- Des clous ! La neige a fondu ! (62è Neige & Glace)
- En direct du Neige & Glace, clous or not clous ?
- Neige & Glace les photos en direct

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.