OptiGrip, un pneu efficace même usé !

Bob d’Automag    2009-01-05 15:38:00   


GoodYear, l’un des plus grands manufacturiers de pneus au monde, a mis sur le marché un pneu révolutionnaire : son nouvel Optigrip qui allie deux concepts majeurs dans la réalisation d’un pneumatique : Deux types de gommes cohabitent et un rapport creux/pleins (d’environ 60%) maintenu sur sa durée de vie. Le but est qu’un pneu usé assure les performances qu’il proposait lorsqu’il était neuf. Tout ceci est regroupé dans la technologie SmartWear... Comment ça marche ?

Technologie SmartWear

Au fur et à mesure de l’usure, un nouveau mélange de gomme et de nouvelles rainures apparaissent dans le but de maintenir le niveau de performances du pneu sur toute sa durée de vie. La couche supérieure qui travaille lorsque le pneu est neuf, possède des lamelles à verrouillage 3D dans la partie supérieure des blocs que l’on voit sur la photo ci-dessous.

Avec l’usure, un deuxième mélange de gomme apparaît et les rainures qui possèdent des canaux masqués se dévoilent progressivement pour faciliter l’évacuation de l’eau et résister à l’aquaplaning de façon idéalement constante dans le temps. En complément de ces rainures, le pneu est composé de deux gommes superposées, la première laissant la place à la seconde au fil des kilomètres. Le mélange supérieur assure la rigidité de la bande de roulement, les performances sur sol sec et un kilométrage élevé. Avec l’usure, le second mélange apparaît. Il est conçu pour améliorer l’adhérence sur sol mouillé, le freinage et la tenue de route sur le mouillé ainsi qu’une bonne résistance à l’aquaplaning.

Le but en combinant l’usure des rainures (moins hautes mais plus larges et plus nombreuses avec les kilomètres) et la superposition des deux types de gomme est que le pneu en fin de vie conserve les qualités qu’il avait au départ, surtout sur un sol mouillé.

3 questions à Joseph Lambert...

Joseph Lambert est le chef du département « Product Evaluation » au Goodyear Technical Center à Luxembourg, nous lui avons posé 3 questions à propos de l’usure des pneus ordinaires par rapport à l’OptiGrip.

  • 1. Pourquoi un pneu usé offre-t-il de moins bonnes performances ?

J.L. : Les pneus usés ont une profondeur de profil plus faible que les pneus neufs. Il y a deux conséquences majeures : une profondeur de profil plus faible signifie que, sur route mouillée, il y a moins de rainures et de canaux pour évacuer l’eau. Les pneus usés offrent moins de résistance à l’aquaplanage que les pneus neufs, ce qui a également un effet négatif sur leur capacité de freinage sur route mouillée. Les pneus qui ont moins de kilomètres offrent plus d’adhérence et freinent plus court.

  • 2. Quels sont les grands problèmes auxquels s’exposent les automobilistes qui roulent avec des pneus usés ?

J.L. : Les aspects les plus délicats en ce qui concerne les performances de pneus qui ont atteint un kilométrage élevé sont la manœuvrabilité et la capacité de freinage sur sol mouillé. De nombreux pneus tentent aujourd’hui d’atteindre des performances kilométriques élevées ou une faible résistance au roulement mais il est beaucoup plus difficile de trouver un pneu qui offre d’excellentes capacités de freinage et de résistance à l’aquaplanage après 30.000 km.

  • 3. En quoi l’OptiGrip a-t-il été le plus impressionnant lors des tests sur route ?

J.L. : Lors des essais de l’OptiGrip sur nos circuits, nous avons surtout été impressionnés par la manœuvrabilité sur sol mouillé et les capacités de freinage. Évidemment, il s’agit là de nos propres tests, qui ne jouissent pas de la même crédibilité que les essais effectués par des organismes indépendants. Nous avons donc été heureux d’apprendre que TÜV SÜD Automotive confirmait qu’un OptiGrip qui avait parcouru 30.000 km freinait 20 % plus court sur sol mouillé que les concurrents avec lesquels il avait été comparé. Après ces mêmes 30.000 km, la maîtrise du véhicule était nettement supérieure à celle des concurrents.

L’ OptiGrip à l’essai !

Sur cette "tranche" d’Optigrip on voit
la seconde couche de gomme (en
bleu sur ce pneu spécialement
coloré) et la forme caractéristique
d’une rainure

L’OptiGrip a été testé par le TÜV SÜD Automotive, un organisme allemand indépendant d’audit et de certification et comparé à ses principaux concurrents, le Michelin Primacy HP et le Continental Sport Contact 3. Les résultats sur le sec donnent des écarts de moins de 10cm pour des pneus neufs et de moins d’un mètre pour des pneus après 30000km, il n’en va pas de même pour un freinage d’urgence sur un sol mouillé où l’Optigrip permet de freiner 11.3m plus court que son meilleur concurrent soit 20% de distance gagnée ! Certes, ces essais sont réalisés dans des conditions de "laboratoire" avec un essayeur professionnel, une surface d’eau régulière sur toute la chaussée, la même voiture (Golf IV 2.0 FSI) et la même journée, seuls les pneus sont changés.

Dans la réalité, ces conditions sont exceptionnelles et donc jamais reproduites. Les écarts sur les résultats sont nécessairement moindres, mais ils existent tout de même et pour nous le prouver, GoodYear a mis à disposition des Cadillac BLS, Peugeot 308 et Mercedes-Benz Classe-C pour des tests au circuit de Bresse sur sol mouillé uniquement mais avec des pneus neufs et usés à 30000km.

Des freinographes équipaient les autos sur les ateliers de freinage d’urgence pour mesurer précisément les résultats. Au programme de la journée : freinage d’urgence, tenue de route en virage et évitement d’obstacle sans ESP.

Avec le soleil de plomb et les 30°C de l’air, le bitume séchait rapidement et même arrosé régulièrement, il n’était pas simple d’avoir une condition de piste constante. Des arroseurs de pelouse sont venus à la rescousse sur un des ateliers de freinage et celui d’évitement. Les deux ateliers de freinages d’urgence en ligne droite à 105km/h avec l’ABS, l’un avec une Peugeot 308 2.0 HDi l’autre avec une Mercedes C200 CDI SW, faisaient apparaître un gain de distance jusqu’à l’arrêt total d’environ 10% avec les pneus usés lorsque le sol était détrempé. L’écart se réduisait sur l’asphalte séchant, ce qui correspondait aux attentes puisque l’Optigrip fait la différence sur le mouillé.

Pour l’évitement au volant de Mercedes C320 CDI 4Matic sans ESP, le plus difficile était d’appliquer tous les paramètres nécessaires à l’exercice : entrée à vitesse stabilisée de 70km/h, un coup de volant à gauche, un à droite, rattrapage si nécessaire et freinage en ligne derrière l’obstacle contourné sans emporter tous les cônes bien entendu... Il apparaît que les pneus usés assurent une réaction plus franche qui limite le roulis et l’inertie qu’il engendre lors du second coup de volant. Un passage "idéal" évitera même toute perte d’adhérence et un contre braquage pour se remettre en ligne avant le freinage.

Le dernier atelier de la tenue de route en virage consiste à passer une épingle mouillée à une vitesse de 55km/h maintenue avec le régulateur de vitesse au volant d’une Cadillac BLS 1.9TiD sans toucher au pédalier ni aux plots disposés sur la piste, plusieurs trajectoires étaient possibles. La vitesse de 55km/h permet de passer avec une trajectoire bien régulière ou de déclencher un décrochage du train avant avec une trajectoire moins régulière ou une vitesse un peu plus élevée. Sur sol mouillé avec les pneus usés, le phénomène de sous virage apparaît moins facilement avec l’Optigrip et lorsqu’il apparaît, un coup de volant supplémentaire le fait raccrocher plus franchement et permet de retrouver sa motricité et de rester sur sa voie. Ce test simple à mettre en oeuvre était sans doute le plus convaincant, l’évitement demandant plus de pratique de l’exercice pour le passer idéalement à plusieurs reprises.

Conclusion : Sur le sec, tous les pneus sont généralement bons lorsqu’ils sont neufs et les écarts de performances restent contenus au fil des kilomètres. L’Optigrip se montre pour sa part très performant sur un sol mouillé même après 30000km. Il est même amusant de constater sur les graphiques que ce pneu été, qui n’est pas idéal pour des températures en dessous de 7°C, est plus performant à 30000km qu’à 20000 ou à 10000. Sans doute qu’une autre répartition de la couche inférieure de gomme ou un autre taillage des rainures permettraient de lisser davantage les performances au fur et à mesure de l’usure, quoi qu’il en soit, l’allongement des distances de freinage s’il existe toujours est très nettement réduit.

Ce pneumatique remplace L’Hydragrip et est proposé selon les tailles de 110 à 270€. Reste que 74% des automobilistes roulent avec des pneus sous-gonflés, qu’un seul pneu sous-gonflé de 10% peut accroître la consommation de 2% et qu’un sous-gonflage de 0,5 bar entraîne 12% de résistance au roulement supplémentaire.

Messieurs vous voilà bien informés, à vos manomètres !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.