Première édition du Marathon de la Nuit

Pauline Robert    2022-10-25 16:40:01   


La nuit du 8 au 9 octobre 2022, une épreuve atypique a vu le jour après deux années de préparation et de report suite à la pandémie. Organisée par Rémi Moreau et Olivier Ferrière, celle-ci totalise plus de 600 kilomètres et rend hommage au Liège-Macon-Liège (épreuve du même type organisée à l’époque par René Beyers et Freddy Moors). Comme son nom l’indique, le marathon de la nuit est un rallye d’orientation qui se déroule exclusivement de nuit.

Le départ est donné aux alentours de 17h00 au terrain de foot de Nalinnes. 25 équipages ont osé relever le défi : 11 dans la catégorie confirmés et 14 en touring. Le parcours, divisé en 6 étapes, traverse le sud de la Belgique jusqu’au Luxembourg.

La première étape, longue de 128 kilomètres, nous plonge directement dans vif du sujet : en effet, Rémi Moreau a ressorti pour l’occasion ses vielles cartes datant de 1950 et de 1984  !
Le piège de cette section est sans aucun doute la carte tracée avec blocade dans Marbaix. Seul 1 équipage à trouvé la bonne solution.

Nous prenons ensuite la direction de Chimay, en jouant avec d’anciennes routes du circuit. Un CPH y est d’ailleurs judicieusement placé.
Ensuite, nous parcourons un fléché allemand dans le zoning de Baileux (Chimay) où la règle des murs est d’application ; il faut donc se souvenir où nous sommes déjà passés.

Entre les inversions de cases, les anciennes cartes et les diverses autres astuces, nous nous rendons compte que le timing est serré.
De fait, au terme de cette étape 1, nous arrivons juste à temps pour pointer au garage Duval à Cul-des-Sarts à 20h45.

Nous prenons directement la route pour la seconde étape qui est beaucoup plus courte (75 kilomètres). Celle-ci nous dirige vers Haybes (France) en passant par les villages de Regniowez et Revin.
La nuit est maintenant bien installée, l’aide des phares longue-portée n’est pas négligeable pour trouver la route à prendre ainsi que les CP. En effet, la majorité du roadbook est en fléché métré.

Cette boucle est notamment marquée par une carte datant des années 1950 avec un point et une flèche a relier mais il fallait faire attention à l’angle de la route car la rue actuelle ne figure pas sur la carte.

Après un court regroup’ au football club de Haybes, nous démarrons directement la boucle 3 avec une carte « à frontières » dans le parking. L’objectif est de suivre une ligne imaginaire tracée par l’organisateur, au plus proche mais sans jamais la franchir. Il fallait longer les extrémités du parking et un CP y était bien évidemment à prendre.
Quelques notes plus tard, nous enchaînons avec une seconde carte « à frontières » entre Haybes et Fumay. Celle-ci est plus compliquée que la première car elle se déroule en milieu urbain et longe la Meuse.

Le piège de cette 3ème étape, est la carte tracée avec des blocades de Mogimont où l’astuce était de sortir du trait pour éviter les travaux et récolter ainsi un maximum de CP.

La pause de mi-rallye se déroule aux alentours de 23h30 au relais Saint-Christophe de Longlier.

Après une dizaine de minutes, nous reprenons la route pour l’étape 4 à travers les chemins de terre bien connus du rallye de régularité « Saint-Nicolas ».
L’itinéraire à suivre est composé de boule-flèche et cartes tracées, à tracer et avec frontière. Nous nous dirigeons vers le Luxembourg. Nous passons notamment par le village de Habay-la-Neuve.

La fatigue commence à se faire ressentir car cela fait maintenant 7 heures que nous roulons « non-stop ». Une pause à la station-service de Martelange est la bienvenue pour ressourcer les équipages et les voitures.

Quelques centaines de mètres plus loin, nous enchaînons par le seul fléché complexe du rallye. Trouver le point de départ est déjà un piège puisque l’organisateur joue sur l’orientation des panneaux directionnels.
La boucle se termine avec du fléché simple jusqu’au regroupement de Nassogne.

Il est maintenant 4 heures du matin, nous avons déjà parcouru 400 kilomètres depuis le départ du marathon. Il faut rester concentré car le rallye est encore loin d’être terminé et chaque étape comporte son lot d’astuces.

Cette boucle se termine par une série de cartes morcelées de 1984 dans la région de Celles près de Dinant.

L’ultime et dernière étape, la 6ème, nous ramène vers le lieu de départ du rallye où l’arrivée est prévue entre 8h00 et 9h00 du matin.
Nous traversons la vallée de la Molignée avec une vieille carte dans Warnant où il faut emprunter l’ancienne route qui est devenue aujourd’hui un parking. D’autres cartes tracées nous font traverser Bioul, Graux et Saint-Gérard.
Nous commençons à voir l’heure avancer et nous nous rendons compte que nous ne pourrons pas rentrer dans les délais. Nous décidons donc d’assurer les CP au lieu de favoriser le gain de temps en rentrant directement au point d’arrivée. Au final, nous pointons 32 minutes en retard à Nalinnes ce qui nous coûte que 32 points.
Nous rentrons fatigués mais heureux d’avoir bouclé les 600 kilomètres de ce marathon complètement fou.

La remise des prix se déroule à 9h00 précises. Nous terminons à la 3e place du classement « Confirmés » derrière Schmit Claude/Heirens Etienne (2èmes) et Muller Eric/Charlet Valentin (1ers).

Podium touring : Berloo Wesley/Verdonckt Geert (1ers) - Delville Benoit/Brecht Claude (2èmes) - Mouquet Q./Schulz William (3èmes).

Texte : Pauline ROBERT & Oli COPPÉE

Plus d’informations sur le Marathon de la Nuit, rendez-vous ici.

Vos commentaires

  • Le 25 octobre à 17:51, par SOMVILLE En réponse à : Première édition du Marathon de la Nuit

    Bonjour j’ai pratiqué il y a une vingtaine d’années l’orientation navigation expert, mais quand je vois, quand je lis ce que vous avez vécu à ce marathon de la nuit, aujourd’hui je jette l’éponge par la fenêtre et mon roadbook et tout le reste. Je pense qu’à mon âge(74),il est impossible de rester concentré sur pareille épreuve. 50% des difficultés proposées, je ne les ai pas connues. Je roule encore aujourd’hui mais en catégorie découverte. Amitiés

  • Le 25 octobre à 18:25, par Bob d’Automag En réponse à : Première édition du Marathon de la Nuit

    Hahaha, oui je me souviens bien de tes prouesses Michel aux Rallye des Légendes en NSU. C’est vrai que c’est plus de nos âges, mais je suis bien heureux de voir des équipages jeunes à ce type d’épreuves :-)

    Amitiés, Bob

  • Le 25 octobre à 20:52, par Moreau En réponse à : Première édition du Marathon de la Nuit

    La seule critique que nous ayons reçue vient de quelqu’un qui n’a participé.
    Vive ce nouveau millénaire.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.