Rallye fleurs et parfums. Grasse.

Raymond Collignon    2012-04-19 23:08:14   

Un parfum d’aventure…


Mêler modernes et anciennes en trois catégories bien distinctes dans un même rallye c’est le défi lancé par « l’Asa Grasse » qui, autour de la célèbre ville des parfums, réunit à la fois « modernes » et « anciennes » concourant en VHC et VHRS. Au total plus de cent soixante voitures à s’élancer sur les tortueuses spéciales de l’arrière- pays montagneux de Grasse, un véritable défi ! Au niveau des étapes, on est en pays de connaissance : CABRIS à GOURDON, TOUDON, COL DE BLEINE, SAINT AUBAN… des noms bien connus au Monte Carlo historique ou au « Canne soleil », des épreuves réputée comme très sélectives mais sécurisée sur routes fermées, dépassant largement les vingt kilomètres pour les plus belles…du sport et du grand sport !

Contrôle technique Mitsu Evo 8, SIMCA RALLYE, MINI, époques différentes mais même combat dans un même rallye, le mélange des genres !

Vendredi 30 mars 2012 Mise en bouche de nuit.

Le temps de contrôler les nombreuses voitures et il faut attendre 17 heures pour que s’élancent les premières voitures de la catégorie VHC. Elles sont une bonne vingtaine : la meute de Porsche habituelles MORIERE en tête mais aussi des Escort, Kadett, Lancia, Alpine ainsi que la surprenante VW 1303 S groupe 2 pilotée pour l’occasion par CHAVAN coachant Jean VERRIER ne demandant, comme passager, qu’à assimiler le coup de volant du maître qui, rappelons-le a quand même été pilote officielle chez VW Belgique à la grande époque. Hélas, ils n’iront pas très loin car le moteur déclarera rapidement forfait, cet écolage très écourté ne sera donc que partie remise…

Contrôle technique. La Porsche Automag a changé de livrée. Elle a un nouvel allumage, cette fois, elle ne tombera pas en panne, rien de tel que l’origine !

S’en suivent une centaine de « modernes » Renault Clio, Peugeot 207 S 2000, Mitsubishi, BM, Nissan et autres bombes bien adaptées au terrain. Enfin, après cette meute nous sommes lâchés alors que la nuit tombe. Cette première étape est assez courte : deux spéciales de nuit. Beaucoup d’énergie pour 16 kms de plaisir ! Nous sommes déçus car on s’attendait à beaucoup plus ! Il faut dire que le découpage du rallye est fait pour les « modernes » qui demandent pas mal d’assistances contrairement à nos vieilles voitures se contentant d’un bon gavage d’huile et d’essence ! Avec tous ces arrêts et temps morts, il est donc pratiquement minuit quand nous retrouvons GRASSE endormie au flanc de sa montagne. En VHC, MORIERE domine alors que dans notre catégorie c’est la GOLF GTI de GALLI qui mène de quelques secondes, nous sommes neuvième, on aurait pu faire mieux, mais nous avons galéré avec nos instruments de navigation… ce fut indéniablement une mise en action difficile !

Jean Verrier se précipite au départ, le "maître Chavan" l’attend au volant de la coccinelle groupe 2, ils n’iront malheureusement pas loin, ce n’est que partie remise…

Samedi 31 mars 2012, enfin du sport !

Fini de rire…les longues spéciales nous attendent ! Celle du COL DE BLENE est bien connue. Nous la parcourons en version longue de 25,74 kms passant par LE MAS et AIGLUN. Un véritable plaisir, surtout à la fin : un raide raidillon parcouru d’épingles serrées jusqu’à l’arrivée haut perchée. Nous passons tout juste dans les temps impartis, en « régulant » partout, car nous n’avons aucune idée des positionnements des prises de temps intermédiaires qui peuvent se trouver à tout endroit, pas question donc de foncer jusqu’à l’arrivée pour passer juste à temps à la cellule ! Nous sommes engagés en moyennes intermédiaires ce qui est un bon choix car il s’avère que les temps imposés en moyennes rapides sont impossibles à respecter dans les tronçons les plus difficiles. Le classement général mélangeant les deux catégories, c’est donc les voitures engagées en moyennes intermédiaires qui gagnent.

Les belle Porsche du VHC, ici celle de Grobot.

Au bout de cette étape, nous nous maintenons à notre neuvième place par miracle car la concurrence est rude. GALLI qui est second avec sa GTI nous prévient : « C’est à TOUDON- SAINT ANTONIN que cela va se jouer !, C’est le Grand juge du rallye ! » Effectivement, cette étape de plus de 21 kms s’avère très difficile, c’est du « à fond partout » sur une route de montagne étroite n’arrêtant pas de tournicoter. Cela se complique aussi par le fait qu’elle devient un véritable parcours du combattant où il faut éviter les débris des voitures sorties de la route qui jonchent littéralement la route. Pour couronner le tout une Peugeot rouge détruite se trouve en plein milieu de la trajectoire laissant juste la place pour passer entre elle et le rocher, la course continue… en Belgique avec nos hyper-prudents directeurs de course, gageons que l’on aurait arrêté la compétition, ici, tant que cela passe, on continue, c’est très bien ainsi !

La rapide LANCIA MONTE CARLO des OUAZANA au départ d’une spéciale… que la montagne est belle !

L’étape fait effectivement le ménage dans le classement, nous remontons en quatrième place à 5 secondes seulement de la Lancia Monte Carlo de Jean OUAZAZA. La journée se passe ainsi doublant les spéciales comme la dernière de MIOLANS-SAINT AUBAN qui fait plus de 24 kms aboutissant à une corniche très étroite où les spectateurs en manque de sensations fortes se cachent entre le rocher et l’étroite route pour mieux faire monter leur taux d’ adrénaline…

Un beau rallye entre fleurs et parfums.

L’alpine de Louis Spacapello consomme beaucoup d’huile, mais c’est de l’huile de boite !

Nous sommes ramenés en colonne à Grasse derrière une voiture à gyrophare. Il est pratiquement 23 heures, un préposé nous positionne dans l’ordre du classement pour rentrer dans la ville assoupie. Nous terminons finalement en troisième position derrière l’ALFA de Thierry GILLET et Jean Philippe BERRY, à trois toutes petites de la Lancia des OUAZAZA qui ont fait plus que de la résistance. Patrice SIDRAC et Alain CAMMAS avec leur 131 Abarth sont 23 secondes derrière nous. Une trentaine de voitures sont classées en VHRS, notre catégorie finalement la plus fournie. En VHC, c’est la très rapide Porsche de Gérard Morlière et Odette Gabella, qui ont dominé nettement l’Escort de LIONS/ ZIMMER et l’autre Porsche de GROBOT/ CRAUZAS, seules 12 voitures finissent dans cette catégorie soit moins de la moitié des engagés, ce qui indique bien le niveau de difficulté de l’épreuve qui comptait quand même 138 kms de spéciales très sélectives ! En moderne les 207 S 2000 semblent au- dessus du lot.

Grand parc d’assistance pour les "pros"’, un monde à part, les mécanos aussi font la course.

Un beau rallye sportif et bien organisé.

Nous avons vécu là, en ce pays béni des Dieux, un beau rallye sportif et bien organisé. Il y parfois des miracles et c’en est certainement un de constater que l’épreuve a pu se terminer entièrement dans les délais malgré les nombreuses sorties de route et incidents de course. Une remarque à ce sujet, pourquoi ne pas laisser partir devant VHC ET VHRS ? Elles gêneraient moins les compétitions modernes que le contraire comme cela fut le cas ici. De plus les commissaires auraient le temps de faire le ménage entre les deux passages, ce qui serait aussi moins dangereux pour tout le monde. C’est en effet principalement les voitures de courses modernes qui aiment aller voir de près les rochers rugueux et parfumés de Grasse, cela confine parfois au jeu de massacre, heureusement sans trop de conséquences ! La passion de ces aventuriers domine tout, ils sont évidemment déraisonnables mais personne n’y pourra jamais rien changer… chasser le naturel il revient au galop !

Raymond Collignon.

Raymond, Adrien et la Porsche garage auto passion au repos pendant que les autres s’affairent à l’assistance. Le seul problème de la Porsche c’est son appétit en essence très proche de celui de Gargantua, à part cela, pas de problèmes !

Classement VHC :
- 1 ) MORIERE/ GABELLA PORSCHE
- 2) LIONS/ZIMER ESCORT
- 3)GROBOT – CRAUZAS PORSCHE.

Le podium du VHRS au parc à Grasse : GILLET,OUAZANA,FELOT,BERRY, COLLIGNON, une bonne bande de copains passionnés qui ne se font pas de cadeaux sur la route.

Classement VHRS :
- 1) GILLET/ BERRY ALFA GTV
- 2) OUAZA-OUAZAZA LANCIA MONTE CARLO
- 3) COLLIGNON-FELOT PORSCHE

La Porsche Automag Garage Passion et l’Alfa victorieuse de Thierry Gillet, au repos dans Grasse, la nuit… le rallye est fini, la ville des parfums s’endort enfin.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.