Renault Megane Trophy-R.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2019-12-23 12:43:38   

Dire que j’ai attendu cet instant serait en deçà de la vérité…

Monter à bord d’une Renault badgée RS est toujours un moment sportif.

Quand il s’agit de la Megane RS Trophy-R produite à 500 exemplaires, Waw !

Si en plus, c’est un des 30 exemplaires équipé du pack ‘Carbone’, à moi l’exclusivité.

😍


Avec un tel pédigrée, je suis impatient de découvrir la reine des tractions dans le célèbre Enfer Vert.

© Renault Sport. ©

Design.

Habillée de ses jantes rouges pour l’hiver et des stickers sur les flancs, la discrétion n’est pas de mise.


Le diffuseur carbone encadre un échappement Akrapovic en titane. Celui-ci envoie de beaux, de vrais décibels et procure un gain de poids.


Le capot avant montre fièrement sa composition (en carbone) et sa fibre entoure la prise d’air.


Afin de gagner près de 130 kilos par rapport à une Megane Trophy, il faut gratter partout et utiliser des composants plus légers.

Grâce au carbone, le capot perd la moitié de son poids et ne pèse plus que 8 kg.

Exit l’essuie-glace arrière, les capteurs de recul et leur faisceau électrique, un bien pour le poids mais plus contraignant pour un usage quotidien.


Une batterie DESS plus légère est déjà présente dans cette Trophy-R.

En option, une batterie au Lithium est aussi disponible, elle apporte un gain de 4,5 kg.

Les jantes en carbone Fuji light de 19’’ économisent 2 kg par roue.

©Largus.fr©

Exit les 4 roues directionnelles. Le train arrière est revu et allégé, - 38 Kg !!

Adieu aux feux RS Vision remplacés par des prises d’air, encore 2 kg gagnés.

L’allure de cette Megane RS est toujours aussi ‘bodybuildée’ et le galbe des ailes me plaît toujours autant.

Sous le capot.

Le cahier des charges pour le moteur est très vite établi puisque les ingénieurs conservent le 1,8 litre de 300 Ch. et 400 Nm de couple, celui de la version Trophy.

Pas de traction intégrale, la transmission se fait par les roues avant via une boîte manuelle à 6 rapports au guidage perfectible.

Parlons chiffres. Cette version gagne 0,3 secondes sur la Trophy dans l’exercice du 0 à 100 km/h. Il est abattu en 5,4 sec.

La vitesse maximale atteint les 262 km/h et le 1000 mètres départ-arrêté demande 24,5 secondes. Ces chiffres forcent l’admiration.

Du côté de l’intérieur.

Visuellement, les changements sont aussi nombreux et marqués.

2 sièges baquets monocoques badgés Sabelt habillés d’alcantara trônent sur le devant de la scène, 14 kilos en moins sur la balance.


Si le soutien est parfait, le confort n’est pas oublié.

Les réglages sont, par contre, minimalistes mais la position de conduite est bonne.

Bye-bye la banquette arrière, cette Trophy-R est une stricte 2 places (-25 kg).

4 roues occupent cet espace et vous serviront pour quelques tours de circuit.



L’écran multimédia rétrécit et passe de 8,7 à 7 pouces.


Et dans quel but ? Gain de poids, soit 250 grammes en moins.

😊

Start your engine.

Passons à la pratique, ne laissons pas un tel fauve en cage.

Après bien des essais en boîte auto, pas simple de revenir à la boîte manuelle.

Mais l’esprit ‘course’ m’envahit rapidement et les automatismes reviennent facilement.


Si le mode ‘normal’ se veut discret, le mode ‘sport’ affiche haut et fort ses décibels.

Les déflagrations à l’échappement sont nombreuses et participent pleinement au plaisir auditif.

Les roues posées sur nos routes de campagne, je m’empresse de hausser le rythme afin de découvrir tout le potentiel de cette sportive.


Le train avant est très précis et semble ancrer les roues dans le sol.

La voie est tracée, bien aidée par un différentiel ultra efficace. Il permet de réaccélérer les roues encore braquées sans quasi perdre en motricité et ce, malgré des conditions climatiques automnales.

Le comportement du train arrière est plus naturel. Il suit sans broncher et peut se montrer joueur si vous le provoquez.

Le freinage est quant à lui constant et endurant. Normal pour du céramique, parfait pour un usage circuit mais pas vraiment utile sur la route.

Les montées en régime sont grisantes. Le moteur pousse fort sans rechigner jusque 7000 tr/min, un régal pour un moteur turbo.

Pour conclure.

Une fois encore, Renault nous concocte un jouet pour grands garçons et nous replonge dans notre tendre enfance, cette époque où nos jouets traversaient le désert dans le bac à sable et où nous rêvions de coller des ‘stickers’ et des numéros sur de vraies voitures.

🏎

Oui, la Megane Trophy-R est, pour la majorité des gens, un jouet pour adultes non-sevrés et un peu déraisonnables.


Je dis ‘Merci’ à Renault de perdurer la tradition de voiture plaisir et performante, à contre-courant du dictat actuel.

Cette Trophy-R est un remède contre la morosité et l’ennui au volant.

Les + :

- Look.
- Performances.
- Exclusivité.
- Sonorité.
- Train avant.

Les – :

- Prix.
- Commande de boîte.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Renault Megane RS Trophy-R.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.