Spa Historic Rally 2OO8. Le Vrai Spadois.

Raymond Collignon    2008-10-21 11:05:41   

Spa Historic Rally 4 oct 2008


Il y a longtemps qu’à Spa rugissent les moteurs, depuis les premières courses de côte début de siècle dans la sauvenière jusqu’aux célèbres rallyes d’Alphonse Delettre dont les derniers, en boucles, privilégiaient le classement au scratch établi par vitesses en spéciales.

C’est Pierre Delettre, en organisant ses boucles de Spa Historic qui a pris la relève à ce niveau, le grand frère Dany a plutôt privilégié la résurrection des anciennes « routes blanches » qui étaient un rallye secret où il était pratiquement impossible de passer dans les temps sur le routier.

C’était l’époque où Alphonse, le père des deux frères terribles, clamait que le meilleur rallye était celui où il n’y avait personne à l’arrivée ! A l’époque, à titre personnel, tout jeune équipier, j’avais d’ailleurs été victime du système, mis hors course après la première boucle de cet infernal rallye.

C’était le temps du « Pitchoun »

C’était le temps du « Pitchoun » célèbre restaurant spadois tenu par Alphonse où tous les grands se réunissaient autour d’un steak béarnaise non seulement pour manger mais surtout pour être à l’affût du dernier filon se rapportant à l’itinéraire. Bien sûr, il y avait beaucoup de rumeurs et la plupart étaient fausses… Alphonse en rigolait derrière ses fourneaux tandis qu’André Gérard, fondateur des éditions Marabout et le copain de toujours, sirotait ses whiskies dans son coin en faisant semblant de ne rien savoir !

Bien entendu, la version actuelle est édulcorée, mais l’esprit reste, c’est un équipage qui gagne ce genre d’épreuve où la navigation, même relativement facile, reste la maîtresse du jeu. Dany Delettre, très conscient de ce qu’il veut, confie d’ailleurs la responsabilité de l’itinéraire à Francis DOZO, un maître en la matière. Le bougre se freine en essayant d’être « gentil », il évite les pièges mais dégotte quand même les meilleures « terres » où on peut s’amuser un peu sans trop casser les belles vieilles voitures de course pourtant souvent à leur aise en cet élément !

Samedi 4 octobre, une belle journée au soleil :

Nous n’avons même pas du changer les numéros sur les portes de la Volvo qui, après une année complète de repos a repris du service à cette occasion. Cette 122S est étonnante, après ses virées à Istanbul lors du Liège- Istanbul- Liège, ses 6 Monte Carlo, ses bourlinguages de toutes sortes à travers les routes de France et de Navarre, elle est toujours en pleine forme, ne demandant qu’à attaquer telle une jeune. Un vidange, un contrôle général et elle est repartie… Jean-Pierre Veys fait l’équipier, il retrouve vite ses marques dans cette voiture avec laquelle il a vécu une sortie de route mémorable dans les neiges de l’Echarasson au Monte Carlo il y a quelques années.

Contrôle technique, les VOLVO font la queue !

C’est comme si le temps s’était arrêté pourtant à SPA, on est loin de la neige alpine, ici, c’est plutôt la pluie des jours précédents qui laisse des traces… il fait doux, le soleil pointe un peu son nez, il réchauffe la terre, fait fumer les flaques dans les routes forestières.

Le rallye démarre par la Sauvenière et file vers Hockai où, dès la première étape de classement, les choses sérieuses commencent : subtilité de road Book, « fléché droit », parties non métrées, alternant avec des notes précises… le tout à 5O km/h de moyenne. C’est très gai mais il ne faut pas se tromper, la moindre erreur transforme cette belle promenade de santé en un canonball « déraisonnable ». Heureusement, les moyennes sont diminuées dans les traversées de village, cependant, malgré notre numéro 4 les riverains n’ont pas toujours le regard gentil lorsque nous passons, d’autres, devant se sont certainement déjà trompés et ont mis les gaz pour courir le temps perdu !

Robert RORIVE et Yves DEFLANDRE, très concentrés avant leur victoire

Dès la seconde spéciale vers Sourbrodt, notre rétro trip tombe en panne, énervés nous vouons aux gémonies le foutu appareil ! Sans cette aide à la navigation, la mission devient quasi impossible. Par miracle, les lunettes sur le bout du nez pour lire les chiffres du compteur de la Suédoise, nous arrivons quand même à nous en sortir en navigation mais en prenant évidemment un maximum de pénalité horaire.

Le trip tombe en panne, Jean-Pierre, cigarette au bec, répare avec calme !

Quatre étapes spéciales se succèdent, nous dégustons les secondes d’avance et de retard en essayant à chaque fois de nous remettre à l’heure avec le Road Book qui, heureusement donne les temps de référence à certains passages. Jean Pierre est d’un calme olympien, chapeau ! Moi je me serais énervé dix fois à sa place… c’est donc grâce à lui que nous arrivons à HONDSFELD plus ou moins à l’heure ? Ah Hondsfeld !… son église, son terrain de football, le bout du monde et le début de la Germanie !

Après un coup de fil à Jean- Claude Mathoul, nous arrivons à réparer ; le pauvre trip que nous avons tant détesté, n’était pas en cause. Jean- Claude nous conseille d’inverser les prises et cela marche…le problème venait d’une déficience de la sonde des roues avant qui nous a déjà lâché une fois, mais là c’était dans la neige !

l’équipage de la VOLVO Automag est souriant...

Nous repartons, le couteau entre les dents mais tout est déréglé, de toutes façons, le mal est fait, devant, les RORIVE, GULLY, ALBERT, n’ont pas demandé leurs restes et mènent largement la danse. Il faut dire que le gratin des équipiers est là : RORIVE, GULLY, ALBERT, LIENNE, HAYEZ, CHALSECHE, FRAIKIN, De ROCHELEE, PIGEOLET, DAMSEAU, VANDEVORST… et j’en passe, rien que du beau monde ! Vandevorst a déjà abandonné, la BM de Michel CLOSJANS ayant rendu l’âme en panne électrique. Les autres ne se font pas de cadeau, nos errances nous ont coûté plus de 7OO points de pénalité, le reste du rallye ne sera que du plaisir et du fun, au diable le classement !

Revenant par Malmedy, Warche et Rivage, le rallye retourne à SPA où la première boucle se termine en fin de matinée.

Tout le monde a déjà sa petite histoire à raconter, on s’est trompé un peu, beaucoup, passionnément… mais tout le monde s’est amusé, les grands enfants sont aux anges !

Une après-midi sans répit…

Après une courte collation, le rallye repart tôt, on n’est pas là pour rigoler ! C’est vers la vallée de l’Ourthe que cette fois la joyeuse troupe au complet, CLASSIC, DECOUVERTE et TOURING réunis, se dirige. SENDROGNE, DOLEMBREUX, ESNEUX, FLOGHOTIER, HAMOIR, la navigation sur route ouverte reste compliquée surtout un samedi après-midi ensoleillé où les gens, voyageurs flâneurs, ont plutôt tendance à se promener eux aussi sur le chemin des écoliers.

La VOLVO à l’attaque sur la terre, à la clé : 160 points de pénalité pour avance !

Chaque pilote sa petite chaleur en croisant un de ces touristes en promenade sur des routes juste assez larges pour laisser passer une seule voiture et encore en frottant les haies ! Françis DOZO est un « binamé », chaque fois qu’il y a un peu de terre, il ramène les moyennes à trente ce qui est bien raisonnable. Le compromis est franchement bon, entre sport et promenade…on se met à rêver au même rallye mais de nuit et sans diminuer les moyennes !

Après 122 kms à musarder sportivement vers IZIER, MANHAY, ROCHE à FRENE, HARRE, VAUX CHAVANNE, le rallye finit par arriver à LIERNEUX, il y déjà eu treize spéciales et le train est soutenu, les meilleurs sont toujours devant. Au pied de l’asile, la halte est courte, nous repartons vers ODRIMONT, BASSE BODEUX, SAINT JACQUES et d’autres lieux bien connus des anciennes « routes blanches ».

On frôle d’ailleurs WANNE et sa superbe spéciale « à la Finlandaise » avant de rejoindre SPA par Moulin du Ruy et Francorchamps. Au total nous avons parcouru 18 spéciales secrète et 320 kms en majorité sur petites routes.

La SAAB des LEONARD aime aussi la forêt. Le père et le fils concourraient en TOURING

Les spécialistes DEFLANDRE ET RORIVE sur leur ALFA gagnent haut la main avec plus de 44 points d’avance sur ADRIAENS- GULLY et IO2 sur BEYERS-ALBERT, nette victoire donc pour Robert RORIVE qui garde la main après avoir tracé lui-même de si beaux rallyes dont le fameux LIEGE-SOFIA- LIEGE, presque aussi difficile en « réplique » que n’avait été l’original.

Dany DELETTRE entouré des vainqueurs, tout le monde est très content

Alphonse Delettre jubile :

On ne s’étonnera pas qu’au pied du circuit de Francorchamps, dans la perle des Ardennes, se perpétue la tradition du sport automobile. Ce sont des gens comme Alphonse Delettre qui sont à la base de cette vie ancestrale bouillonnante, n’arrêtant pas de faire des petits. Qu’en l’an 2OO8, en ce début de siècle perturbé, continue l’aventure, frise le miracle !

Une fois de plus en tous cas le SPA HISTORIC RALLYE a démontré à quel point le passé pouvait rattraper le futur et, pourquoi pas, bientôt le dépasser. Globalement Francis DOZO et Dany DELETTRE sont dans la bonne voie, leur rallye a pris de la maturité et est près à s’emparer d’une place méritée dans les épreuves de légende courues à Spa depuis que l’automobile existe.

Georges CHALSECHE, marchand de vins, ne snobe pas l’eau de Spa. Marcel LAVAL, son pilote, est dubitatif.

A titre personnel, une étape de nuit en plus, ne me déplairait pas, on peut toujours rêver même si la formule a déjà été testée sans trop de succès par le passé, messieurs, mille fois sur le métier remettez votre ouvrage...

Raymond Collignon.
.


SPA PROMOTIONS AUTOCLUB
- 21b rue de l´église
- B-4900 SPA
- Tél : 00 (32) 87 77 35 82
- Fax : 00 (32) 87 77 53 81
- E mail : d.delettre@swing.be

A lire aussi ...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.