Toujours aussi prestigieux : le Zoute Grand Prix®

Benoît Piette    2016-10-20 16:47:28   

Pour sa septième édition, cette grande fête de l’automobile a pu encore jouir d’une réputation nationale et même internationale : en effet, de nombreux participants venaient des pays limitrophes.


Programmé début octobre, le Zoute Grand Prix® a eu lieu cette année du 6 au 9 octobre à Knokke-Heist avec le soutien traditionnel des autorités locales et la collaboration d’un certain nombre de partenaires et marques locales.

Voici, de la Collection Houtkamp d’Amsterdam, une étrange Alfa Romeo 6C 2500 carrossée par Ghia en 1947.

Fabriquée en quatre exemplaires, il n’en reste plus que deux au monde...

Ce véhicule a gagné la catégorie Gentleman’s Sports Cars du "Concours Villa d’Este" en 2012

Comme d’habitude, cet événement - on ne peut plus mondain - comporte plusieurs volets gravitant tous autour de l’automobile de prestige : une exposition (Zoute Top Marques®), une série de rallyes pour anciennes de 1920 à 1965 se déroulant sur plusieurs jours, une vente aux enchères par Bonhams, un Concours d’Élégance et enfin une épreuve (Zoute GT Tour®) réservée aux voitures GT exclusives de moins de 20 ans.

Automag.be ne pouvait donc pas louper l’occasion de couvrir cet événement, ne fut ce que partiellement !

Nous avons pu ainsi suivre les véhicules participant au rallye prévu le vendredi 7 octobre.

Une petite expo McLaren...

Knokke, ville mondaine du littoral belge, n’a donc pas failli à sa réputation : la Kustlaan et l’Albertplein ont été ainsi le décor pour une présentation des marques automobiles de prestige, tant en voitures classiques qu’en modernes.

Jaguar Type-E Lighweight 1961-1962
BMW 328 - 1936/1940

Au départ, BMW avait fait venir de son nouveau musée de Munich, la BMW 328 Mille Miglia Coupé de 1939.

Sur une base BMW 328 (voir photo ci-avant), le carrossier italien Touring va dessiner une carrosserie ponton en aluminium extrêmement légère sur un châssis tubulaire en acier (780 kg) d’où sa qualification de “Superleggera” .

Propulsée par son excellent six cylindres en ligne de 2 litres porté ici à 135 ch à 5500 rpm, cette berlinette de moins de 4 m pouvait pointer à 220 km/h !

Ce véhicule a gagné les Mille Miglia en 1940. Retrouvée dans un garage au Connecticut dans les années 1980, elle a subi une restauration en 2002 et est actuellement un des joyaux du musée BMW à Munich.

A noter que Touring a réalisé la même carrosserie pour une Alfa Romeo 2500 SS … laquelle s’est classée deuxième lors de la même course !

Toujours chez BMW, voici ici une barquette construite après guerre par le carrossier Veritas établi dans le Bade-Wurtemberg.
Propulsée par le même six cylindres deux litres, cette voiture a eu une excellente réputation sportive dans les années 1950.

A noter qu’à partir de 1950, cette barquette a aussi été équipée d’un moteur Heinkel de cylindrée similaire mais avec boîte à cinq vitesses.
(Sources : Werner Oswald / Deutsche Autos 1945-1975)

Évidemment, d’autres marques encore plus prestigieuses étaient présentes : voici une reproduction de la Delâge D6-70 Grand Sport ‘Coupé Le Mans’ de 1936 carrossée par Figoni & Falaschi sur un châssis de Delahaye (cette marque avait repris Delâge en 1935).

Celle-ci reçoit un moteur six cylindres en ligne de 2984 cm³ délivrant 120 ch à 4500 rpm, ce qui lui permet une vitesse maximale de plus de 185 km/h.
(Sources : René Bellu / Automobilia 1936)

Admirez sa ligne sensuelle…

… et son intérieur raffiné !

Remarquez aussi le petit levier appelé ‘moutardier’ de sa boîte électromagnétique Cotal, une option d’époque !
(Voir fiche technique du Club Belge des Anciennes Peugeot)

A l’arrière, un hayon inversé peut s’ouvrir pour accueillir deux passagers supplémentaires. Ces derniers ne seront malheureusement pas protégés des intempéries !

Conçue par Louis Delâge lui-même pour courir au Mans en 1936, elle dut attendre 1937 pour participer à l’épreuve Mancelle car elle avait été supprimée suite aux grèves dans le secteur automobile.
Pilotée par Louis Gérard et Jacques de Valence de Minardière , elle la terminera première de sa catégorie et quatrième au classement général.
Elle y participa l’année suivante avec les mêmes pilotes mais dut abandonner au 58ème tour.
Cependant, la même année, Louis Gérard se rattrapa en Grande Bretagne en gagnant au Tourist Trophy et en Belgique en terminant deuxième aux 24 heures de Spa ainsi qu’au Grand Prix d’Anvers.

Sa silhouette gracile lui permit aussi de gagner à l’époque quelques prix aux Concours d’Élégance.

Parmi la meute de Porsche 356 présentes dont certains conducteurs nous sont bien connus, il était possible de découvrir d’autres raretés comme cette monstrueuse Delâge ayant apparemment participé au plus fou des rallyes : Péking-Paris !

Et voici une Lagonda.
C’est comme le camembert, c’est marqué dessus…

La fin de la journée se termina par un slalom entre chicanes pour le grand plaisir des spectateurs.

Bref, couvrir cet événement en une seule journée est impossible !

Rendez-vous donc l’année prochaine, les 5 au 8 octobre 2017.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.