Tour de Corse 2011. La CORSE s’enflamme !

Raymond Collignon    2011-11-01 13:06:16   


Le départ, la traversée, le soleil, la méditerranée, le calme avant la tempête…

Le ferry quitte Marseille la bruyante, la surchauffée, l’aventurière ouverte sur le monde… Après une nuit calme sur une mer d’huile à peine blessée d’un éclair de première lune, nous arrivons à Bastia, ocre sur ocre, belle sur belle ! Le centre du rallye se trouve à « Ile rousse » à cinquante kilomètre de là. A peine remise de ses folies estivales la petite ville se prélasse les pieds dans l’eau, pourtant, bientôt, les deux cents voitures engagées au tour de Corse historique, la perturberont encore...

Les meilleurs sont là.

Les meilleurs sont là : ANDRUET, BICHE, COMAS, OREILLE, GACHE, DUMAS etc en VHC LANDON, VIALARD, MARSAN, CALLOUD, CHEVALIER etc en VHRS, Porsche surpuissantes, Alpine, Stratos, escort, Renault de toutes sortes… près de deux cents voiture au total, un plateau de rêve ! Il faut dire qu’au fur et à mesure des années, ce rallye « historique » est devenu un must absolu pour la plupart des grands pilotes, au point même de dépasser en réputation et en popularité le « vrai »tour de Corse qui n’offre guère le même spectacle même s’il a été brillamment remporté cette année par le Belge Thierry Neuville et sa Peugeot 207 IRC.

Henri Pescarolo s’installe dans le proto MATRA DJET 610

Ile Rousse- Porto. Le rallye aux 10.000 virages mérite bien son nom !

Nous avons engagé en VHRS notre fidèle Porsche 911 2,7, il y a de la concurrence et les instruments de navigations les plus sophistiqués fleurissent aux tableaux de bord même s’ils sont officiellement interdits. Pascal AYME qui a en charge l’organisation VHRS a été clair : « Oui le règlement les interdit mais nous les tolérons ! » Autant dire, sur routes fermées et parcours connu que les équipiers n’auront bientôt plus rien à faire comme l’avenir d’ailleurs nous l’apprendra avec Philippe Chevalier et sa fille Amélie.

Jean-Claude Andruet et « Biche » ont reconstitué leur équipage mythique ...

Cette première journée du 5 octobre nous fait traverser le nord de la Corse en une boucle d’Ouest en Est nous ramenant finalement à Porto sur la côte Ouest de l’île. Les conditions climatiques sont parfaites. Malheureusement la première spéciale est annulée pour cause de manœuvres militaires sur l’itinéraire et d’excès de circulation… on peut s’étonner…Nous continuons la route, le parcours de liaison sur toutes ouvertes est facile, par contre, les spéciales comme celle de PENTA- LA PORTA tournicotent dans la montagne, comme des serpents. Du vrai plaisir pour les pilotes qui s’en donnent à cœur joie sur routes fermées en disposant de toutes les conditions de sécurité d’un grand rallye de vitesse.

ANDRUET & BICHE avec la Porsche 911 RSR termineront à une très belle deuxième place.

En « vhrs » nous devons respecter à tout moment des moyennes imposées. Le jeu est difficile, il faut jongler entre parties rapides et plus lentes en gardant sa concentration car les routes sont étroites, bordées souvent de précipices assez profonds ! Il y a d’ailleurs pas mal de sorties de route dont certaines semblent avoir été très spectaculaires… Alpines et Porsches ont visité trous et rochers en laissant quelques fois leurs huile sur la route. Si l’on y ajoute l’omniprésente grenaille, on peut dire ces petits chemins de montagne sont vraiment piégeux.

Les chèvres recherchent l’ombre, elles dorment sur la trajectoire

La dernière spéciale longeant la mer en corniche entre Notre dame de la Serra et Olmo est particulièrement impressionnante avec ses vues sur mer imprenables mais…vertigineuses ! Porto la belle nous accueille, le petit port est un peu dépassé par les évènements deux cents voitures à caser en parcs d’assistance et fermés cela ne s’organise pas tout seul… En VHC, la catégorie reine pour les spectateurs, la bagarre a fait rage. Le « pistard » Philippe Gache au volant d’une puissante 911 mène le danse devant l’escort de Depons et la Porsche d’Andruet/ Biche. A cette occasion, Jean- Claude et « Biche » ont reconstitué leur équipage mythique, ils s’en tirent mieux que bien. Pescarolo, le légendaire recordman du tour à Francorchamps, pilote une unique Matra Djet 610 à moteur FORD LOTUS avec laquelle il a des problèmes de freins, COMAS a bloqué la boite de sa Stratos en frôlant la mise hors course. Le spectacle a été intense, c’est un à une vraie lutte de titans que l’on assisté dans cette catégorie. En « VHRS » la surprenante Renault 5 TURBO des CHEVALIER mène la danse, mais cela se joue à la seconde…devant la Lancia Flavia de Rossi-Tarenzi engagés en « moyennes lentes ».

Gache et Rivière en PORSCHE dominent toujours la catégorie reine.

Jeudi 6 octobre. Porto- Propriano Nord Sud 240 Kms de tourniquets.

Nous repartons en douzième position, nous n’arrivons pas à atteindre la précision voulue à ce niveau de concurrence. Comme en plus Pascal Aymé, grand amateur de régularité précise jusqu’à la maniaquerie, n’est pas trop méchant avec les moyennes ni les prises de temps nous ne pouvons que nous incliner devant plus forts que nous, notamment Roland Chevalier dont l’équipière sa fille Amélie nous confie qu’elle ne fait rien dans la voiture sinon lire le road book ! Papa, par contre aidé par ses instruments de calculs et en suivant au plus près les courbes de l’itinéraire, gère tout de son volant ! Il faut le faire… !

Petite route dans la Corse profonde : une enfilade entre les 10.000
virages...

Philippe arrive ainsi à équilibrer un très bon pilotage avec une super voiture et un contrôle intellectuel parfait des choses compliquées de la régularité à la seconde . Cette seconde étape offre 70 kms de spéciales d’anthologie dans le sud profond de cette si belle Corse. Nous abandonnons la mer pour la vraie montagne sauvage à Tavera, Bastelica, Martini, Forzano : du désert, de la roche, du vent qui souffle, des cochons à moitié sauvages qu’il faut éviter aux sorties des virages… Tout est sur asphalte mais à certains endroits, cela saute tellement que le pilotage s’assimile à du vibromassage. En tous cas, aussi bien équipage que voiture doivent être très solide pour résister à ce traitement. Les belles Alpine, capot levés, train arrière en l’air, montrent là leurs limites de fiabilité ! Au bout de cette journée Gache et Rivière en PORSCHE dominent toujours la catégorie reine devant Andruet qui a remonté l’Escort de Padrona, c’est la grosse bagarre en VHRS les Chevalier se sont fait remontés par les Italiens Rossi- Tarenzi, qui, moins contraints, passent partout dans les temps.

Il n’y a pas que les Porsche en "VHC". La Jaguar MK2 de D’ABEL DE
LIBRAN Rolland et GALOP Caroline... crachant le feu. Elle terminera à une
très belle 21e place

7 et 8 Octobre la remontée vers le nord Propiano- Porte Vecchio- Ile rousse.

Les abandons se succèdent, nous avons affaire à un vrai rallye difficile avec assistances au bord des routes, réparations de fortune improvisées dans les fossés… Nous sommes une minorité à rouler sans assistance, nous nous contentons juste de mettre de l’essence, de vérifier le niveau d’huile…L’ami Laurent FERRARI nous propose cependant de faire un contrôle de la voiture au parc d’arrivée.

Laurent FERRARI, le mécano sympa, chouchoutera quelque peu notre
voiture !

Quel plaisir de se faire dorloter…Les mécaniciens nettoient le pare-brise, contrôlent les freins, ajustent les pressions pour nous permettre de repartir l’âme en paix. Pas question cependant de changer les plaquettes, d’intervenir sur le moteur ou les boites, même de changer de pneus… Vivre sans assistance sur le terrain impose une autre philosophie de conduite, plus respectueuse du matériel si l’on veut vivre jusqu’au bout la belle aventure !

certains bénéficient d’une l’assistance bien organisée...
... d’autres se débrouillent tout seuls !

La remontée vers le nord le retour :

Les deux derniers jours font remonter le rallye vers le nord de l’île qu’il faut traverser de Porto- Vecchio à l’Ile rousse par le côté est. Cela sent partout le feu de bois comme si l’île ne savait pas se passer de ces grands embrasements dans le maquis. Les traces d’incendies sont nombreuses, à certains endroits nous traversons des kilomètres de montagnes peuplées uniquement des spectres noirs des arbres calcinés. Et c’est à cause de ces incendies que, le dernier jour, l’étape la plus difficile du programme avec sa descente vers San Andrea di Bozio a été annulée…On a parlé de 17 départs de feu sur le même secteur… on ne peut plus parler de hasard… la Corse à un cœur naturel de braise et elle s’enflamme volontiers !

Cochon semi sauvage complètement indifférent à notre PORSCHE

Gache- Rivière l’emporte en VHC, Les Chevalier sur le fil gagnent en VHRS.

Le pistard Gache au volant d’une fantastique 911 a dominé largement la catégorie VHC en terminant devant Jean- Claude Andruet et son équipière Biche devançant eux-mêmes Alain Oreille, une autre légende vivante du rallye français. Oreille, très rapide, roulait la plupart du temps sans note, chapeau Monsieur !

Les échappements de la PORSCHE victorieuse de GACHE... Une
véritable usine à gaz !

Henri Pescarolo, toujours modeste et plein d’humour amène sa délicate Matra à l’arrivée. Le grand Henri, même sans freins, était très content d’avoir découvert pour la première fois la Corse dans de si belles conditions. Eric Comas, le roi du spectacle, a tant bien que mal mené jusqu’au bout une très délicate Stratos dont les cris et hurlements traineront pour longtemps dans la montagne embrasée.

La STRATOS de FIGUIERE, la FERRARI 308GTB de AGHINA Joseph Jean et
RUPERT Thessy. Du beau matériel aussi en VHRS au départ d’une spéciale.

Dans notre catégorie à « Régularité sportive » c’est l’équilibriste Roland Chevalier qui l’emporte devançant de justesse la Lancia Flavia des Italiens Rossi- Tarenzi, très réguliers.
Nous classons notre Porsche à une honorable huitième en catégorie « ancienne », ce qui nous satisfait vu nos conditions de course.

La PORSCHE AUTOMAG à l’attaque dans une épingle. Les phares
n’étaient pas nécessaires mais quand on roule sans assistance, il vaut mieux
être prêts à tout, même à la nuit...

Un très beau rallye à durcir un peu en catégorie VHRS.

Ce tour de Corse est un très beau rallye qui mérite largement sa réputation. Le terrain de jeu est le plus beau qu’on puisse imaginer, le public est accueillant, les Corses sont d’une gentillesse extrême et légitimement fiers de leur épreuve justifiant largement son titre de « rallye aux dix mille virages » !

Alain LOPEZ et Denis GIRAUDET classeront leur 924 turbo à la 26e
place

Un seul regret au niveau VHRS : l’opacité relative des classements établis sur base des seules prises de temps « au vol » dont on peut douter de la fiabilité absolue. A l’époque des « Tripy » et autres moyens de contrôles, on pourrait certainement mieux faire à l’instar des autres grands rallyes du même genre organisés dans le monde. Autre problème : l’épreuve est trop axée sur la régularité en oubliant un peu la sportivité. Aux dernières nouvelles Yves LOUBET, l’organisateur heureux, souhaite l’année prochaine privilégier le pilotage à la régularité pure, on s’en réjouit déjà, n’oublions pas que VHRS signifie « Véhicules historiques de régularité SPORTIVE ». Au rallye du Dauphiné, ils l’avaient déjà bien compris…

Raymond Collignon.

Classement :

Véhicules historiques de compétitions :
- 1) GACHE Philippe- RIVIERE Nicolas Porsche 911
- 2) ANDRUET Jean- Claude- Biche Porsche 911 RSR
- 3) OREILLE Alain- CAUSANS Christophe Porsche 911 SC.

Jean-Claude ANDRUET et Eric COMAS, deux vedettes françaises
particulièrement heureuses à l’arrivée.

Classement véhicules historiques de régularité sportive :
- 1) CHEVALIER Roland- CHEVALIER Amélie Renault 5 Turbo
- 2) ROSSI Eugénio- TARENZI Mario Lanciai Flavia
- 3) POLLER Jean-Albert- BRUNET Patrice Renault 5 Turbo.

Les "CHEVALIER" vainqueurs VHRS. Roland l’Equilibriste tenait tout
en main...

- ASA TERRE DE CORSE
- Boîte Postale 15
- 20538 PORTO-VECCHIO
- info@terredecorse.fr
- Tél : 00 33 (0)4 95 70 67 33
- GSM : 00 33 (0)6 12 35 91 99
- Fax : 00 33 (0)4 95 72 10 80

Tous les CLASSEMENTS sont ici :

D’autres PHOTOS de ce rallye ici :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.