VANDEWAUWER - LUX, la paire gagnante de ce 2° BIANCHI HISTORIC RALLY

Eddy Coppée    2009-09-02 12:47:30   

CRITERIUM BIANCHI HISTORIC RALLY 28-29/08/2009



C’est un plateau moribond, que nous ont offert les organisateurs du CRITERIUM BIANCHI HISTORIC RALLY. Le vendredi sur la place de l’hôtel de ville de Charleroi, les templiers de ce rallye historique n’en menaient pas large. Un bon moment de retrouvaille avec Michel Adam et d’autres sympatisans venus aider l’équipe du CRITERIUM BIANCHI HISTORIC RALLY, mais pas d’ambiance en ces lieux, seuls quelques badauds demandent s’il y a un rallye ce week-end….Charleroi porte bien son identité de pays noir. (J’y vis !)

Même morne plaine le samedi matin où le parc fermé n’a pas meilleure allure. Salutations aux locaux et habitués des rallyes de régularité, les formalités administratives peuvent être remplies ce samedi matin. Un constat enfin sur le plateau, exit les Molle et Simeone, on s’oriente vers un rallye disputé entre Vande et le François local, arbitré par Deferm, Delhez, Delleuse, Elleboudt et Reuter le vainqueur 2008. Bref un décor un peu tristounet qui nous fait craindre le pire. Le seul côté un peu guilleret venant de Miss MARBIE, héroïne locale, venue soutenir l’équipage de l’Ascona de Jean-Marie Hermant. Elle illumine la place locale.

Miss Marbie avec l’équipage de l’Ascona de Jean-Marie Hermant

Et c’est parti, pour neuf RT dans la région de Beaumont. C’est à ce moment que l’on découvre l’envers d’un décor qui lui se veut professionnel. Les commissaires sont bien encadrés et le public local est présent. Vande, Deferm et Duval virevoltent, même si une majorité de spectateurs ne comprend pas pourquoi le père Duval fait marche arrière. Sacré René. Dans le public les commentaires vont bon train entre le passé, le futur, le CRITERIUM BIANCHI HISTORIC RALLY a cette année été pensé dans la rigueur, comme nos ministres.

Glaude sur la volvo 144

A leur différence ici on fait dans l’efficacité, les RT sont bien composés, la sécurité est omni présente. En Classic, les contrôles sont parfaits et placés judicieusement. De quoi réjouir les héros du jour.
Immédiatement les temps pleuvent et Gérard Clause et son équipe en visionnaire ont suffisamment d’appendices pour contrer les téméraires en leur imposant, à leur gré, des temps irréalisables. On arrive ainsi aux artères de nos voitures ancêtres, la majorité des participants ont des voitures des sixties et des seventies comme origine théorique…

Vande – Lux, maximum attack !

Vande frôle la perfection bien assisté par un Willy Lux qui connaît bien son sujet. Le petit à longuement roulé sa bosse au Bianchi. Face à Vande, un François Duval qui tempère entre le show et l’efficacité sa Corolla n’a rien d’une WRC. Sûr que François maîtrise parfaitement son sujet, avec sa Toyota Corolla, il endiable la foule et ses supporters. Mais derrière c’est là que la course se dispute réellement. Deferm sur une BMW en construction devance Delhez, bien secondé par Eddy Gully il devance Julien, et Delleuse.

Degroote avec la Golf GTI

Bonne performance de Degroote, c’est un participant actif du Bianchi et il est le seul à notre connaissance à rouler, en historique avec sa voiture une Golf GTI 16V. Derrière ces ténors, on relève aussi beaucoup de Lecluse qui est à son premier rallye de « vitesse », sur une Porsche 911 2,4 L qu’il semble maîtriser à l’inverse de Beeckman qui accumule les sensations. A l’applaudimètre nous relevons 1er Duval, 2ème Devillers, associé à Claude Ninane qui ne relève guère la tête. REUTER a déjà perdu la course pour un câble d’accélérateur cassé.

Delhez pousse fort avec l’Escort

Les spéciales de Beaumont terminées ; Vande se présente en tête, mais Duval a le sourire et le directeur de l’épreuve, Clause, leur impose des temps, à la limite du réel ; sur un terrain qui lui est quotidien, mais aussi aux habitués de la régul qui l’ont fait au CER , une semaine auparavant dans un autre sens cette fois. François déstabilise Vande dans la première boucle. A Couvin la Toyota est à l’agonie, pneus, échappement, François a son savoir faire, Vande s’inquiète. Il doute.

Deferm sur une BMW en construction

Deferm abandonne son co-pilote est malade, il ne peut continuer. Le rallye perd ainsi un candidat au podium. Julien attend, Delleuse connaît des ennuis de barre de direction. Elleboudt vient de faire la première boucle de Couvin « à vue », bravo Julien. Glaude sur la volvo 144 a des soucis d’échappement. Belle course de la petite A 110 de Bruno Claessens. Il ne peut faire mieux avec 80 cv.

François DUVAL virevolte...

L’ensemble du plateau reconnaît que le parcours est magnifique, les spéciales bien tracées, malgré quelques grenailles, les corrections des deux dernières

Duval a le sourire ...

boucles vont être endiablées.
Maximum attack devant un chrono crescendo qui devient irréalisable, ce n’est pas le but, mais les concurrents se voient sanctionnés unanimement. A l’exception du RT de Cul des Sart, tous prennent des pénalités.
Au final victoire de Vande – Lux. Fruit du travail de Jean-Pierre, avec 1000 heures d’investissement personnel sur la voiture et son savoir-faire et ses équipiers. Il est un des grands vainqueurs de la discipline. Après Spa et le Bianchi, à deux reprises Jalhay, Vande a cru dans le rallye historique. Cette victoire est la sienne. Bravo l’artiste !

Horgnies - Beyers remportent la Cat Classic

En classic Victoire de Horgnies – Beyers, sur un terrain difficile ils ont fait étal du savoir faire d’un co-pilote qui connaît la musique. Il a pu canaliser son pilote. Après une première partie dominée par Dominczak, ils ont évité les pièges. Les « Classics » sont restés vigilants sur un terrain qu’ils ne connaissaient pas. Les pointages en avance ont été sanctionnés, les pointages intermédiaires itinérants ont été efficaces ils ont permis cette fois de garder l’esprit « catégorie classic ».

En Classic, une première partie dominée par Dominczak

Beyers, Pigeolet, Lalieu, des équipages avec des co-pilotes bien connus. Bravo à tous les classic, relevons M’Body pour une superbe Escort MKI et Denis Gravy avec sa cox…

Lempereur - Lalieux second en Classic

Malgré la morosité du plateau, une organisation sans faille, une présence et un parcours impeccable, tous les concurrents ont apprécié les trois spéciales de Couvin, nous aussi .

Denis Gravy avec sa cox...

Un magnifique parcours une organisation sans faille reste le manque flagrant de participants et un règlement qui commence à faire défaut.
Des pistes sont à suivre. A commencer par le prix des engagements.
Reste l’avenir d’une discipline, sans règlement, ni fédération.
Les lions se battent déjà dans la fosse du Rally historique. Comme dans d’autres disciplines où ils ont déjà été actifs, peut être n’y laisseront-ils une nouvelle fois que des cendres.

L’Escort de Julien ELLEBOUDT à l’affût ...

Le CRITERIUM BIANCHI HISTORIC RALLY a réussi cette année à faire la transition entre un passé glorieux et un présent différent de très bonne facture . Il lui reste les années prochaines pour faire fructifier son travail.
Si nous devions laisser un commentaire, laissons le mot de la fin à René Beyers : « Ceux qui ne sont pas venus ont eu tort ! » D’accord l’artiste……

COPPEE Eddy

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.