VW Golf GTi Clubsport.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2021-10-06 11:25:59   

GTi, ces trois lettres nous ont fait rêvé et ont bercé notre jeunesse.

Collées sur ta malle arrière, tu devenais le ‘King’.

😉

Et la tradition continue chez VW.

La huitième génération de Golf n’y échappe pas, elle reçoit ses lettres de noblesse.


Si les 245 ch. de la GTi ‘normale’ ne vous satisfont pas, passez à la GTi Clubsport qui en propose 300 et plus encore ….

Design.

La GTi Clubsport affirme son ADN sportif.

L’aileron sur la malle arrière est imposant. Présent pour le look, il apporte aussi plus d’appui à haute vitesse.


Le diffuseur spécifique intègre 2 sorties d’échappement posées aux extrémités.


Exit les antibrouillards dans le bouclier avant. La grille noire, ainsi plus imposante, élargit visuellement la face avant.


Des autocollants décorent les 2 flancs de la Clubsport.


La suspension, abaissée d’un centimètre, affirme l’assise.

Du côté de l’habitacle.

Ouvrez la portière, et vous sautent aux yeux, les magnifiques sièges baquets.

Si un tissu particulier est réservé à la Clubsport, le modèle d’essai s’habille de cuir.


La planche de bord m’est familière, je l’ai déjà appréciée sur différent modèles du groupe.


Le petit plus vient du mode de conduite Nürburgring, absent sur la GTi et bien évidemment sur les autres modèles de la gamme encore moins sportifs.

Les commandes sont réduites au minimum. Tout, enfin presque tout, passe par l’écran central et son arborescence, parfois peu intuitive.

Ennuyeux de reprogrammer certains choix à chaque démarrage. Par exemple, le franchissement de ligne.

Sous le capot.

Sans surprise, le bloc 2 litres 4 cylindres turbo reste en place.

Les modifications sur le turbo, l’intercooler et l’échappement permettent d’atteindre 300 ch. et 400 Nm de couple.

Seule la boîte de vitesse automatique (DSG) est au catalogue et transmet la puissance aux roues avant. Pour les 4 roues motrices, choisissez la version R.

Afin de d’optimiser le passage de la cavalerie au sol, cette Clubsport dispose d’un différentiel électronique à glissement limité.

La suspension est plus rigide et le freinage renforcé dispose de disques perforés.

Ces différentes améliorations permettent à cette Clubsport de ‘coller’ 13 secondes sur un tour du Nürburgring à la version GTi.


Si ‘l’enfer vert’ n’évoque rien pour vous, sachez simplement qu’elle plie l’exercice du 0 à 100 km/h en 5,6 sec, soit 0,7 sec de mieux que la GTi.

On the road.

Sociable et confortable, cette Clubsport présente l’image de gendre idéal.

L’usage quotidien est dans ses cordes, sans fatigue pour les lombaires et pour les oreilles.

Si le train avant est réactif, l’essieu arrière ne rechigne pas à une petite dérobade quand vous le provoquez un peu…


La direction est précise et acérée. Dommage pour le ressenti trop artificiel. Un feeling souvent remarqué lors de mes divers essais.

Avec le mode ‘Nürburgring’, vous entendrez chanter l’échappement, chant accompagné de quelques crépitements.


Le moteur assure. Même si sa poussée est linéaire, un coup de boost aurait donné une autre impression aux accélérations.

La boîte DSG fait le job avec mention, les rapports s’enchaînent en toute fluidité.

In Fine.

La Clubsport apporte plus de sportivité et reste civilisée, confortable pour un usage quotidien.

Le look sportif est aussi plus travaillé.

Si certains le regrettent, les amoureux de GTi apprécieront.


Le prix de base est de 47000€.

Si elle n’est pas aussi acérée que certaines concurrentes, elle reste néanmoins une GTi amusante et TRES performante.

Les + :

- Comportement aiguisé.
- Habitabilité.
- Confort.
- Performance.
- Sonorité en mode Nürburgring.

Les – :

- Feeling artificiel direction.
- Sobriété intérieure.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

VW Golf GTi Clubsport.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.