Belgian Westhoek Classic, une expérience exceptionnelle ! - dans le baquet de droite

Pauline Robert    2017-10-03 09:33:18   


Il y a un an, lors de mon tout premier reportage pour automag.be, je découvrais le Belgian Westhoek Classic. Cette épreuve de régularité organisée par Bjorn et Jens Vanoverschelde en région flamande est populaire dans le Nord du pays, mais pas que... En effet, outre les nombreux équipages belges, un grand nombre d’Anglais et Hollandais se rencontrent chaque année pour participer à cet événement !

Pour la cuvée 2017, le rendez-vous était donné les 15 et 16 septembre.

Nous portions le numéro 105, en catégorie Touring.

Photo : Pauline ROBERT
Photo : Pauline ROBERT

Vendredi, après un périple de plus de 150 km pour rallier le point de départ du rallye, nous arrivons au Blue Woods Hotel de Deerlijk (près de Courtrai).

Ensuite, en route pour les formalités administratives, la création de notre licence et la mise en place des numéros. Quand tout est enfin ok, il faut se présenter au contrôle technique réalisé par la VAS (Vlaamse Autosportfederatie).

Photo : Pauline ROBERT
Photo : Pauline ROBERT

20 heures : Nous prenons la direction du parc de départ situé à moins de deux kilomètres du quartier général. Sur place, des Marshalls sont présents pour nous placer suivant l’ordre des numéros dans la rue « Stationsstraat » de Deerlijk.
Quelques minutes plus tard, c’est l’heure de prendre la route, nous sommes prêts à affronter les quelques 600 km de rallye, répartis sur deux jours.

Photo : Pauline ROBERT

Après à peine 5 km, voici déjà la première RT (regularity test), ce qui nous donne un petit avant goût de la cadence qu’il faudra suivre durant le week-end !

Photo : Gunther VERHAVERBEKE

Souvent très courtes, entre 4 et 7 km, les trois premières RT s’enchaînent alors que la nuit tombe.
Nous arrivons sur la place de Ronse (Grote Markt), vers 21 heures, où de nombreux spectateurs sont présents.
Dès notre arrivée sur la grand-place, un commissaire nous arrête sous la tonnelle du Motor Union 2000 (l’écurie organisatrice des 12 heures de Ronse) ; le copilote doit alors sortir de l’auto pour faire tamponner sa feuille de route dans un des cafés de la place.
Une ambiance de folie, jamais vue ailleurs, entourés de passionnés (petits et grands), prêts à admirer les bolides passant chacun à leur tour au contrôle de passage.

Un moment rendu magique et digne des rallyes d’antan !

Photo : Koen CAPPELLE

L’engouement pour ce genre d’épreuves dans le Nord du pays est extra-ordinaire, le public a répondu présent en masse pour nous accueillir lors de ce pointage. Il en est de même aux abords de la route !

Car en effet, quelques jours avant l’événement, Bjorn met à disposition une liste de points de passages afin que les spectateurs puissent eux aussi « participer au rallye ».

Photo : Pauline ROBERT
Photo : Pauline ROBERT

10 heures : Après une bonne nuit de repos à l’hôtel Van der Valk Nazareth de Gand, nous prenons le départ dans l’ordre du classement de la première journée de course.

Nous partons à 10h36 puisque nous occupons la 16e position.

Les RT s’enchaînent, nous traversons de magnifiques paysages tel que le Château de Ooidonk situé à moins de 10 km du départ de l’hôtel.

Photo : Bert VERSTRAETE

Le tracé remonte ensuite vers la côte, en direction des Pays-Bas, en passant non loin de Blankenberge (station où je me rends chaque année et ce depuis l’enfance).
L’occasion est idéale pour découvrir une autre facette de cette très belle région, loin des nationales et autoroutes empruntées généralement !

Photo : Thomas VERMEIRE

Surnommées « Finland Style » par l’organisateur, nous avons l’occasion de parcourir des RT entièrement sur terre, très rapides et roulantes, un vrai régal pour les spectateurs présents sur place !

L’erreur n’est pas permise dans ce type de rallye de régularité car avec la moyenne horaire imposée, qui n’est pourtant pas très élevée (entre 40 et 50 km/h), il faut être attentif au tracé et a sa retranscription sur le terrain afin de ne pas perdre de temps.

Les virages sont masqués et se prennent donc parfois à l’aveugle, c’est souvent une succession de lignes droites et de quittés à angles droits ; il faut également faire attention aux énormes « wateringues » qui pourraient facilement accueillir bien plus d’une voiture !

Photo : Tom HOLLEBEKE

17 heures : Nous arrivons au « Clubhouse Autostal Atlantic », local de l’écurie portant le même nom. Ce lieu, très emblématique, représente l’histoire du rallye belge au travers de diverses affiches, plaques rallyes, coupes, miniatures, etc.. Un véritable endroit de passionnés !

Malheureusement, pas le temps pour nous de contempler tous ces vestiges du sport automobile belge car le début de la prochaine section approche !
Le départ se donne dans le club, les contrôleurs nous donnent une carte au format A2. Un format de carte jamais rencontré auparavant et peu maniable une fois dans la voiture !
Dès lors il nous reste 3 minutes pour regagner le véhicule, tracer rapidement la carte et rejoindre le premier CH !
Une vraie course contre la montre et nous pointons en retard au CH suivants.

Photo : Pauline ROBERT

Au total, 31 RT, la concentration et la régularité sont donc omniprésents lors de ce challenge.

Il arrive souvent qu’il y ait des facteurs que nous ne pouvons pas gérer : tracteurs en contre sens, convoi de véhicules agricoles ou même pire, sortie de bétail traversant tranquillement la route ! Tous ces impondérables peuvent parfois nous faire perdre de précieuses minutes lors des zones de régularité.

Photo : Pauline ROBERT

20 heures : Nous arrivons au regroupement sur la place de Boezinge (market place), c’est la dernière ligne droite avant le point final du rallye, le moment également d’admirer les voitures roulant dans notre catégorie et d’échanger notre ressenti avec les concurrents.

23 heures : Nous rallions l’arrivée finale du rallye. Place au repas de clôture et à la remise des prix.
Pour le classement, nous terminons à la 12e position, une place totalement inespérée pour une première fois face à ce type de compétition.

Photo : Bert VERSTRAETE

Une expérience exceptionnelle !

Bref, je pense que vous l’aurez compris.., le Westhoek a été pour moi une expérience plus que parfaite ! Une organisation impeccable et un road book sans faute.
Une épreuve que je vous recommande à 100% !

Photo : Pauline ROBERT

Rendez-vous en 2018 pour la 8e édition du Belgian Westhoek Classic !

Texte : Pauline ROBERT
Photos : Gunther VERHAVERBEKE, Koen CAPPELLE, Bert VERSTRAETE, Thomas VERMEIRE, Tom HOLLEBEKE et Pauline ROBERT.

Site du Belgian Westhoek Classic : www.belgianwesthoekclassic.be

Page facebook : https://www.facebook.com/belgianwesthoekclassic/

Article édition 2016 : http://www.automag.be/spip/Carton-plein-pour-la-6e-edition-du-Belgian-Westhoek-Classic

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.