Boucles@Bastogne 2017 : TERRRE, TERRE, TERRE !

Bob d’Automag, Raymond Collignon    2017-02-24 12:30:44   

Legend Boucles @ Bastogne - 18 & 19-02-2017


Les « classics » aussi ont fait le « RAC belge » !

Sur les près de trois cents voitures ayant participé aux boucles plus de 200 étaient inscrites en « classics ». De plus en plus de vedettes et de voitures très puissantes s’engagent dans cette catégorie tout aussi sportive que celles des « Légendes » mais nécessitant un matériel moins évolué, plus proche de la série. Le jeu en « classics » est plus subtile puisque, alors que les « Legend » n’ont qu’une prise de temps à l’arrivée des spéciales, les « classics » sont contrôlées en permanence avec plus de 140 prises de temps réparties sur l’itinéraire qui imposent le respect de la moyenne de 60 km/h à tous moments. Tout cela se complique encore avec les chicanes de ralentissement dans les endroits rapides et des contrôles de passage « humains » où il faut à chaque fois s’arrêter avant de relancer la machine.

Samedi 18 février : la foule à Bastogne.

Les spéciales du samedi sont des grandes classiques annoncées sur asphalte mais en réalité très boueuses et glissantes. Dans Mirwart, Hardigny, Chevron, Bodeux, il y a foule. Chevron/Rahier et Mirwart sont particulièrement des « grands juges » demandant aux pilotes un gros cœur et un sens développé de l’équilibre. Tout est en itinéraire « secret » exigeant des pilotes, surtout quand la nuit vient, un fameux talent pour tenir les moyennes. Les plus rapides PIRAUX, CHABALLE, GENGOU, REUTER, VANROMPUY … y arrivent presque, chapeau Messieurs !
L’étape la plus technique et la plus mélangée reste la célèbre RAHIER CHEVRON, héritière des anciennes boucles de Spa qui demande une grande attention et enchaine les pièges sur des routes très glissantes, notamment dans la descente de Chevron vers la Lienne.
Au bout de cette longue journée de 12 spéciales, c’est la Renault 5 Alpine groupe 2 de PIRAUD-MONARD qui domine devant les étonnantes Volvo de Chaballe et Gengou et l’éternelle Porsche 914/6 de Reuter-Vandervorst elle aussi de retour du Neige et Glace comme notre BMW 2002 TI.

Les belles forestières... (Photo Tony Henssen)

Dimanche 19 février : TERRE, TERRE, TERRE !

J’ai eu la grande chance en 1979 de faire en Datsun le « vrai RAC » au départ de Birmingham. Je peux affirmer que Jean Caro, ayant aussi bien connu cette époque, a réussi en terres ardennaises à tracer une épreuve du même niveau. C’est toute une région avec ferveur et la fameuse « ardeur d’avance » qui a permis cela. Qu’on le croie ou non, même les plus dures spéciale comme les dantesques BERTRIX HERBEUMONT de près de 40 Kms et LA GRANDE ROYALE qui portent bien son nom ne sont vraiment cassantes, la terre est relativement dure et, gelée par endroit très glissante, un grand moment pour les amoureux des ballets sur quatre roues !

La BMW à l’attaque sur une « belle terre » non cassante, du plaisir ! (photo Eddy Coppée)

Alerte, une BMW disparait dans EGLANTINE !

Dans l’étape bien nommée de « EGLANTINE », superbe d’ailleurs, notre 2002 disparait des tableaux ! Est-ce Blunik qui ne nous voit plus ou bien un ordinateur de l’organisateur qui aurait fumé de l’herbe, d’autant plus que nous ne sommes pas seuls ? Toujours est-il que nous y écopons d’une pénalité de 600 points pour non passage ! Il y a des mystères étranges dans ces forêts plutôt fréquentées en général par des gnomes aux ondes néfastes… Toujours est-il que cette pénalité injustifiée nous fait évidemment dégringoler dans le classement. C’est bien dommage, cela a gâché un peu le plaisir que nous avons eu d’aller jusqu’au bout d’un si dur et beau rallye en parcourant tout l’itinéraire avec une BMW partiellement furtive !

La BMW « furtive » est bien à l’arrivée, déjà un exploit, un travail d’équipe …

Une LEGENDE qui devient déjà LEGENDE…

Un rallye pareil laissera trace en s’inscrivant déjà dans la légende. L’Itinéraire était parfait, Jean Caro et son équipe avait mis la barre très haut. Dommage que le fête ait été un gâchée par de nouveaux problèmes de classements. Un chouia de plus de rigueur dans leur élaboration et ce rallye deviendra un des plus beaux qui soit ! La Renault 5 Alpine de PIRAUD-MONARD a dominé son sujet jusqu’au bout, la Volvo Amazon de Chaballe- Chalsèche bat finalement de quelques secondes seulement la Porsche 914 de Reuter et Vandevorst… une terrible « bataille des Ardennes » entre des gars du cru aux très gros cœurs, Messieurs chapeaux bas !

La BMW automag dans son jus a bien travaillé, il n’y a plus qu’a tout ranger ! Merci à REGNIER RACING et à Jean-François COLLIGNON. … En route vers de nouvelles aventures ?

Raymond Collignon.

Legend Boucles @ Bastogne en Trabant !

Cette année, Jean-Maurice DUHAUT (le propriétaire de la TRABANT P601) et moi-même, nous avions décidé de tenter l’aventure du Legend Boucles@Bastogne en Trabant. Avec une petite appréhension tout de même car, comme vous le dites : “mais, vous êtes fous !”, et jeter une petite auto de 26cv dans la meute des enragés équipés d’Escort et Porsche de 160 à 260cv (pour ne citer que ces marques fétiches, mais il y en a bien d’autres…) … il faut oser !

Photo : M.Laboureur

Et bien nous l’avons fait !

Et croyez-moi, la plus petite des autos de rallye n’a pas été ridicule, elle a tiré son épingle du jeu, et s’est même permis quelques exploits tout à son honneur ! Dans une des 18 RT parcourues, “Trabby” se classe en 62è position (RT Mandarine, étonnant non ?) … dans la RT de l’Eglantine nous rattrapons une Porsche 3.0 sous les acclamations des spectateurs “chauffés à blanc” !!
Dans la RT du “Bois de la Paix” nous sommes en retard, une Mercedes 500 SLC vient pointer son museau dans nos rétros (oups !!!), nous mettons 2 roues dans l’herbe et laissons passer le monstre teuton… juste avant un T droite glissant ! La Mercos tire tout droit, et nous en profitons pour passer à fond à la corde et activons les petites bielles du 2 temps pour terminer au fying finish avant le monstre à l’étoile. Le contrôleur, qui a suivi la manoeuvre, nous accueille avec un grand sourire et nous félicite pour l’action précise.

le monstre à l’étoile dans les rétros... (photo : Michel Laboureur)

Toutes ces petits faits de course accumulés nous font finalement chaud au coeur, et nous réconfortent dans la décision d’avoir lancé une toute petite auto dans un si grand rallye. Il est évident que dans les spéciales en RT nous ne pouvions pas tenir la moyenne élevée de 60Km/h. Même si dans les premières prises de temps nous sommes “bon” ou en retard de quelques secondes, les dernières prises de temps indiquent un retard de 1 minute voire plus… inévitable.

A fond en glisse ! (photo : Pascal Verheuge)

L’avantage de “la petite auto de l’Est en plastic” (Duroplast exactement : mélange de plastic et de fibre de coton) est sa légèreté et sa vélocité. A bord la chasse au surpoids est primordiale, vu le poids du copilote et surtout du pilote (haha !!) nous avons décidé de n’emporter qu’une roue de réserve à bord, d’éliminer tout l’outillage superflux mais d’emporter un petit bidon d’essence mélangée 2 temps au cas ou notre consommation serait excessive.

Quand la lessiveuse passe en mode "essorage" ...

Tant qu’elle est lancée tout se passe assez bien, mais lorsqu’il faut prendre une épingle arrière droite en pleine côte (RT de Mirwart : là même où François DUVAL lance son Escort en glisse pour repartir droit en face) il faut lancer l’auto dans le virage et ensuite passer en mode “essorage” c’est à dire repasser la 1ère vitesse et faire tourner les 2 bielles à 8.000tours/minute pour relancer la machine ! Et c’est là que les spectateurs restent bouche bée en se demandant quand le moteur va exploser… mais non, l’auto est robuste et un régime de 8.000t/m pour un moteur 2 temps (comme une moto) ce n’est pas exagéré.

La Trabant dans l’épingle de Mirwart, moins spectaculaire que la MKII de Duval ! (Photo Eddy COPPEE)

Au final, nous avons roulé un Grand Rallye, entouré de Grands Champions, et nous avons terminé à une petite 129è place (sur 200 partants en Cat. Classic) sans problème mécanique, sans crevaison (Merci les pneus FALKEN !) et avec ce sentiment de n’avoir pas été ridicule du tout dans cette grande aventure qu’était “LA BAGARRE des ARDENNES” dans cette 30ème édition des Legend Boucles@Bastogne de Pierre DELETTRE.

L’asphalte gras ... (photo Eddy COPPEE)

A l’arrivée sur la place Mc Auliff de Bastogne l’accueil de nos supporters était chaleureux, et je retiendrai cette poignée de mains avec les félicitations de CHAVAN qui me confiait : “Bravo les gars, c’est bien ce que vous avez fait. Cela m’a rappelé mon tout premier rallye, j’avais 20 ans, c’était avec une Coccinelle 1200cc et j’avais écris sur la vitre arrière ‘34cv, et des vieux, mais je suis devant’ !!! “ Merci Charles :-)

Remerciements particuliers... 

Remerciements particuliers à Angelo de “Rêves Passions” et Damien de “Street Art Racing” pour l’accueil sous leur tente lorsque la pluie s’est mise à tomber bien fort le vendredi, merci aussi à Amaury de FALKEN pour le choix des pneus qui ont résistés à tous les assauts, merci à Eric CHAPA, Jean CARO pour ce magnifique tracé et les spéciales forestières qui avaient par moments de vrais airs de "RAC Rally", merci à Pierre DELETTRE de nous avoir permis de prendre le départ avec une si petite cylindrée/puissance.

Une belle aventure à refaire, mais peut-être avec une catégorie “moyennes basses” pour les autos de faible cylindrée et éviter les départs trop rapprochés de 30sec en 30sec dans les RT.

Bob d’Automag.

3 Messages

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.