Classic Spring Roads On The Rocks !

Eddy Coppée    2013-03-27 22:35:37   


Un retour de l’hiver prolongé a plongé Willy Lux et Joseph Lambert, les organisateurs du Classic Spring Roads dans l’expectative. Après mult réflexions, nous avons décidé de garder le rallye à tout prix. Nous avons fait l’impossible en gardant un road book différent pour les expert et les classic en plaçant la boucle de nuit pour les expert hors classement. Nous avons examiné le parcours et avons dû recourir aux engins de déneigement sur les chemins qui ne passaient pas. La bise, ce vent du Nord typiquement belge a été notre plus grand souci car la neige de cette fin d’hiver était plus fine et créait des congères.

59 équipages sont au départ 35 classic , 21 expert et 3 en catégorie découverte. On retrouve une majorité d’équipages connus des rallyes de régularité ,deux équipages français ont fait le déplacement Berteloot Christophe &Sussot Olivier, l’équipier vainqueur du dernier Monte Carlo historique ,Corvi Didier&Taffoureau Claude et un équipage qui nous vient du froid Sylvan Anna&Sylvan Hans sur Porsche 924 turbo. .

Au départ de l’hotel Verviers qui est l’épicentre du rallye, le rallye prend la direction de Spa, Patrick et Paul van Damme ouvrent la route avec leur Porsche 356.Le premier Rt permet aux concurrents de prendre la mesure du rallye. Les routes sont difficiles et la remontée de Spa va mettre les concurrents face à un terrain hostile.

Les plaques de glaces sont nombreuses et vont piéger les classic et experts. Noelanders-Wagnies, Anna et Hans Sylvan et d’autres vont visiter les fossés locaux. Pour Noelanders c’est un mauvais début de rallye »Nous avons bien été aidés par Jacques Evrard qui a mis une sangle sur la BMW et les Guilmain qui se sont aussi arrêtés, un beau geste de sportivité en Rt . Avec le Joker on limite les dégâts.

Sylvan Anna -Sylvan Hans Porsche 924 turbo.

Les voitures souffrent la Citroen traction qui sort de 4000 km en Afrique doit rentrer au garage gicleur de carbu cassé. La traction comme la Nissan de Millard Jean-Luc et Anne-Catherine ne sont pas équipés de pneus neige et souffrent du manque d’adhérence.

Les cantons de l’Est sont sous le vent et commissaires et suiveurs sont frigorifiés. La halte du bier -museum de Rodt, n’est pas festive et ce sont des boissons chaudes qui réconfortent les participants. Direction Saint Vith avant la halte de midi au Luxembourg à Huldange. Les Classic sont les premiers à bénéficier d’un peu de repos. Les équipages sont tendus car les roadbook très précis ne laissent pas aux co-pilotes le temps d’admirer les paysages blanc. Les pilotes doivent essayer de garder la voiture sur la route. Yves Deflandres associé à son fils Benoît est le moins sanctionné, une bonne monte pneumatique et le talent d’Yves font la différence. Il sort du Neige et glace et a appris à connaître la Porsche. Noelanders-Wagnies et Guilmain Victor & Jerôme viennent ensuite. Leburton-Lambert sont 4° avec la Bmw Touring ils devancent Renard-Remion sur une Manta A qu’ils connaissent bien.

Renard-Remion Opel Manta A

Les experts aussi sont face à des difficultés plus importantes, sur le même tracé, les sensations sont différentes. Horgnies-Hayez vainqueurs en 2012 ouvrent la route. La mauvaise place, mais il faut ouvrir et c’est ainsi.

Horgnies-Hayez Porsche 911

Chavan est ravi de cette matinée, Pirotte jubile. Reuter-Vandevorst sont devant, mais quelques Rt sont le terrain de jeu de l’écurie Ardennes, en bon président Robert Vandevorst bénéficie du terrain et Daniel Reuter peut jouer d’une Porsche qu’il maîtrise parfaitement. Malgré cela nous avons perdu du temps sur un TD, nous sommes partis à gauche, ensuite « à fond les manettes », pour tenter de revenir dans les temps. La surprise vient de David Dahm associé à Patrick Lienne, ils sont 3° David jongle avec l’Alfa Romeo familiale sous les yeux de papa qui le suit de Rt en Rt .

Dahm-Lienne Alfa Romeo Gt

Van Rompuy est un peu déçu. La navigation est difficile : « Nous faisons une course en yoyo, nous nous trompons et ensuite nous revenons, mais c’est très difficile. Je suis sûr que Cédric (Pirotte) est devant. » Les français sont un peu surpris par les notes du roadbook, Joseph Lambert les avaient prévenus, mais leur première visite en Belgique n’est pas facile sur un terrain on ne peut plus exigent vu les conditions. « Nous ne sommes pas habitués aux chemins de terre, on doute et on perd du temps. C’est un peu compliqué. Les Belges viennent chez nous alors nous avons voulu essayer. »

Berteloot-Sussot Porsche 914/6

Kevers associé à Gathy aussi est ravi, quel plaisir, nous nous sommes trompés deux fois, mais c’est la première fois que nous roulons ensemble, il faut prendre nos marques.
Le temps de décharger les Trippy et les classements sous l’œil bienveillant de José Bailly sont affichés.

A l’ Est toute pour l’après-midi avec un parcours distinct pour les Classic et les Expert. Auel, Butgenbach autant de difficultés à découvrir sur un terrain de plus en plus difficile. La neige et la glace sont de plus en plus présents dès que l’on s’approche de la frontière allemande. Les classic souffrent. Quelques beaux décomposés dont Auel nous offre une vue panoramique.Une assistance malvenue de ma part envoie certains concurrents au diable Vauvert. On ne m’y reprendra plus.

Le rallye ne perd rien en intensité. La région de l’Est nous propose un magnifique paysage. Les organisateurs ont joué du terrain, gardant une marge de sécurité tout en permettant aux concurrents de ne pas se perdre, du grand art. Cette seconde partie s’avère laborieuse et c’est du pilotage et non de la conduite qui est requise. Deflandre garde la main, devant Noelanders –Wagnies qui perdent un peu de terrain. Patrick Malherbe, bien guidé par un Daniel Pigeollet qui reste dans ses notes et permet à l’équipage de prendre une troisième place .

MALHERBE-PIGEOLET HEUREUX...

Les Guilmain ont perdu du temps. Victor nous l’avait signalé il y a deux ans au neige et glace n’est pas un adepte des pièges. Au début je l’ai un peu stressé nous dit Jerôme Je demandais d’aller plus vite, nous n’y arrivions pas .Nous avons changé d’optique Victor a roulé à sa main, et cela est mieux passé, nous avons perdu un peu de temps, mais nous sommes là.

Guilmain - Guilmain BMW 2002

C’est le même esprit qui anime Simonis-Damseaux sur l’escort Mexico , nous avons une belle expérience de la régularité, mais les conditions sont difficiles et il faut opter entre finir le rallye en restant sur la route et un hypothétique résultat.

Simonis-Damseaux Ford Escort Mexico

Degives-Delferrier sont 10°, malgré notre maigre puissance nous n’avons que 49 cv, nous passons partout. Ce n’est pas un rallye facile, mais je continue à m’amuser. Le dernier Rt a été très difficile et quelques équipages ont connu des soucis. Duhem-Dubois vont abîmer leur Ford Cortina piégés par une plaque de verglas. On ne s’attendait pas à pareilles conditions. On a tiré tout droit.

Degives-Delferrier Daf

Pour les experts c’est pire encore , c’est au compte goutte qu’ils rejoignent Honsfeld. Jacquet-Albert ont abandonné surchauffe moteur. Horgnies continue d’ouvrir la route, mais c’est difficile, on trace le chemin pour les autres alors lorsqu’on se trompe on fait gagner du temps aux autres qui peuvent suivre les traces. Parfois on fait le petit train rejoint par la Sierra Cosworth de Delhez-Gully. Pas facile de faire demi-tour, mais malgré cela quel plaisir. Aerts-Vanoverschelde ont perdu du temps. Nous avons pris des minutes dans la carte , la même erreur que Christophe Hayez.

Aerts-Vanoverschelde BMW touring 2000tii

Piraux-Monard ont joué la prudence "après la halte de midi, j’ai mis les pneus clous. Sur la terre l’arrière ne tournait pas cet après-midi, mais ce soir les clous nous ont permis d’avoir un meilleur grip. On est en sécurité." Chavan-Pirotte ont bien géré cet après –midi. »Nous sommes tout le temps dedans, nous n’avons pas une minute de répit,malgré un tête à queue, tout va bien. Ils devancent Reuter-Vandevorst de 10 points. Ils ont aussi connu un tête à queue, mais c’est un tracteur qui va les pénaliser plus. Vandevorst est un peu saturé, j’ai passé l’après-midi dans les tables. On ne peut se lâcher que si on se trompe. Closjans-Moors sont bien revenus. La Porsche est bruyante et basse. On entend tous les chocs, dans la terre ils sont nombreux. C’est plus difficile qu’au Neige et glaces et je ne suis pas Malcolm Wilson…

Closjans-Moors Porsche 356 pré A

Adriaens–Grasges sont loin, une crevaison en Rt va les pénaliser.

Une crevaison en Rt la galère Adriaens-Grasges

Paisse père et fils sont aussi satisfaits, nous sommes contents de notre place. C’est amusant mais les changements de moyenne sont nombreux et malgré les tables, il faut être très concentré. Les moyennes sont adaptées aux traversées de village. C’est bien pensé.

Paisse Joseph et Julien Porsche 914/6

Chavan couchera le poteau.....

NUIT MAGIQUE

Pour les expert les organisateurs proposent deux choix, une soirée glisse hors classement mais avec un plaisir assuré, ou un retour dans des lieux plus confortables avec une soirée à l’hotel.6 Rt adrénaline pour le fun, c’est ce que nous proposent Willy Lux et Joseph Lambert.

Pour rassurer les indécis, c’est Bruno Thiry qui a ouvert le parcours et vérifié qu’il était accessible avec une VW Polo de série, précisons de suite.

13 érudits vont repartir pour une soirée magique. Un grand moment assurément.
Les pays de l’Est vont offrir aux concurrents un parcours hors du commun. Neige et glace de nuit sur un terrain enneigé, hostile, sapins, haies, clôtures comme seules limites à la lueur des phares,voilà ce qui est offert aux experts. Respect aussi des équipages expert présents dans cette boucle de nuit pour le travail des organisateurs, ils avaient l’impression de quitter le repas sans manger le dessert. Berteloot repart avec la Porsche mais doit bien vite s’arrêter sur crevaison, dur les Ardennes Belges. Les routes sont on ne peut plus difficile et malgré toutes ces contraintes, ils roulent et vont rentrer à Verviers.

Belle performance de Reuter-Vandevorst qui une fois dans la Porsche sont repartis, pied dedans, avec une victoire partielle au final. Dahm- Lienne sont 2° pour notre 2° expérience , c’est positif David a un bon coup de volant. Il nous manque un peu de puissance et un autobloquant. Il était usé….Horgnies-Hayez sont 3°, le boulanger a apprécié le dessert. Clojans a frôlé l’incident. J’avais un mal de tête pas possible à la limite de perdre conscience. Il y avaient des vapeurs d’essence dans la voiture. Le clapet du réservoir avant n’était pas fermé. L’air frais m’a tenu en éveil. J’ai bien aimé cette nuit , ce n’était pas pénalisant. Unanimement les experts ont apprécié cette soirée relativement récréative.

Alerte neige…

Le dimanche matin c’est un manteau blanc qui a recouvert le parc des concurrents. Willy Lux et Joseph Lambert prennent les décisions qui s’imposent interdire le départ aux concurrents qui ne disposent pas de pneumatiques « neige ».Quelques concurrents mal équipés restent au chaud, tandis que les autres qui en disposent équipent les voitures de pneus cloutés. Patrick Sorel a gardé les pneus du neige et glace dans la camionnette d’assistance et remet des « BURZET », Closjans l’imitera, ce dimanche il faudra être bien chaussé. La Moretti de Lodewijk-Lambert sera équipée de pneus cloutés. Il y avait de la place dans la camionnette alors on ne sait jamais, j’ai mis les pneus avant de partir. C’était prémonitoire…

Lodewijk change les pneus de la Fiat Moretti

Un départ d’enfer car dès le premier Rt ,Ster, en l’occurrence le sort des concurrents est figé. La neige a recouvert la glace et le froid est resté. La spéciale bien connue des boucles de Spa sera extraordinaire. Les classic ouvrent la route et bénéficient avec les pneus lamellisés d’une route adhérente. Ils vont éliminer la neige et nettoyer la glace piégeant les experts, mais ils l’ignorent. C’est un beau spectacle qu’ils nous offrent, mais les voitures équipées de pneu cloutés ont un réel avantage. Deflandre réalise le sans faute, mais il faut rester sur la route. Pigeollet guide son pilote vers une arrivée sans stress, et Eric Chapa motive Christian Crucifix de jouer une troisième place au général. Nous devons rouler au Costa Brava et Christian prend soin de la Porsche.

Crucifix-Chapa Porsche 911

Renard-Remion et les Guilmain ne peuvent rien ; ils tentent de rejoindre l’arrivée et ce n’est pas facile. Collignon-Fellot avec une grande expérience et un pilotage maîtrisé, effectuent un bond au classement général. La BMW en a vu d’autres. Van Peer a une expérience de rallyman, assurément les BMW 2002 sont de la fête.

Les deux derniers Rt sont annulés, la neige et les congères ne permettent plus de rouler sereinement. Rideau pour les classic, avec une victoire de Deflandre père et fils.

Deflandre - Porsche 911

En catégorie découverte victoire de Hennes-Beyers sur Porsche 911.

Hennes-Beyers Porsche 911

Nicolas Hennes n’avait jamais fait de rallye de régularité, René Beyers l’a bien initié.. Ils devancent Wasweiller-Fresart avec le sourire de madame.

Les concurrents du Classic Spring Road ont gardé le sourire

L’ histoire de pneu se répète. J’ai su que nous n’avions aucune chance lorsque Charles m’a dit qu’il n’avait pas mis des pneus cloutés nous signale Pirotte. Mais les clous ont certes joué un rôle, mais aussi le tracé qui est resté à la hauteur des attentes des experts notamment dans Waismes.

Chavan-Pirotte Porsche 911

Si Ster sera le début de la fin , le passage vers l’est sera de nouveau pénalisant. Reuter-Vandevoorst avec deux pneus cloutés, sur quatre vont faire un one man show. Oui, Robert connaît la région, oui, Daniel a la maîtrise, mais les chronos et les routes restent les mêmes pour tous. Leur association sera un joker hors classement qui va les mener à la victoire. C’est précisément dans ces conditions que Piraux-Monard bien chaussés vont revenir au classement général. La Renault 5 traction permet une conduite plus aisée. Catherine Monard n’a pas eu facile en navigation. Entre les tables et la navigation, ils ont choisi ,adieu les tables, on roule…

Piraux-Monard Renault R 5

Closjans-Moors aussi roulent.Michel a remis les « BURZET » du Neige et glace, par sécurité et parce que je n’en avais pas d’autres, mais c’est plus sécurisant. Dahm-Lienne ,Verhelle-Thrionnet, Schoonbroodt-Peters seront les grands perdants de cette dernière étape. Nos pneus ont vécu et sur la glace sans clou, ce n’est pas jouable. On n’avançait plus.

Verhelle-Thirionnet Ford Cortina

Reuter-Vandevorst s’imposent , ils ouvriront probablement la route des experts en 2014.

Reuter-Vandevorst Porsche 914/6

380 km et 18 Rt plus tard le deuxième Classic Spring Road a livré ses classements. Avec une bonne équipe aux commandes et des conditions difficiles saluons Joseph, Willy et leur équipe pour leur persévérance et leur professionnalisme.

2014 sera meilleur encore dans le froid de Ster, j’ai eu de bonnes infos…….

Bruno Thiry un ouvreur qui sait de quoi il parle.

CLASSEMENT GENERAL CLASSIC

CLASSEMENT GENERAL DECOUVERTE

CLASSEMENT NUIT EXPERT

CLASSEMENT GENERAL EXPERT

Textes et photos EDDY COPPEE

Les classements détaillés. surhttp://www.classicspringroads.be/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.