“Hey Mercedes”.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2018-11-24 11:42:24   

Quand l’intelligence artificielle s’invite à bord d’une voiture, la Classe A répond : « présent » !

Pas de révolution stylistique, ce nouvel opus reste dans la ligne de la marque étoilée.


Par contre, la technologie avance de 2 pas pour atteindre un niveau jamais obtenu dans ce segment.

Look.

En 2012, quand Mercedes dévoile la deuxième génération de la Classe A, le design tourne entièrement le dos au passé.

Avec cette troisième génération, l’évolution stylistique est nettement plus contenue.

Les phares plus étirés rendent le regard plus incisif, même bestial.


Pour la face avant, la ressemblance avec la grande sœur CLS est troublante. Regardez à 2 fois pour les différencier.

Sous le capot.

Six motorisations sont au catalogue avec 5 blocs essence (A160, A180, A200, A220 et A250) et un diesel (A180D), le diesel ne semble plus trop avoir la cote …
Je prends en main la A200, un 4 cylindres essence turbo de 1332 ccm3 développant 163ch et 250 Nm dès 1620 tr/min.

Ce moteur permet la coupure de cylindres, ce qui diminue la consommation.


L’exercice du 0 à 100 km/h est abattu en 8,2 secondes pour la boîte manuelle.

La boîte automatique à 7 rapports et double embrayage améliore légèrement ce temps.

La vitesse de pointe est annoncée à 225 km/h.

Du côté de l’intérieur.

Immédiatement, le regard se pose sur les écrans !

Trois tailles s’offrent à vous, selon le choix sur le bon de commande. La plus haute finition vous propose 2 écrans de 10,25 pouces chacun mais qui n’en font qu’un !


Nouveauté sur la Classe A, l’écran de droite est tactile. Le visuel est bluffant, magnifique.

Vous oubliez l’absence de ‘casquette’ revenant au-dessus des compteurs connue depuis des décennies. C’est une révolution.

😊

En plus de celui qui est posé sur le tunnel central, vous trouvez deux autres pavés tactiles sur le volant multi-fonctions.


Le panel de personnalisation des écrans presqu’infini vous permet de varier votre visuel quotidien.

Cette Classe A est équipée de la nouvelle interface MBUX qui équipera par la suite, les autres modèles de la gamme.

Impossible de ne pas évoquer son IA, le gadget qui suscite la curiosité.

Prononcez les deux mots magiques ‘Hey Mercedes et votre serviteur apparaît, tel Aladin.

« Hey Mercedes, chauffer le siège conducteur », « Hey Mercedes, mettre la température sur 20°c ».

Ce gadget se révèle un excellent compagnon de voyage et permet de garder les mains sur le volant, les yeux sur la route.


Les sièges offrent un bon maintien avec une bonne assise. Le design est réussi ce qui est un plus !

L’habitabilité est à la hausse, les passagers arrière se sentiront plus à l’aise et le coffre prend aussi du volume.


Sur la route.

Le moteur offre de belles performances et se révèle relativement souple.

Si la boîte auto fait le job en conduite coulée, elle se révèle, par contre, plus hésitante quand vous la poussez dans ses retranchements.

Le châssis est efficace mais le retour d’infos dans le volant semble, parfois, un peu artificiel.


Autour de 7L/100km, la consommation me semble raisonnable au vu des performances proposées et des petits trajets que j’ai réalisés.

L’insonorisation aux bruits de roulage est au niveau de ses grandes sœurs, excellent.

In Fine.

Sans révolution stylistique pour son modèle d’entrée de gamme, Mercedes met la barre très haut, avec une technologie embarquée Simplement Excellente !


Une fois encore, le produit est bien abouti, les finitions dignes de Mercedes, une marque Premium méritant cette appellation.

Les + :

- HiTech / IA.
- Ecrans.
- Finition.
- Châssis.
- Meilleure habitabilité.

Le – :

- Boîte auto hésitante en conduite sportive.

 :

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Mercedes Classe A.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.