Huitième édition de l’Hist’Opale, des équipages comblés et enthousiasmés.

Invité.    2013-06-05 00:47:14   


« J’ai plaisir à vous accueillir dans notre quillier de Senlecques car vous êtes des passionnés et vous le méritez bien. Depuis quelques années, le tracé de l’Hist’Opale, concocté par messieurs Duhaut et Kelle, pour le compte du Calais-Auto-Racing, fait une halte dans notre commune et, pour cette huitième édition, nous avons eu le plaisir de vous accueillir le midi et le soir pour l’arrivée. Vous avez très certainement remarqué la beauté des paysages de notre canton et je souhaite vous revoir prochainement ». Ces paroles du maire, David Flahaut, ont conforté les responsables du Calais-Auto- Racing dans leur choix de fins d’étapes mais, « comme nous souhaitons diversifier nos itinéraires, il est vraisemblablement que nous attendrons un an ou deux pour vous solliciter à nouveau », lui répondaient Christian Duhaut et Raymond Kelle, qui pensent déjà aux prochaines éditions même s’ils sont, depuis quelques semaines, plongés dans une autre organisation, celle du 6e Opale Classic Tour programmée pour les 20 et 21 juillet prochains.

Des murs belges dans un fléché allemand !

Samedi matin, à la concession Opel de la rue de Lille, l’animation était plus matinale que d’habitude avec des voitures d’un autre âge. Les amateurs d’automobiles, les nostalgiques, les curieux ne s’y étaient pas trompés et étaient venus en nombre assister au départ de la 8e Hist’Opale, épreuve reconnue dans la région du nord
pour n’être pas qu’une seule balade entre amoureux de voitures anciennes. De l’Austin Healey à la VW 181 en passant par plusieurs modèles de la marque Opel, il y avait une belle panoplie de véhicules d’époque que l’on qualifie maintenant plutôt du vocable de voitures historiques.

Dans les deux catégories, Amateurs et Confirmés, les navigateurs allaient devoir faire preuve d’observation minutieuse des livres de route concoctés par Raymond et Thomas. Mais, constatation faite à l’arrivée, aucun écueil, aucun abandon de participant pour cause de complication excessive ; il faut dire qu’à l’image d’organisateurs belges, Christian Duhaut souhaitait que ses deux compères attachés à la réalisation des road books fassent simple tout en préservant quelques astuces pour pénaliser quelques binômes et ainsi établir un classement final. Cet esprit semble avoir été apprécié par la grande majorité des équipages engagés qui ont finalement trouvé que les 200 kilomètres proposés « auraient pu être rallongés ».

« C’est une réflexion qui nous conforte pour l’avenir car elle nous témoigne que
nous avons vu juste
 ». Pour les amateurs qui avaient un parcours sensiblement identique à ceux de l’autre catégorie, pas de prise de tête excessive.

« En revanche, pour les confirmés, nous avons innové avec des cartes à tracer d’un
style particulier et, dans un fléché allemand, ce que certains nomment arête de poisson peut-être parce que ce n’est pas toujours facile à avaler ( !), nous y avons inclus des " murs belges ", sorte d’interdictions de passage qui ressemblent à
des sens interdits du code de la route
 ». Comme quoi les randonnées cartographiques sont très cosmopolites et font appel à un langage international.

Une première étape déterminante

Prendre l’avantage dès les premiers kilomètres est généralement à l’origine d’un bon classement mais, et si cela a été une nouvelle fois vérifié, ce n’est pas nécessairement un gage suffisant pour la réussite finale. Partant de ce principe,
Jean-Marc et Vincent Lechertier semblaient prendre une avance confortable dès le premier piège de Landrethun-les- Ardres, ce qui influait sur le moral de Quentin Mouquet qui avait pour but de réaliser un sans-faute.

A l’issue de la première étape, c’est la régularité dans la progression qui mettait aux avant-postes l’Alpine et la Manta des équipages Allart-Allart et Hornoy-Duhaut ; la seconde étape pénalisera pour une bêtise le binôme gravelinois du côté de Cléty, où un accueil convivial était réservé par l’équipe de Mme Carvalho. Semblable scénario dans la catégorie reine, même si, cette fois, les positions acquises en fin de matinée demeuraient jusqu’au terme de la randonnée, le Coupé 850 terminant devant le CG 1200 S. A noter que le navigateur vainqueur pourrait être le coéquipier du pilote classé deuxième lors de l’Opale Classic Tour ; comme quoi les randonnées cartographiques créent des liens …

A l’heure des récompenses, plusieurs coéquipiers ont été mis à l’honneur tels Quentin Mouquet (1er jeune), Anne-Françoise Duhaut (1re navigatrice amateur), Nathalie Hembert(1re navigatrice confirmée), Christine Bohler (1re pilote féminine). Comme le veut la tradition au Calais-Auto-Racing, un tirage au sort pour un prochain engagement gratuit a été organisé dans le quillier de M. Flahaut ; il a souri à deux équipages, Lenglaert-Accart et Mouquet-Mouquet, que l’on retrouvera donc le 22 septembre
(carto de la Vallée Heureuse) ou le 7 décembre (carto du Téléthon).

CLASSEMENTS HIST’OPALE 2013

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.