Infiniti Q50S... Ne vous fiez pas aux apparences, elle peut mordre !

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2017-04-13 10:00:09   

Ne vous fiez pas aux apparences, elle peut mordre !





Look.

Commercialisée depuis 2013 sur le vieux continent, la Q50S est rarement croisée sur les routes…

Elle a une face avant bien agressive avec une énorme calandre noire qui permet l’entrée d’un gros volume d’air pour nourrir les 405cv de ce colosse.



Les lignes sont tirées.

A regarder de près le bouclier avant, je peux même retrouver des petites touches de sa lointaine cousine GTR.

L’arrière est plus massif et seules, les deux grosses sorties d’échappement laissent présager de la surpuissance de cette Q50S




Habitacle.

La finition est soignée et ‘européanisée’ !

L’habitabilité aux places arrière est moyenne. Vue de l’extérieur, j’attendais mieux.

Par contre, le volume du coffre est important avec ses 500L. Ajoutez-y une banquette arrière rabattable 1/3 - 2/3 et vous voilà paré pour transporter de longs objets.



Le confort est le maître-mot de cette Q50S

où il fait bon vivre en avalant les kilomètres.

Par les deux écrans trônant sur la console centrale, la multitude d’informations est un peu difficile à ‘digérer’ au départ.

Un temps d’adaptation est nécessaire pour maîtriser l’ensemble. Vous y ajoutez le ‘joystick’ et je peux écrire que tous les chemins mènent à Rome. ;-)



Un beau pédalier alu apporte une petite touche ‘sport’ dans cet habitacle feutré et cosy !



Le frein à main devrait plutôt s’appeler frein au pied.

Je l’ai cherché et vous, le voyez-vous ? B-)

Les plastiques sont de bonne facture et le mélange cuir lisse et perforé offre un mariage réussi.

Sur la route.

Une des particularités de cette Q50S est la direction ‘Steer by wire’.

Pas de colonne de direction, elle est remplacée par un moteur électrique qui interagit entre la crémaillère et le volant.

Elle a été revue pour ce millésime 2016 car la version précédente avait un rendu assez artificiel ! Donc, changement réussi. J’ai un bon rendu de la route au travers du volant. Juste un petit reproche pour cette direction : je la trouve assez lourde.



Le V6 bi-turbo est puissant sans être violent,

l’accélération est franche et assez linéaire.

Une accélération qui fait peur tellement l’aiguille bascule vite dans la partie droite du tachymètre, tout ça dans un silence et un confort parfaits.



Pour avoir une bonne réactivité des palettes,

le mode sport+ est obligatoire.

Cette Q50S a tendance à se dérober et à ‘déhancher’ son train arrière. Il est vrai qu’un sacré paquet de chevaux passe aux roues arrière. Régulièrement, un petit témoin jaune clignote sous mes yeux. ;-)



La Q50S est une berline haut de gamme taillée pour les grands espaces. En effet, les petites routes étroites vous rappelleront son encombrement et son poids.

In fine !

Infiniti est une marque premium et le confirme avec sa berline Q50S.



Encore méconnue et trop peu médiatisée, elle se pose pourtant en réelle concurrente des trois marques allemandes habituelles.

Si vous aimez le plumage, le ramage ne vous décevra pas !



Données techniques :

- Berline 4 portes.
- Longueur : 4,80 m.
- Volume de coffre : 500L.
- Moteur 6 cylindres 24 soupapes.
- Cylindrée : 2997cm3.
- Puissance 405 cv.
- Couple 475 Nm.
- Boite de vitesse Auto à 7 rapports.
- Vitesse Max limitée à 250km/h.

Les + :

- Originalité.
- Moteur de dragster.
- Qualité des finitions intérieures.
- Habitabilité.
- Confort.

Les – :

- Motricité.
- Dealers trop peu nombreux.
- Marque encore trop peu connue.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Infiniti Q50.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.