Interclassics & Topmobiel au MECC de Maastricht

Benoît Piette    2013-01-23 13:04:58   

Présenté pompeusement comme l’événement majeur du Benelux, InterClassics & TopMobiel a fermé ses portes ce dimanche 13 janvier.

Pas moins de 22.000 visiteurs se sont déplacés pour venir admirer des voitures d’exception. Les organisateurs peuvent se frotter les mains : cette vingtième édition a été un succès à un point tel que les parkings ont été souvent pris d’assaut.

Fêter les 100 ans d’Aston Martin était naturellement une voie royale pour réaliser une fréquentation record. Avec 14 % de visiteurs en plus par rapport à l’édition précédente, le choix s’est avéré payant...


Il y a juste cents ans, un certain Lionel Martin, préparateur britannique renommé, remporte à bord d’une automobile de sa fabrication la course de côte d’Aston Clinton.

C’est en associant son nom à cette course renommée qu’un mythe voit le jour : Aston Martin !

Hélas, les temps sont durs et la firme n’est pas seulement connue pour ses bolides mais aussi pour ses difficultés financières chroniques qui ont failli - à plusieurs reprises - sonner le glas pour cette marque attachante.
Heureusement, des mécènes lui permis de survivre.

Le plus connu d’entre eux s’appelle Sir David Brown qui rachète la marque en 1947. Cette vénérable firme éponyme fondée en 1860 venait juste de faire l’acquisition de Lagonda .
Dorénavant, les voitures porteront ses initiales « DB ».

Cette ère voit un nouveau départ qui permet à Aston Martin de remporter ses premières victoires notamment à Spa, au Nürburgring et au Mans avec des pilotes comme Carroll Shelby ou Stirling Moss ...

Pour créer cette exposition, l’Aston Martin Owners Holland Club a rassemblé pas moins de trente voitures exceptionnelles dont quelques prototypes comme l’Atom de 1939.

Dessiné par Claude Hill en 1939, sa carrosserie en aluminium repose sur un châssis tubulaire. L’Atom est propulsée par un moteur de 2 litres de cylindrée.
Sa face avant préfigure déjà les calandres caractéristiques des futures Aston Martin DB.

La légende raconte que c’est après l’avoir conduite que Sir David Brown s’est décidé à acquérir Aston Martin.

La renommée d’Aston Martin est aussi due à certain agent des services secrets de sa Gracieuse Majesté...

Parallèlement à cette exposition, une seconde exposition appelée "Bugatti Grand Prix Cars" ravissait les yeux du nombreux public.

Parmi les Bugatti exposées trônait un rarissime tank type 32.

En vue de sa participation au Grand Prix de Tour de 1923 , Bugatti construit cinq exemplaires de ce modèle.
Sa ligne révolutionnaire préfigure déjà les silhouettes aérodynamiques des voitures de courses modernes.

Propulsé par un moteur huit cylindres à trois soupapes par cylindre de 2 litres développant environ 80 ch, ce tank a été chronométré à un peu moins de 190 km/h. Selon les dires de l’époque, à cette vitesse, l’engin devenait difficile à manœuvrer.

Voici une Aston Martin type A3 de 1923  : à comparer au tank de Bugatti de la même année, l’avance de la firme de Molsheim en terme de stylisme est à des années-lumières !

En marge de ces deux rétrospectives, près de 300 exposants présentaient des stands où il était possible de trouver quelques raretés dont cette Fiat 1200 TV Spider de 1959.

Remarquez ses sièges pivotants.

Voici une extravagante Stutz Black Hawk Split Window de 1971.
Produite en seulement 27 exemplaires , celui-ci a appartenu à Elvis Presley.
Il était à vendre pour la somme rondelette de 110.000 EUR.

Les stands de miniatures automobiles étaient naturellement présents au rendez-vous.

Bourse pour faire plaisir aux yeux, les prix pratiqués restent néanmoins hors d’atteinte du public ordinaire.

A l’avenir et pour ne pas être victime de son succès, la gestion des parkings attenants devraient être mieux coordonnée avec les stewards responsables.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.