L’ Eifel, un rallye pas comme les autres…

Pascal Verheuge    2017-07-25 12:04:41   

Thierry Neuville présent avec Hyundai Allemagne.


Il est difficile de faire le compte rendu d’une épreuve sportive qui ne donne pas de vainqueur, en effet, à l’Eifel Rallye Festival il y a bien huit spéciales au programme mais les participants ne sont pas chronométrés et il n’y a pas de résultat final.


Il s’agit d’une épreuve atypique ou l’on a réussi à réunir les plus belles voitures de rallye de l’histoire ; avec pas moins de 160 voitures engagées dont les plus veilles datent de 1963. Avec les plus mythique Groupe B tels que Ford RS200, Peugeot 205 T16E2, Renault 5 Turbo, Audi Sport Quattro S1 E2, MG Metro 6R4, Lancia Rally 037 pour ne citer que celle-là. Avec bien entendu l’époque des Groupe A qui suivi dans l’histoire, Lancia Delta Integrale 16V, Ford Escort RS Cosworth, Peugeot 306 Maxi E2. Et pour finir les voitures du début du WRC qui a commencé il y a vingt ans déjà.




Une dizaine de pilotes ayant écrit les heures de gloire du rallye automobile tels que Armin Schwarz, Harald Demuth, Stig Blomqvist Champion du monde des rallyes 1984 sur Audi Quattro, Hannu Mikkola Champion du monde des rallyes 1983 sur Audi Quattro, Harry Toivonen, Marc Duez Champion de Belgique des rallyes en 1982 , 1989 et 1990.

Thierry Neuville est également présent sur une Hyundai i20 WRC avec la participation de Hyundai Allemagne, celui-ci nous dira :
« J’aime bien les rallyes historiques, on est là pour le show, l’amusement, le public aime ça ! »


Ensuite un parcours avec des spéciales comportant une boucle qui est parcourue deux à trois fois et tous les ingrédients sont réunis pour offrir un spectacle maximum pour les spectateurs venu en grand nombre. Le spectacle commence dès le jeudi avec le shakedown, se poursuit le vendredi matin avec le contrôle technique très accessible au public qui peut ainsi voir l’antre de ces montres sacrés, la qualité du travail de restauration de ces voitures qui auraient bien mérité une place au musée. Mais, ces passionnés n’ont pas fait tout ce travail pour laisser dormir leur merveilles dans un musée ou garage, ils préfèrent leur faire faire ce pour quoi elles ont été construites, c’est-à-dire du rallye !

Le vendredi après-midi vient la première spéciale, la spéciale show avec un jump et le franchissement d’un gué ; pour les spectateurs placés autour de cette spéciale, on voit les voitures sur presque l’entièreté du parcours ; à ne pas manquer.



Ensuite il reste six spéciales pour la journée du samedi ; il faut rester sur place jusqu’au passage de la dernière voiture, car il ne faut pas manquer une seconde de ce merveilleux événement.
C’est certain l’année prochaine j’y retournerai.

Texte et photos : Pascal Verheuge

Plus de photos ? Rendez-vous sur la fan page AUTOMAG

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.