L’Étoile du Hainaut, revival !

Benoît Piette    2018-07-04 18:34:16   

Se déroulant en trois boucles, toutes au départ de la Grand’ Place de Mons et parcourant toute la province, l’Étoile du Hainaut a permis à de nombreux motards et pilotes de se faire un nom dans le sport automobile belge ou de le confirmer : nous songeons par exemple à André Milhoux.


Interrompue en 1952, le Royal Mons Auto Moto Club l’a remis à l’honneur en 2016 soit 70 ans après son lancement.

Pour la troisième édition du revival et en souvenir de l’originale, les concurrents prennent toujours le départ de la Grand’ Place de Mons pour parcourir 300 km, en deux boucles à travers toute la province de Hainaut.


Ces boucles se présentent aujourd’hui sous la forme d’une balade touristique en allure libre, accessible aux autos de plus 30 ans et motos de plus de 40 ans.

Différentes catégories regroupent les véhicules en fonction de leur âge. Cette année, la plus ancienne était une vénérable Chenard & Walker de 1916.

Voici une Alvis 22T Special 4300 cm³ de 1936 (en haut) et jolie Chevrolet National AB 2800 cm³ de 1928 (en bas), deux des 21 véhicules d’avant guerre présents cette année.

L’Alvis reprenait son souffle après avoir réalisé sa seconde boucle qui l’avait menée à Bavay.

Ce revival a été parfaitement réussi grâce aussi à une météo superbe : à partir de 10h00, les 108 participants se sont élancés de la Grand’ Place de Mons pour entamer leur première boucle de 140 km qui les a menés vers le Tournaisis.

Parmi ces Oldtimers, on dénombrait 83 autos et 25 motos.

De retour à Mons, trois choix s’offraient à eux : soit ne plus rouler, et profiter du soleil en terrasse sur une des plus belles places de Belgique, soit repartir vers Bavay pour entamer une boucle de 60 km soit, pour les plus vaillants, attaquer une grande boucle de 160 km qui les a conduits vers Chimay.

Voilà une Sarolea 350 cm³ de 1928 qui entame sa seconde boucle vers Chimay. Son seul problème concernait ses nombreux ravitaillements en carburant (petit réservoir) qui l’obligeaient à s’écarter du circuit imposé.

Au cours de la journée, les concurrents ont donc abattu 140, 200, voire 300 bornes.
Comme à l’époque, à la fin de l’épreuve, les participants qui ont franchi les 300 km ont été récompensés par une médaille d’or, argent pour ceux qui ont parcouru 200 km et bronze pour les 140 km.

A la fin de la journée, grâce à une organisation bien rôdée, le bilan qu’ont pu tirer les animateurs s’est avéré payant : aucun pépin à déplorer, et en plus, le soleil était de la partie !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.