La légende des circuits aurait eu 100 ans : Bernd Rosemeyer

Bob d’Automag    2009-11-17 19:03:24   

La légende des circuits aurait eu 100 ans ce 14 octobre 2009.


Ce 14 octobre 2009 marquait le 100e anniversaire de la naissance du pilote de course Bernd Rosemeyer, né il y a tout juste un siècle à Lingen, dans le nord-ouest de l’Allemagne. Audi Tradition a célébré cet événement en déposant une gerbe au pied de la stèle commémorative érigée en sa mémoire sur l’actuelle autoroute A5.

Bernd Rosemeyer a connu la gloire internationale principalement alors qu’il était l’un des meilleurs pilotes de Grand Prix d’Auto Union et qu’il participait aux tentatives de record du monde de vitesse à l’époque des Flèches d’Argent, dans les années 1930. Les triomphes qu’il a remportés en course en Europe, en Afrique et aux États-Unis en ont fait la coqueluche du public, notamment en raison de son style de pilotage spectaculaire.

Bernd Rosemeyer était un héros de son temps qui a tragiquement perdu la vie au zénith de sa carrière, en tentant de battre le record du monde de vitesse au début de l’année 1938.

Rosemeyer a commencé la compétition à moto pour NSU et DKW...

Bernd Rosemeyer entame sa carrière en disputant à moto des courses sur herbe et sur route. En 1932, il est engagé comme pilote d’usine par NSU, avant de passer chez DKW l’année suivante. En octobre 1934, il réussit haut la main, au volant de l’exigeante voiture de course à moteur central d’Auto Union, un test réservé aux pilotes qui montent. Il est alors immédiatement intégré dans l’équipe de pilotes automobiles de la marque, aux côtés de Hans Stuck et d’Achille Varzi, passant d’un seul coup des motos de petites et moyennes cylindrées à la plus performante voiture de Grand Prix du moment (elle-même préfigurant avec vingt-cinq ans d’avance l’archétype de la F1 d’aujourd’hui).

L’équipe de 1935 : Bernd Rosemeyer et Hans Stuck en salopette blanches lors de la présentation des pilotes au Nürburgring. Sur la gauche l’on aperçoit Adolf Huhnlein, commandant du corps de la Kraftfahrsport.

C’est ainsi que commence son ascension météoritique, sans doute l’une des plus phénoménales dans l’histoire du sport automobile. Après des débuts avec la Flèche d’Argent d’Auto Union au Grand Prix de l’AVUS 1935 à Berlin, il se fait remarquer lors du Grand Prix de l’Eifel, qu’il termine à la deuxième place, à quelques encâblures du légendaire Rudolf Caracciola. Le 25 septembre 1935, Bernd Rosemeyer atteint la marche supérieure du podium en gagnant son premier Grand Prix à Brno, en Tchécoslovaquie. L’année d’après, les triomphes se succèdent : il remporte les Grands Prix d’Allemagne, de Suisse et d’Italie, ainsi que la course de côte « Großer Bergpreis » en Allemagne.

Eté 1936, un beau couple au bord de la piste : elle, pilote d’aviation et lui, pilote de course automobiles.

Toujours en 1936, il signe une autre victoire en conduisant à l’autel la célèbre aviatrice Elly Beinhorn (décédée le 28 novembre 2007, à l’âge de 100 ans).

Au cours de la saison 1937, Rosemeyer signe quelques exploits qui font date dans l’histoire du sport automobile :

  • Au Grand Prix de l’Eifel, disputé sur le Nürburgring, il est le premier pilote, avec un temps de 9’54’’, à effectuer le tour complet de la légendaire « Nordschleife » de l’époque (1) en moins de dix minutes.
  • Lors du Grand Prix de l’AVUS, auquel il prend part à bord de l’Auto Union Type C à carénage aérodynamique, il atteint en ligne droite la vitesse de 380 km/h, ce qui, aujourd’hui encore, reste une prouesse quand on sait que cela se déroulait sur une autoroute à deux bandes de circulation formée de dalles de béton.

  • Alors qu’il tente de battre le record du monde de vitesse sur l’autoroute Francfort-Darmstadt (l’actuelle A5), il devient le premier pilote à franchir le cap des 400 km/h sur une voie publique. Il décroche son ultime victoire le 2 octobre 1937, lors du Grand Prix de Donington, en Grande-Bretagne.
En 1937 il remporte le Grand Prix de Donington avec une Auto Union Type C.

Le 28 janvier 1938, une nouvelle tentative de battre le record du monde de vitesse sur l’autoroute Francfort-Darmstadt s’achève tragiquement lorsque Bernd Rosemeyer perd le contrôle de sa voiture à plus de 430 km/h à cause d’une violente rafale de vent. L’accident qui s’ensuit coûte la vie à celui qui est considéré comme l’un des plus talentueux pilotes de l’entre-deux-guerres et peut-être même de tous les temps.

(1) Attention en comparant les anciens temps au tour avec ceux de maintenant. Jusqu’à l’avènement du circuit moderne de F1 au Nürburgring, la célébrissime « Nordschleife » (« Boucle nord ») comportait, en plus du tracé actuel, la fin de la longue ligne droite entre les stands et le Sport Hotel sous la tribune principale, un grand virage (la « tête de pipe ») et une ligne droite de retour derrière les stands. Une belle distance de 2,290 km qui s’ajoutait à la « Nordschleife » d’aujourd’hui !

Source : Audi

Un document filmé d’époque montre Bernd Rosemeyer au volant de l’Auto Union lors de la Coppa Acerbo 1937 et le Grand Prix de Donington 1937...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.