Le Citroën Jumble 2017 à Bokrijk

Guy Gysemberg    2017-05-17 12:42:53   

C’est dans le superbe domaine de Bokrijk que l’Amicale Belge des Clubs Citroën (ABCC) a organisé le Jumble Citroën de cette année. C’est en quelque sorte la nationale belge des Citroën.

© ABCC

L’ABCC regroupe plusieurs clubs Citroën et Panhard de Belgique. C’est elle qui en 1998 organisa le 11ème ICCCR dans le domaine provincial de Chevetogne. De là est venue l’idée d’organiser chaque année une rencontre des clubs Citroën .

Cette année, c’est le domaine provincial de Bokrijk qui fut choisi. Ce domaine est une ancienne propriété de l’abbaye d’Herckenrode, ce domaine aménagé autour d’un château de la fin du XIXème siècle, s’étend sur 550 ha dont 150 ha de bois et 40 ha d’étangs.

Sous l’impulsion de l’ancien gouverneur du Limbourg Louis Roppe c’est devenu un écomusée rassemblant d’anciennes maisons paysannes avec des animations assurées par des personnages d’époque.

Cette édition du Jumble fut un beau succès avec une belle affluence et un certain éclectisme dans les modèles de la marque. Ce sont un peu moins de 600 Citroën venues principalement de Belgique et des Pays-bas que nous pouvions admirer.

Les quasi 70 ans de la marque étaient couverts avec des véhicules allant de 1919 à nos jours puisque Citroën Belgique exposait ces toutes nouvelles C3.

Mais parcourons les allées pour découvrir ces beautés. Nous voici d’abord parmi les 2cv venues en nombre avec même quelques spéciales.

Très bel alignement de 2cv

Nous ne savons pas où donner des yeux, ici un très bel exemplaire à l’ancienne calandre, d’avant 1960 donc, et là une belle orange de la seconde moitié des années 70 que l’on reconnait à ses phares rectangulaires.

2cv à l’ancienne calandre, magnifiquement restaurée
2cv de la seconde moitié des années 70 à phares rectangulaires

La 2cv s’est toujours bien prêtée aux transformations des plus originales. nous croisons d’abord une customisation complète très bien réalisée et dans un état plus que parfait. Plus loin c’est un autre cabriolet de type Azelle à la décoration flamboyante.

Des formes étonnantes pour une 2cv, mais une très belle réalisation
2cv Azelle

Deux amateurs néerlandais avaient fait le déplacement, chacun avec un rare exemplaire de la Citroën M35. Cette voiture sortie en 1969, était conçue sur la base de l’Ami 8.Il s’agissait d’un prototype livré pour test de fiabilité à quelques clients triés sur le volet. Le moteur Comobil était un moteur de type Wankel mono-rotor étudié par la filiale Citroën-NSU COMOTOR. Autre spécificité, la M35 était dotée d’une suspension hydropneumatique . Les études menées sur ce prototype aboutirent à la commercialisation de la GS Birotor, comme voiture de série cette fois.

Deux très belles et très rares Citroën M35
Le moteur de la GS Birotor

Ce ne serait pas une vraie rencontre Citroën s’il n’y avait pas les Tractions et DS. Il est vrai que ces deux modèles, avec la 2cv sont emblématiques de la marque. Lorsque la Traction sort en 1934 elle révolutionne le monde le l’automobile par ces nouveautés. En effet en plus du mode de transmission, elle possède une structure monocoque, des freins hydrauliques et une suspension à roues indépendantes sur les 4 roues. Ce qui la rend toujours très populaire auprès des collectionneurs d’aujourd’hui.

Le coin des Tractions
Un très bel exemplaire de traction à la robe très "anglaise"

Un peu plus loin, un modèle particulier attire notre attention. Il s’agit d’une Rosengart Supertraction. Et c’est quoi une Supertraction ? Lucien Rosengart, un industriel français, fondateur de l’entreprise de la " Construction Automobile Rosengart ", avait négocié avec André Citroën la fourniture du moteur et autres éléments de la Traction 11 Citroën. La Supertraction est présentée le 16 mars 1939 au pavillon d’Amenonville. Sa ligne séduit et elle est considérée comme l’une des plus belles voitures françaises de l’année. Malheureusement la guerre arrêtera sa production, et les usines Rosengart ne s’en remettront jamais.

Supertraction Rosengart Coupé 1939

La DS et sa version simplifiée, est l’« attraction » du salon de l’automobile en 1955. Elle est dotée d’une ligne extrêmement audacieuse, qualifiée même de révolutionnaire. La DS comporte de nombreuses innovations techniques qui la démarquent du monde de l’automobile de son époque en Europe : suspension hydropneumatique, direction assistée, boîte de vitesses à commande hydraulique, freins à disque à l’avant, pivot de direction dans l’axe et, à partir des années 1968-1969, phares pivotants et introduction de l’électronique (moteur à injection). Innovation de sécurité importante : le volant de direction monobranche, conçu pour éviter de briser la cage thoracique du conducteur en cas de choc frontal violent.

De bien beaux modèles
Très classe ce cabriolet, vous ne trouvez pas ?

Parmi les plus récentes, nous trouverons ce beau des Visa dont ce beau cabriolet et une GTI et plus rare dans nos contrées l’’Oltcit. Fabriquée en Roumanie et développée en coopération avec Citroën en France dans les années 1980, ce véhicule a été étudié par Citroën pour remplacer l’Ami avant que Peugeot ait pris la décision de produire la Citroën Visa dérivée de la 104.

L’Oltcit a été vendue entre 1978 et 1994. Elle a été également vendue en Europe de l’Ouest en tant que Citroën Axel. Le nom de la voiture vient du nom de la rivière et du comté d’Olt en Roumanie, avec « cit » qui vient de l’abréviation de Citroën.

Citroën Visa Cabriolet
Oltcit
Citroën Visa GTI

Et nous finirons notre tour par le coin des anciennes

Une très belle Rosalie 8cv
A vous de choisir dans cette belle brochette d’avant guerre

Et je vous donne rendez-vous l’an prochain, en laissant le mot ou plutôt l’image de la fin à Citroën Belgique

© Guido Dries

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.