Legend Boucles @ Bastogne, dans le baquet de droite...

ERBE    2018-02-09 13:46:06   

LEGEND BOUCLES @ BASTOGNE 2018 : dans le baquet de droite avec René Beyers.


Cela faisait longtemps que je n’avais plus pris la plume sur ce très agréable site ( Pauline fais cela... tellement bien), alors qu’il y a quelques années, je le faisais après chaque épreuve …

Comme souvent, pour cette édition des Legend Boucles @ Bastogne, je co-pilotais Pierre Jamin dans la DAF 66 Marathon, préparée par Gérald Wintgens. Premier défi... ( nous sommes quand même un peu des « perturbés des neurones » ) nous décidons de nous inscrire dans la catégorie « Légendes » … !!!! alors qu’évidemment nous sommes la voiture la moins puissante de la catégorie.
Comme nous héritons du dernier numéro, le 90, nous sommes éloignés des « stars » de la catégorie… mais proche de ceux de la catégorie « Challenger » , ce qui me permettra de voir et converser avec mes copains Joseph Lambert et Chavan.

Le jeudi soir, grâce à une préparation minutieuse des documents, le contrôle administratif est passé en un clin d’œil… et le technique ne pose aucun problème. On peut donc rentrer dormir chez nous… Sauf que le lendemain matin, je râle un peu car, pour obtenir le « carnet de reconnaissance » il faut aller le chercher à Bastogne, alors que pour nous il serait plus court de reconnaitre Basse–Bodeux et Rahier avant de rejoindre Bastogne !!!!!!
( les GO, n’osent pas le mettre dans le sachet , sachant que quelques énergumènes en profiteraient pour « limer » les spéciales en dehors des heures autorisées et au mépris du respect des riverains).

Les « recos » se passent sans encombres et les prises de notes s’enchainent tout au long de la journée… sans même prendre de pause.

Ensuite c’est la mise au parc pour l’exposition des véhicules, qui comme chaque année depuis que l’on a rejoint Bastogne, attire une foule incroyable ( plus importante que les 25 dernières années à Spa ).
Quand à nous, prévoyant que les repas des 2 prochains jours seront plutôt « légers », nous nous installons confortablement « Chez Leo »… et puis je rentre chez les amis qui m’hébergent afin de terminer de recopier les notes au net et visionner les RT du dimanche, en jetant un œil sur les notes (bien faites) fournies par les organisateurs.

Après une nuit bien calme mais oh combien réparatrice, direction notre point d’assistance ou après conciliabule, nous décidons de partir en pneus neige. Direction le marché couvert où la nouvelle organisation des pré départs fonctionne à merveille, évitant le « bazar » de l’an dernier et facilitant la vie de Pascal Collard, et son staff pour la mise en file des concurrents.

Le passage sur le podium, gratifié du sourire de Pascale Smets et puis direction la première RT Roumont … 9,79 km déjà bien grasse vu les 80 voitures ayant déjà allégrement mordus sur les bas-côtés.

STUPEUR : j’étrenne un nouveau casque, reçu la veille, cadeau pour mes 70 ans, et idiot ne l’ayant pas essayé... les attaches du Hans ne sont pas montées, heureusement pour la suivante je disposerai de celui de Claude Planchon, le temps que René et Jules, fassent le nécessaire au mien ( les pièces sont dans le fond de la boite. Nous nous offrons de temps en temps de grands travers que Pierre maitrise de main de maître. Même si je visionne quelquefois la route par la portière… et nous sommes crédités du 57 ème temps, laissant derrière nous 23 concurrents, dont Renaud Verreydt, Eric Vandepoele etc…( on suppose qu’ils ont des soucis ).

S’ensuit une longue liaison de 30km mais, il est tout à fait évident que c’est indispensable, vu les 270 voitures au départ.
On arrive donc à la spéciale « show du Château de Mirwart » ( 10,55 km ), cette spéciale me fait penser au « RAC rally » ou au « JOG » avec un incroyable public. La DAF souffre un peu de son manque de puissance dans les relances où les montées, ce qui ne nous empêche pas de freiner au « panneau trop tard », au raccordement du second tour… et l’on s’offre un tout droit ….jusqu’à un arbre (déjà), le temps d’enclencher la marche arrière et de repartir… on perd certainement une minute, et à la sortie de la RT, on s’offre un tout droit dans le pré… mais après le « Fly finish ». Comme Alexandre Peters et ses amis sont là… une petite poussette et ça repart...( cette fantaisie nous vaudra une photo dans le journal L’Avenir).

Bien sur notre temps s’en ressent, et nous réalisons le 64 ème temps. Le public extrèmement nombreux, mais qui quitte les lieux, nous pose un problème au niveau du temps imparti pour rejoindre l’assistance d’Arville, que nous devons oublier car nous n’avons que 3’ entre le « In » et le « out » ...( à revoir pour la première boucle ) ... Certains équipages s’arrêtent quand même, car les 10 premières minutes de pénalités ( par boucle ) sur le routier ne sont pas pénalisantes. Mais du coup nous sommes devant des BMW et Porsche pour les RT suivantes … mais finalement nous ne ralentirons jamais personne car nous ne serons jamais rattrapé !

Ensuite regroup à ST Hubert, pas beaucoup de public, contrairement aux années précédentes, où la famille Lambrette assure le « In » pour les femmes et le « Out » pour les « mecs »… Ensuite 23 km de routier pour rejoindre la RT 3, copie de la 1 , et pour une raison que je ne m’explique pas notre temps est moins bon et la 71ème place nous déçoit un peu.

On repart pour les 30 km vers le second passage à Mirwart où hélas nous allons rester 1h15 ‘ à attendre de pouvoir prendre le départ, suite à l’enlèvement de véhicules, de public mal situé, et de dépanneuse embourbée enfin bref quelque soit la raison c’est vraiment « TRES TRES TRES » long !! ( pas trop compris ?!? ).

Un 67éme temps et direction la RT 5 de Withimont 7,07 km, avec un CP auprès de Fabienne, au passage il faut remercier tous ces dévoués qui bravent le froid pour nous permettre de nous défouler, nous les « vieux fous ». Dans celle-ci nous sommes fier de notre 54ème temps, quand on voit ce que nous laissons derrière nous, BMW, Porsche, Healey, Toyota etc…

La RT6 de Hardigny de 14,11 km, avec une partie en terre devait nous convenir car la puissance est moins prépondérante, mais finalement ce n’est qu’avec un 64ème temps que nous clôturons cette première boucle, et une 61ème place au général ( un peu déçu je ne vous le cache pas ).

L’arrêt à l’assistance, faite de main de maitre par Gérald, René et Jules ( il étaient partout !! ) nous remet d’aplomb avec un potage et un excellent sandwich. Alors que Pierre décide de faire monter les pneus terre ( je n’avais pas le même avis, mais ce n’est pas moi qui pilote !! ). Une très longue liaison de 58 km dont 45 d’autoroute nous amène au départ de la RT 7 Chevron–Rahier ( 12,67 km ) avec du rapide et puis du très étroit en descente et en devers.

Mauvaise entame de mon pilote qui omet le 3 ème T gauche du départ, d’où marche arrière et grosse perte de temps, le reste se passe bien (les notes sont bonnes, jusqu’ à cette dernière épingle droite en devers où « un arbre indiscipliné » traverse la route juste devant la voiture… qui malheureusement est trop abîmée que pour pouvoir repartir.

Un groupe de courageux spectateurs nous dégagent et en roue libre, nous nous rangeons directement hors de la spéciale. De nombreux amis sont présents et nous proposent spontanément leur aide, mais notre assistance n’est pas loin et ç’est à la ficelle que je prendrai le volant pour conduire la voiture en lieu sur. Puis retour à Bastogne, pour reprendre ma voiture et rentrer à la maison car la déception est trop grande pour aller voir les copains le lendemain.
Désolé de ne pas vous avoir fait vivre la magnifique journée du dimanche.

P.S. : un avis personnel : je sais que certains critiquent le déménagement vers Bastogne… mais quel accueil, quel public, quel magnifique terrain de jeu, surtout que je suis certain que les possibilités de parcours sont nombreuses.
Bravo à Pierre Delettre, à Jean Caro et Eric Chapa et à toute leur équipe !

A 2019 … j’espère.

René Beyers

Photos : Dédé Gilbert - Tony Henssen - Michel Laboureur - Pascal Verheuge - Jérôme Deskeuvre - LPR Photography - Thibaud Destine - Michaël Dinon

Vos commentaires

  • Le 10 février à 11:56, par fraikin En réponse à : Legend Boucles @ Bastogne, dans le baquet de droite...

    chouette récit d’une belle (trop courte) aventure d’Homme : bravooo René !

  • Le 11 février à 09:17, par Ch. Baeten En réponse à : Legend Boucles @ Bastogne, dans le baquet de droite...

    Bravo René.

    Je rédige aussi toujours un petit compte-rendu après chaque épreuve, histoire de fixer les souvenirs. N’oublions quand-même pas qu’une voiture similaire (pas en tout point, mais bon ...) a remporté l’épreuve en 73. Dans le "mauvais" ou le "très gras" la Daf a une carte à jouer.
    Une question : "pneus terre". D’après le règlement seuls des pneus neige de contact peuvent être utilisés (avec la petite montagne et le flocon). Comment pouvez-vous rouler en pneus terre alors ?

    Cordialement,
    Ch. Baeten (autre mordu de Daf)

  • Le 13 février à 13:12, par Rouet Michel En réponse à : Legend Boucles @ Bastogne, dans le baquet de droite...

    Bonjour
    je me suis toujours intéressé aux petites cylindrées en VHC, et donc aussi aux DAF, 55, 66, Marathon etc. Si je me souviens bien DAF avait engagé en sont temps des 66 marathon avec des moteurs de R8 Gordini. C’était une possibilité.. Mais les bretelles de transmission n’étaient pas trop fiables à cette époque.. Pouvez-vous nous décrire en détail la préparation de votre jolie petite voiture ?Bien à vous, Michel

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.