Les Spa Six Hours, c’est aussi pour les avant-guerres ! (seconde partie)

Benoît Piette    2018-10-08 16:01:17   

Au gré des paddocks, on découvrait, tapi dans un coin des paddocks, un véritable nid de Bentley qui attendaient impatiemment leur tour pour faire gronder leurs six cylindres compressés...


Toutefois, mon attention a été attirée par un étrange véhicule datant de la même époque. Il s’agit d’une construction artisanale et plus précisément d’une Menasco Pirate de 1929. Elle est propulsée par un moteur Menasco.

La Menasco Motors Company of Burbank en Californie était une société de construction de moteurs d’avion et de trains d’atterrissage.

Fondée en 1926 par Albert S. (Al) Menasco , elle avait pour but initial de convertir et de mettre sur le marché civil le surplus de l’aviation militaire issu de la Grande Guerre, notamment les moteurs en étoile qui équipaient les avions de reconnaissance Salmson 2A2 utilisés par le corps expéditionnaire américain sur les champs de bataille en Europe.

Au fil du temps, la société évolue et à partir de 1929, elle produit ses propres moteurs. C’est ainsi qu’a été conçu le Pirate 4-A, un quatre cylindres en ligne inversé et refroidi par air.

D’une cylindrée de 5953 cm3, il développait au départ 90 ch. Ce moteur a été monté dans différents avions légers fabriqués dans les années 1930, notamment sur la version canadienne du célèbre biplan de Havilland DH.82C Tiger Moth.

Progressivement, sa puissance a augmenté avec les années, pour atteindre 134 ch. et même 150 ch. avec compresseur. Mais le moteur monté dans cette voiture est un des premiers de la lignée et n’atteint donc pas cette puissance.

Vu son refroidissement par air, il bénéficie d’une calandre toute particulière en forme d’écope qui a pour effet de canaliser l’air et le renvoyer avec force sur les cylindres. Vu sa filiation aéronautique, nous l’avons retrouvé au Flywheel Festival entre les mains expertes de Ewen Getley, un amateur de Bentley.

Lors de la course des Pre-War Sports Cars, qui présentait un panel assez unique de Bentley, Talbot, Alfa Romeo, Bugatti, Aston Martin, Alvis, Frazer Nash et Lagonda, notre Menasco Pirate (N° 22), avec Robin TULUIE au volant s’est comportée plus qu’honorablement.

Après avoir partagé la pole position avec l’Alvis Firefly 4.3 de Rudiger FRIEDRICHS (N° 8), elle a terminé deuxième au classement général à la vitesse moyenne de 124,1 km/h mais aussi première dans sa classe (Pre-War Special) et de son groupe (Gp 2).

Pour être complet, notons que Robin TULUIE a également effectué le tour le plus rapide en 3’13.847’’ à la moyenne de 130,1 km/h et que c’est aussi lui qui a été le plus rapide des engagés avec 173,9 km/h.

Malgré ces vitesses somme toute très raisonnables par rapport aux autres courses des Spa Six Hours, cette épreuve s’est avérée très intéressante : après une descente pied au plancher jusqu’à "l’Eau Rouge", ces vénérables autos gravissaient en grondant le "Raidillon" et atteignaient, essoufflées, les "Combes" avant d’enchaîner le "double gauche" et de virer et de s’éclater vers "Blanchimont".

GN Dragon Fly

Quant à la Chicane et l’Épingle de la "Source", elles se sont révélées être d’excellents arbitres : postés à cet endroit, les spectateurs ont pu comprendre que courir en Pre-War Sports Cars n’est pas de tout repos !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.