Passionnée de motos de course anciennes, interview de Sophie Smith...

Philippe Haulet    2009-11-17 14:05:23   


Questions - Réponses : Sophie Smith

>>Date de naissance : 1er novembre 1964, à Paris en France.

>>Etat civil : mariée au plus super des maris, TONY SMITH, rencontré à Madère en 2002 lors d’une course.

>>Etudes : Bac philo + 2 ans Lettres sup.

>>Enfant : aucun.

Motomag : La moto est-ce une passion ?

Sophie Smith : Ah oui ! La moto ancienne surtout et de course, plus particulièrement.
Depuis l’âge de 20 ans concernant les motos ; avant, c’était les voitures de course ! Fangio était mon idole ! C’ était l Alfetta 159 qui me plaisait beaucoup..

Motomag : Avez-vous d’autres idoles comme pilotes moto, pilotes d’hier ou d’aujourd’hui ?

Sophie Smith : Je n ai pas d’idole, il y a des personnalités qui m’ont marquée comme Jack Findlay ou Christian Vite.

Motomag : Aviez-vous l’occasion de partager ce rêve avec vos parents, votre famille ?

Sophie Smith : J ai un frère, qui ne partage pas cette passion avec moi, même s’il apprécie énormément.
Mes parents n’ont jamais vraiment voulu savoir, ma passion est un peu leur pire cauchemar.

>>Type de motos : les classiques sur la piste, speedaway, flat track.

Motomag : Quels sont les circuits que vous appréciez et que vous n’appréciez pas ?

Sophie Smith : Je les aime tous : Jerez, Ledenon, Salzbourg, Dijon... Je n’aime pas trop Carole à cause de l’environnement.

Motomag : La compétition moto est-elle votre activité principale ?

Sophie Smith : Non bien sûr. Il n’y a pas de professionnel en moto classique. Il s’agit de course d’amateurs et c’est bien comme ça.

Motomag : Comment concilier la pratique de la moto en compétition avec la vie familiale ?

Sophie Smith : J’ai un mari avec qui nous vivons de notre passion commune pour les motos anciennes de compétition. Speed is our business !

Motomag : La présence de votre mari dans le monde de la compétition moto, est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Sophie Smith : Un avantage absolument puisque c’est lui qui prépare ma moto et qui m’offre son expérience pour m’apprendre la course. Depuis que je le connais, je n’ai eu de cesse de m’améliorer. C’est une situation très intéressante et un sentiment très agréable.

Motomag : Votre point de vue sur le monde de la moto tel que vous le connaissez ?

Sophie Smith : J’ai une chance inouïe de pouvoir vivre ce que je vis. Combien de gens sont heureux dans ce qu’ils font ? Ma vie a changé lorsque j’ai rencontré Tony il y a 7 ans. Nous arrivons à concilier le travail et les courses.

Motomag : Avez-vous des capacités techniques ou mécaniques pour ouvrir un moteur et le remettre en état , par exemple ?

Sophie Smith : J’ai de bonnes notions générales, surtout concernant ma moto, mais je fais rarement de la mécanique. Trop risqué, je pourrais me casser un ongle !

Motomag : Je vous ai rencontrée à Francorchamps et à Chimay avec Phil Read. Que pensez-vous de lui comme pilote ?

Sophie Smith : One of the best, of course ! Unique.

Motomag : Combien de km parcourrez-vous en motorhome par an ?

Sophie Smith : Trop ! 45 000 !!! Ma maison principale c’est le motorhome ! Heureusement d’ailleurs que j’aime voyager.

Motomag : Accidents, Blessures ?

Sophie Smith : Rares et jamais suffisamment graves que pour aller à l’hôpital !

Motomag : Superstition ?

Sophie Smith : NON !

Motomag : Peur ?

Sophie Smith : Parfois mais c’est un sentiment qu’il faut apprendre à maîtriser ; avant une course il vaut mieux canaliser l’énergie et l’utiliser en donnant toute son audace pendant l’épreuve.

Motomag : Votre sentiment sur l’attitude des hommes vis-à-vis de vous ?

Sophie Smith : Depuis que je fais des résultats, ils me considèrent plus sérieusement. D’une manière générale ils sont très sympathiques et j’ai beaucoup de copains que j’adore. Parfois il arrive que dans une course, un pilote soit hostile au fait que je sois meilleure et une femme de surcroît ! Et de fait, une certaine agressivité pouvant être dangereuse se manifeste pendant la course. Dans ces cas là, je le remarque instantanément et je me dis « Courage fuyons ! » Ca me motive à aller plus vite…

Motomag : Quels sont vos meilleurs résultats ?

Sophie Smith : D’ avoir gagné des courses bien sûr, mais je n’en fais pas grand cas ; ça reste des courses de motos anciennes....

Motomag : Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

Sophie Smith : Pour moi les courses, c’est toujours un bon souvenir parce qu’ on retrouve les copains ! Et si j ai eu un peu de fil à retordre sur l’ épreuve, c’est sympa.

Motomag : Quels sont vos pires souvenirs ?

Sophie Smith : J’ en ai très peu concernant cette passion, mais un jour ma Ducati F1 a brûlé, je n ai rien pu faire. Elle a été détruite en 20 minutes.

Motomag : Avez-vous quelques anecdotes ?

Sophie Smith : Plein ! Une parmi tant d’autres :
L’ année où j ai commencé, je n’ avais pas un bon équipement. Lors d’ une course à Merignac, ma combinaison s’est fendue de la taille à l’entrejambe et derrière ! On était à 6 tours de la fin, je ne pensais qu’à une chose : ’QUI est derrière moi ?’
A l’arrivée, je n osais pas « sortir » de ma moto.

C’est ce qui s’appelle les aléas du sport moto...

Merci à Sophie Smith.

Philippe Haulet.

3 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.