Princesses, soleil, bonheur !

Bob d’Automag    2017-07-10 18:26:03   

18è Rallye des Princesses Richard Mille - 2017


Le soleil et la chaleur estivale ont marqué d’emblée cette première étape disputée au centre de la France. Pas moins de 90 équipages 100% féminins ont pris le départ sur la place Vendôme à Paris. Le Rallye des Princesses Richard Mille est le rendez-vous automobile incontournable pour les femmes passionnées, sportives, glam-chic !

Inspiré du légendaire "Paris – Saint Raphaël Féminin" et remis au goût du jour par Viviane Zaniroli depuis bientôt 20 ans, le Rallye des Princesses c’est 6 jours, 1.600 kilomètres, 5 étapes sur les plus belles routes de France entre Paris et Saint Tropez.

Etape 1 : La Ferrari prend la tête du peloton.

Dès la première étape, c’est la Ferrari 328 GTS (N°89) de Nadia Moreau et Valérie Dot qui prend la tête du classement avec 8 dixièmes de point d’avance sur la Mini Cooper N°70 de Marie-Christine Perin et Véronique Morel Lab. Novices sur l’épreuve mais habituées à la régularité, Véronique Castelain et Stéphanie Wante complètent le podium du premier jour à bord de leur Porsche 911.

Etape 2 : Espoirs envolés pour Mini Cooper.


La seconde étape va se révéler fertile en rebondissements sportifs à la veille d’aborder les cols alpestres et la montagne mythique vers l’Alpe d’Huez.
Les tenantes du titre, Marie-Christine Perin et Véronique Morel-Lab à bord de leur Mini Cooper vont faire une erreur d’attention et d’encodage de leur moyenne la première ZR du jour sera effectuée beaucoup trop vite et la Mini sera lourdement sanctionnée … les espoirs de podium s’envolent.

« Biche » is back !

Michèle Espinos-Petit, mieux connue sous le surnom « Biche » et copilote célèbre de Jean-Claude Andruet sur Alpine Renault et Lancia Stratos dans les années 70, navigue aujourd’hui Catherine Labbe sur une Alfa Roméo 2000 GTV. Le duo de choc s’adjuge d’ailleurs la première place de cette seconde étape.

Les belges Sandrine Heregots et Sophie Eykerman (DS 21) vont faire un sans faute dans la ZR6 sur le circuit de la Châtre. Il s’agissait de s’auto-réguler sur circuit et seul deux équipages parviendront à passer à zéro pénalité, France-Lise Lalbat et Marine Lalleval sur MGA auront l’avantage grâce à l’âge de la voiture.

La Zagato … une note trop loin !

Auteurs d’une troisième victoire en ZR dès l’entame de cette deuxième étape, Nicole et Elisa Laurent (Lancia Fulvia Sport Zagato n°37) espéraient se rapprocher du top 3 en fin de journée. Malheureusement, une faute de navigation leur coûta plus de 600 points dans la ZR7.

Cadeau de Fête des mères ! 


Ce jour de Fêtes des mères revêtait une importance particulière pour Nicole et sa fille Elisa Noémie Laurent (Lancia Fulvia Sport Zagato n°37) s’est offert la journée… presque parfaite. Victorieuses du premier et du 4e TR du jour, Nicole (74 ans et 12 participations) et Elisa (double lauréate en 2011 et 2012), la famille Laurent n’aura finalement été victime d’une seule petite erreur, lors du deuxième TR de la journée….

« Un chemin en terre raté. Un "quitté droite" pas évident à voir qui nous a fait accumuler les retards et les pénalités… », se désolait Elisa, pourtant plus habituée à manier le volant que les instruments de navigation. Leur 5e place au général ce soir à Saint-Aignan leur a pourtant rendu le sourire…

Etape 3 : Prendre de l’altitude.

Troisième étape du Rallye des Princesses, il est temps de prendre de l’altitude au terme de cette journée marathon de 430 kms. Dès l’aube les princesses vont sillonner le long de la Credogne, au cœur du parc de Levardois-Forez. Second exercice sportif dans le pays Mornantais avec des sensations assurées qui amèneront les voitures en Isère. Il faudra ensuite reprendre son souffle pour aborder les contreforts des Alpes par les hauts plateaux du Vercors avant de plonger vers Grenoble par les impressionnantes Gorges d’Engins et attaquer les 21 virages mythiques de la montée de l’Alpe d’Huez (1.860m) théâtre des plus belles passes d’armes dans l’histoire du Tour de France cycliste.

Premières chauffes moteur !

Retrouvant dans les Alpes un peu de fraicheur, les mécaniques de certaines Princesses ont pourtant commencé à souffrir… de la chaleur.
La montée sur le plateau du Vercors a nécessité quelques arrêts intempestifs en bord de route, capots ouverts afin de laisser refroidir les moteurs. Heureusement, la nuit passée dans la fraicheur en altitude permettra à ces belles mécaniques anciennes de se rétablir…

Suspense total au classement historic.

Alors que la mi-journée marquait également la mi-parcours de cet 18ème Rallye des Princesses Richard Mille, à l’arrivée, ce soir au sommet de l’Alpe d’Huez, seules deux unités séparent l’équipage de la Ferrari 328 n°89, Nadia Moreau et Valérie Dot, de la Porsche 911 n °81 de Véronique Castelain et Stéphanie Wante. Deux petites secondes de rien du tout à la veille d’une lourde alpestre menant à Mandelieu qui s’annonce palpitante. Mais à en croire les spécialistes, l’issue sportive de cette édition 2017 pourrait bien se décider lors de l’ultime matinée, jeudi, entre Cannes et Saint-Tropez !

Stéphanie Wante (Porsche n°80) « C’est très serré ! » 


« Pour nous qui avons l’habitude des autres épreuves, nous pouvons le confirmer : ce Rallye des Princesses Richard Mille est un magnifique rallye de régularité.
Pour nous tout se passe à merveille depuis le départ. Il y a juste une Ferrari qui nous devance obstinément depuis le départ et j’avoue que cela commence à nous énerver un peu… La course s’annonce très serrée jusqu’au bout. »

Etape 4 : les Cols de Princesses

Grimpettes à volonté, lacets, épingles et descentes vertigineuses étaient au programme de cette 4ème et avant dernière étape. Le Col de Vars a été exclusivement ouvert pour les Princesses afin de leur offrir une étape d’anthologie. Le road-book enchaîne tant de difficultés en une journée, ce qui souligne le niveau très sportif et très relevé de ce Rallye des princesses richard Mille. Rien n’est joué avant Saint-Tropez !

La fleur au bout du fusil

Arborant deux gigantesques marguerites de part et d’autre de l’habitacle de leur Ferrari 328 GTS, Nadia Moreau et Valérie Dot affichent clairement leurs couleurs. Le Team Total Car Performances qui regroupe plusieurs équipages du Rallye des Princesses Richard Mille anime la course par sa bonne humeur, mais également par ses performances. En tête depuis le premier jour de course, l’équipage de n°89 résiste parfaitement à la pression que ne manque pas de leur mettre leurs adversaires. Moins d’un point le premier soir, neuf le lendemain, deux hier : le moins que l’on puisse écrire c’est qu’elles tiennent bon : « Aujourd’hui, nous nous sommes offert un peu de répit » nous glisse Valérie Dot, pour qui les défis font partie du quotidien de la vie. « L’an dernier, alors que nous étions en tête à deux jours de l’arrivée, nous avons manqué une épingle et perdu tout espoir de victoire. Cela nous a servi de leçon, même si une trentaine de points d’avance, ce soir à Mandelieu est largement insuffisant pour nous reposer sur nos lauriers, cela nous donne un peu d’air… Je sais que la dernière matinée est toujours décisive. Et celle de demain, est annoncée comme particulièrement corsée… »

Etape 5 : la dernière vers Saint-Tropez !

Pour l’épilogue de cette 18e édition du Rallye des Princesses, les organisateurs avaient volontairement choisi de corser le bouquet final. Trois Tests de Régularité, tracés dans le pays de Grasse ont vite fait d’embaumer la matinée du doux parfum des rallyes.
Sur quelques spéciales mythiques du Rallye de Monte Carlo comme le col de Bleine
ou la montagne de Cheiron, les équipages toujours en lice pour la victoire finale ou une place sur le podium ont pu s’en donner à cœur joie…

Est-ce le stress d’une victoire qui leur tendait le bras, ou une simple distraction, dans tous les cas, Nadia Moreau et Valérie Dot (Ferrari 328 GTS n°89) ne méritaient certainement pas que le sort s’acharne une nouvelle fois sur elles. Tout comme l’année dernière, en tête de ce 18e Rallye des Princesses Richard Mille depuis le premier jour, l’équipage a manqué une intersection et écopé de 241 points de pénalité dans l’avant dernier TR du rallye… échouant finalement au pied du podium final.
Ceci ouvre évidemment la porte de la victoire de la Porsche de Véronique Castelain et Stéphanie Wante qui maintenaient la pression depuis quatre jours.

Stéphanie Wante (Porsche n°81) « Quelle bataille ! » 

« Véronique Castelain et moi étions venues pour la victoire. C’était notre premier Rallye des Princesses Richard Mille et nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre. Habituée des rallyes mixtes, nous avons découvert une épreuve de très haut niveau avec des compétitrices très affûtées. Ce fut une bagarre de tous les jours et franchement, il aura fallu un détail pour que la décision se fasse en notre faveur. Mais nous ne boudons pas notre plaisir. Nous avons été présentes tout au long des cinq étapes dans des décors extraordinaires et sur des routes incroyables. Merci à
l’organisation, et nous viendrons défendre ce titre l’année prochaine ! »

Quelle apothéose pour une semaine extraordinaire. Les Princesses peuvent être fières d’elles, cette édition comptera comme l’une des plus éprouvantes de son histoire. Les filles ont avalé les kilomètres et les difficultés semées sur le parcours avec enthousiasme et force de caractère. Cinq jours de course sous un soleil permanent, sportivement le rallye a été indécis jusqu’au bout livrant son verdict à quelques kilomètres du finish.

Le rendez-vous est déjà à fixé pour l’an prochain du 2 au 7 juin !

Bob d’Automag

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.