Régularité sur les délicieuses Routes d’Auvergne.

Daniel Pigeolet    2006-07-01 11:25:00   

Dans le baquet de droite ...

Les Routes d’Auvergne - 9 & 10 juin 2006.


1er juin, coup de fil de Jean-Pol Zannier. JPZ est titulaire du Motor Club Eau Blanche Eau Noire à Chimay et roule souvent en France, dans le cadre du Challenge national ADERH. Nous nous connaissons depuis pas mal de temps, sans jamais avoir concrétisé une collaboration en rallye.
- "Es-tu libre le week-end des 9 et 10 juin, je cherche un co-pilote pour les Routes d’Auvergne ?" Malgré la préparation du Wallonie Classic Tour, la réflexion sera rapide : "oui, d’accord".

Le centre névralgique est Châtelguyon, près de Clermont Ferrand, à quand même 600km de Chimay, nous décidons de partir le jeudi matin, pour être frais le vendredi, 1er jour de course.

Jeudi matin, je découvre enfin la "bête de rallye", une rutilante Alfa Roméo 1750 Bertone qui respire la propreté et la bonne santé. Il vaut mieux, car nous partons par la route avec ce véhicule. La journée s’annonce belle et chaude.

Chimay, Troyes, Nevers, Châtelguyon, rien que de belles nationales qui permettent de découvrir une belle France, parfois profonde. Après neuf heures de route et quelques rafraîchissements, nous arrivons dans une petite bourgade réputée pour ses cures, comme Vichy toute proche. L’hôtel qui nous attend est "Le Splendide". Il l’est vraiment, mais d’un autre âge.
C’est déjà l’occasion de faire plus ample connaissance avec quelques Nordistes déjà présents. L’ambiance est très bonne. A première vue, nous sommes les seuls Belges engagés.

Voici le timing du rallye :

Vendredi
- 12h00 : accueil et formalités sur le Circuit de Charade
- 14h00-17h00 : essais et régularité sur le circuit (jamais fait et nous ne savons pas en quoi cela consiste)
- 17h00-18h00 : 2è étape, Charade-Puy de Dôme
- 18h15-22h00 : visite du Puy de Dôme et repas à Vulcania, musée des volcans
- 22h00-23h00 : 3è étape de nuit, avec retour enfin à Châtelguyon

Samedi
- 8h30-10H45 : 4è étape Châtelguyon-Thiers (capitale du couteau)
- 10h45-12h00 : 5è étape Thiers-Vichy, avec repas au Casino
- 14h00-14h40 : liaison vers Lapalisse (oui, oui c’est bien lui et son magnifique château)
- 14h40-16h20 : 6è étape Lapalisse-St Pourçain sur Sioule
- 16h20-17h20 : visite des caves de St Pourçain
- 17h20-19h20 : 7è et dernière étape, retour à Châtelguyion

Vous voyez qu’après ce long préambule, il n’y a pas de quoi s’ennuyer et qu’il est temps de partir sur la route.

Vendredi 9-10h00, en route vers :

le Circuit de Charade

On patauge un peu dans la banlieue de Clermont-Ferrand, mais à 11h00, nous sommes en place pour découvrir ce circuit mythique des années 60/70. Réputé pour être "LE JUGE DE PAIX" il a vu défiler les plus grands champions de l’époque et même les F1. Tracé sur un terrain très vallonné, les virages sont à la fois quelque peu rapide, parfois en épingle, après une longue descente. Gare aux freins, car le circuit a très peu de dégagements et surtout de beaux murs de béton ceinturent le tracé. Je puis vous dire que les gros cœurs sont à la fête. Imaginez-vous un peloton de F1 ou de R8 Gordini de la Coupe, descendre à fond, pour une freinage démentiel. Ayant parlé avec un témoin de l’époque, il me dit : " au 1er freinage, la meute encore compacte, arrivait comme une ruche bourdonnante. Puis quelques coups de freins, de la poussière, beaucoup de poussière, du bruit. Il fallait attendre que la clarté réapparaisse pour voir qui était dans le mur ou sur le toit ".

Quelques Lotus Elise tournent, une belle Porsche et une Lancia Monte Carlo, stricte d’origine. Elle ne va pas mal du tout. Pourtant, vu de l’extérieur, le pilote et son casque ne sont pas de "1ère fraîcheur". A son retour aux stands, suite à une surchauffe moteur, il est vrai que ce Monsieur doit approcher les 80 ans.

A 14h00, il est temps d’enfiler nos casques et de faire notre ½ heure d’entraînement, par séries de 26 voitures. Le circuit est encore plus impressionnant vu de l’intérieur de la voiture, avec les autres concurrents qui vous ceinturent littéralement. Côté régularité, vous devez donner un temps de référence au tour, temps que vous devrez approcher les plus possible pendant 5 tours chronométrés. Lors de la deuxième ½ heure officielle, notre pénalité sera de 8 points, soit 8" en 5 tours. Pas mal, pour des néophytes. Et encore, un tour fait avec 6" de retard, aurait pu être décompté. " Allez Jean-Pol, un dernier tour. Les passages aux intermédiaires sont tous bons ". A 30 mètres de l’arrivée... Jean-Pol rentre aux stands ??? " J’en ai marre, j’arrête" . Dommage, car avec 2 points, nous aurions été 2è, avec 8 points, nous sommes 12ès sur 53 voitures. Pas mal pour des novices.

C’est avec grand plaisir que nous regardons tourner l’autre série, avec quelques belles voitures, dont tenez-vous bien, 2 Ford GT 40, 3 Ferrari, 1 Maserati et une Lancia sortie tout droit des Mille Miglia. Quel bruit, sur ce circuit tout en résonance.

Il est temps maintenant de démarrer le rallye proprement dit :

Etape 2 : Charade - Puy de Dôme.

Coup d’œil sur les premiers au départ, nous partons en fléché traditionnel et ensuite des notes littéraires, qui feront pas mal de dégâts. Mais n’anticipons pas.
1ère constatation, il y a comme en Belgique, des zones 30 et 40 km/h.
Après 13 km de route sans difficultés, nous constatons que le trip donne une indication de distance très différente de celle de l’organisateur, qui précision du départ, a reconnu tout le rallye avec la même voiture, non équipée d’un appareil de mesure précis. C’est le compteur normal qui compte ?

Après 15 km, les premières joyeusetés commencent. Nous entrons dans un petit et fort coquet village où pas mal de monde nous accueille sympathiquement. Ne vous y fiez pas, car c’est le début de la débâcle pour les concurrents. Les notes littéraires sont là et les grosses difficultés avec. Du style " pas à gauche", "à gauche 2X", tout droit, à droite 6X... Le village sera retourné sous toutes les coutures, nous nous croiserons plusieurs fois, nous passerons 10 fois au même endroit et tout cela sous le sourire et les applaudissements des habitants. Faites cela en Belgique, après 10’ les gens bloquent la route et ¼ heure après, la Police boucle le village. Inutile de vous dire que le retard est vite conséquent. Lorsqu enfin nous sortons de la bourgade, par la bonne route, nous pensons avoir de la chance, beaucoup cherchent toujours. Après une vingtaine de kilomètres en campagne, sans souci, stupéfaction ! Nous revenons au même triple carrefour du début des notes littéraires... où des concurrents cherchent toujours la solution. Un des patelins traversés s’appelle d’ailleurs "La Miouze", tout un programme.
La suite ne sera plus qu’une formalité. L’arrivée de l’étape 2 au Puy de Dôme est superbe. Quelle vue !
Après une petite liaison, nous atteignons Vulcano, un parc didactique sur les volcans.

3è étape : Vulcano-Châtelguyon

Il est 22h00 et il fait nuit noire. Après 2,5 km de fléché, nous commençons 6 km d’arêtes de poisson... pour la traversée de deux villages, toujours sous les applaudissements des habitants. L’arête de poisson n’est déjà pas facile de jour, alors de nuit ! Surtout qu’en France, les panneaux "cul de sac" sont rares et remplacés par une plaque de rue "Impasse de..."En plus, les routes nommées "Chemin de ..." sont considérées comme des murs, même s’il s’agit d’une route asphaltée dans un beau quartier de villas. Cela fait beaucoup a assimiler en vrac.
Là encore, après bien des demi-tours, une très petite rue en forte pente, entre 2 murs de maisons, aura raison de notre sagacité. C’est presque en convoi que nous sortirons enfin de ce sac de nœuds. Nous aurons encore le pilum d’Egaules, nom du village et la bouteille de Volvic, à ... Volvic, deux autres arêtes améliorées, mais gaies à faire.

Il est 23h21 lorsque nous pointons à Châtelguyon. 5 voitures sont arrivées avant nous. Allez, vite une petite bière et au dodo.

Samedi 10 - 8h00 :

Châtelguyon-Thiers, 4è étape

Après une nuit trop courte, nous nous apprêtons à passer une journée fort chaude dans l’Alfa n° 16.
Les 55 km qui nous mènent à Thiers sont en fléché non métré. Pas de problèmes à bord. Jean-Pol a bien dormi (hum, hum !!). Nous retournons encore deux villages, mais l’expérience aidant, nous nous jouerons facilement des pièges déposés çà et là sur le parcours, fort plaisant, au nord-est de Clermont-Ferrand.
Il est 10h30, nous faisons une halte de 30’ pendant laquelle il nous est servi charcuteries locales, foie gras et vin de Gaillac délicieusement frais. Il n’y pas à dire, ils savent recevoir ces Auvergnats.

Pour digérer le tout, rien de tel que la :

5è étape : Thiers-Vichy.

Après 12 km de fléché, il nous est remis deux cartes au 1/50000è, dont les routes // sont à éviter. A vous de trouver d’où vous partez et où vous devez arriver ? Entre les deux, c’est la débrouille pour tracer votre parcours initialement imaginé par les organisateurs. Le tout en RT, bien sûr. Une petite encoche peu visible sur la carte me piègera et nous fera perdre pas mal de minutes. Que nous digérerons en traversant les villes de St Yorre et Vichy où nous stationnons devant les Thermes et sa magnifique place. Les souvenirs du Rallye du Centenaire (voir article), il y a juste un an, reviennent.

Après un excellent repas au Casino du Centre ville, liaison jusqu’au château du Marquis de Lapalisse où commence la :

6è étape : Lapalisse-Saint Pourçain sur Sioule

Le court fléché du départ est subitement remplacé par le "cartomino". Késako ? De petites cartes disposées en dominos doivent être assemblées selon la logique des dominos. Toutefois, le raccord d’une carte à l’autre n’est pas nécessairement exact. Il peut y avoir plusieurs kilomètres entre la sortie d’un domino et l’entrée de son correspondant. Marrant. Cà va ? Vous saisissez ? Viennent s’ajouter en bas de page, quatre signes de fléché non-métré, que personne n’utilisera, puisque les dernier domino nous renvoie à une autre page. Compliqué tout çà, mais fun, je vous l’assure. Suivra la montée au pigeonnier, sorte de fléché allemand très comique.

A Saint Pourçain, le temps est magnifique et très très chaud. Les organisateurs ont eu l’excellente idée de nous faire visiter les caves du coin. Leur fraîcheur et le liquide que l’on peut y déguster sont les bienvenus. Ce fut une ½ heure mise à profit pour nous requinquer avant la dernière étape qui ne sera plus qu’une simple formalité ; Le retour à Châtelguyon se faisant en fléché normal. Fort heureusement, car hommes et machines sont harassés par la chaleur et les 450km de routes tortueuses.

Samedi 19h00, à peine le temps de se doucher et hop ! à l’apéro et souper remise des prix qui durera jusqu’à 01h30 du matin. Non pas que le classement traîne, mais bien les commentaires ou anecdotes sur chaque équipage. Vous aurez sûrement remarqué que jusqu’à présent, je ne vous ai pas donné de classement. Eh bien, il n’y en a pas. En France, pour couper court à toute réclamation, à toute stimulation néfaste à la convivialité, pas de classement intermédiaire. Le classement final est quand à lui, connu lors de la remise des prix... qui débute par le dernier. Pour les meilleurs, le stress est terrible.

Signalons néanmoins la belle victoire de Benoît COUSIN, associé à notre national Jean-Pierre VEYS, sur Porsche Carrera. Pour notre part, la 9è place est synonyme de satisfaction, vu le manque d’expérience des astuces "à la française".

Je ne peux que vous encourager à y goûter, car le rapport qualité/amusement/prix est imbattable.

A bientôt et bonne route des vacances.

Daniel Pigeolet

Vos commentaires

  • Le 9 février 2007 à 07:44 En réponse à : Régularité sur les délicieuses Routes d’Auvergne.

    Bonjour, magnifique article !!!....en tant que president du club auto passion 63, qui organisent les Routes d Auvergne, je tiens a vous remercier pour la qualité de votre article.
    Au plaisir de vous revoir !!..sur nos belles routes d auvergne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.