Automag







Salon Techno Classica à Essen, un endroit incontournable !




mercredi 19 avril 2017, par Dimitri Haulet, Philippe Haulet

Avec le printemps, la montée de sève, les premiers rayons de soleil, la vie reprend et c’est bien agréable après ces longs mois d’hibernation.

En plus de ce beau temps à nos portes, l’envie de voir et d’acheter de belles mécaniques refait surface.


Partager l'article:

Quoi de mieux qu’Essen et le Techno Classica pour concrétiser ce rêve !

Pour les youngs et oldtimers, ce salon est le plus beau et le plus grand d’Europe, voire du monde.



Sans cesse, je répéterai que c’est un endroit incontournable,

à visiter au moins une fois dans sa vie pour tous les amoureux d’anciennes mécaniques mais aussi pour les nostalgiques de ces belles années.



Les travaux en cours lors de notre visite en décembre ( Motorshow ) ne sont pas encore terminés mais avancent rapidement. Ils permettront quelques palais supplémentaires.

Que me réserve cette édition 2017 ?

Je suppose peu de surprise car le salon est déjà au Top.



Petit plus pour cette édition, deux palais supplémentaires ouvrent leurs portes au Techno Classica. Bienvenue aux palais 13 et 14.

:-)


Arpenter ce salon, c’est à la fois un rêve et un cauchemar.

S’il est facile de tomber sous le charme d’une belle mécanique qui vous fait les phares doux, la réalité reprend vite le dessus à la lecture du prix !





Je me souviens d’une époque pas si lointaine où il m’était possible d’acheter une belle mécanique source de plaisir et de rêve.

Aujourd’hui, je ne peux trouver chaussure à mon pied. Enfin des vraies chaussures au look rétro, oui.



Mais pour les voitures…, c’est non.

J’examine une superbe BMW M3 E30,

en état concours, un travail complet et de très haut niveau.

Affichée à 85000€, je me rabats sur sa voisine proposée à 90000€. Quand je vous dis qu’une M3 E30 est une valeur sûre !





Je mène une petite enquête sur les prix des voitures, la moins chère et la plus chère du salon.

Je ne vous parle pas des prix non révélés, ’sur demande’ comme ils disent. La pudeur de certains vendeurs ne leur permet pas d’afficher certains prix indécents pratiqués !

Et donc, les résultats.

La moins chère est une Toyota Starlet de 1986, 1000cc, affichée à 2500€. À l’opposé, une Ferrari 288 GTO, 1000x plus chère…, 2.500.000€ !

Une fois de plus, je ne peux que vanter, louer, glorifier ce salon

qui allie qualité, quantité, diversité, rareté. C’est un moment unique à partager en famille mais surtout entre passionnés.



Comme souvent, j’y rêve mais sans pouvoir le concrétiser.

Heureusement, je le touche du bout des pieds en parcourant ses allées.

Dimitri Haulet.


Nos photos.


Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2012 Privacy Policy Terms Of Use