Spring Roads 2016 : Pur et dur !

Raymond Collignon    2016-04-19 19:32:04   

Classic Spring Roads Rally 2016 2 et 3 avril 2016


Willy Lux et Robert Rorife, voilà une équipe expérimentée qui ne craint pas d’innover, même quelque fois en bousculant le ronron des veilles habitudes.
En ces temps réglementés à la limite du puritain encore oser organiser un vrai rallye sur routes ouvertes en secret avec étapes à la seconde et tests de régularité musclés, il faut encore oser le faire !
Le défi est encore plus réussi quand on arrive à faire rouler tous ces sportifs sans gêner les riverains campagnards toujours plus attentifs au respect de leurs égoïstes quiétudes.

Une quarantaine de voiture au départ.

Réparties en trois catégories, une quarantaine de voiture sont au départ. Les « Tourings » pour la balade sportive, les « Classics » pour de la vraie régularité à moyennes contrôlées et les « Experts » pimentant les choses par une pincée complémentaire de navigation à la carte, quelques pièges et une étape de nuit d’anthologie…
On retrouve quelques « bons » dans chaque catégories : Noelenders, Paisse, Baugnez, Van Peer, en classic, Holvoet, Delhez, Deflandre épaulés des Vanoverschelde, Moors, Lambert et autres Lienne en « Expert »…

Cela démarre fort…

Cela démarre fort, le rallye file vers Hockay et sa spéciale bien connue. C’est bien mal connaître Rorife de croire qu’il va se contenter d’un copié-collé des boucles, dès le premier kilomètre on s’enfile une route de terre quasi inconnue de tous ! Et sans répit le rallye file vers Stavelot, et la province de Luxembourg puis le Grand Duché.

Arnaud et Julien PAISSE 4è en "Classic"

Grand- Duché de Luxembourg tout à la carte !

Pour satisfaire les policiers luxembourgeois, peu enclins à sourire en voyant de veille pétaradantes déranger leurs vaches, Robert a tracé les étapes luxembourgeoises uniquement à la carte de contrôle horaire en contrôle horaire. Pour certains, c’est déjà la Bérézina, on hésite, on se croise, on se suit, on se trompe…
Dans ces conditions, cela finit par rouler à bon train et le but n’est pas atteint… encore aujourd’hui les vaches du coin plus habituées au train dont nous longions la voie, n’en reviennent toujours pas !

Belgique… spéciales à la seconde.

Dans la belle Belgique, quelques spéciales à la seconde nous attendent. On prend vraiment son pied sur les petites routes forestières le but étant d’arriver au bout dans un temps donné à la seconde. Les pilotes commencent vraiment à s’amuser les équipiers aussi car la plupart de ces épreuves sont « à la carte » !...

Après une longue boucle de 500kms retour vers Verviers.

Les anglais Godfrey-Godfrey sur leur Escort MKI

La journée est très longue… près de 500 kms pour les classics avant de revenir à Verviers. La fin est géniale, de plus en plus dure : terre, routes tortueuses, pièges, décomposés pour passer de Bertrix à l’ Aérospace puis passer par Nassogne, Werpin, Fanzel et enfin Lorcé un retour aux sources…

Noelanders - Derochelée dominent en Classic, les Experts font la nuit.

Des classements ont été publiés à chaque arrêt grâce aux prises de temps par Tripy. Les meilleurs dominent. Noelanders et Derochelée en Classic avec leur belle et sauvage Volvo PV 444 alors qu’en « Experts » la lutte est serrée jusqu’au bout mais ils doivent encore en découdre pendant la nuit. Ils se paieront la totale : cartes à tracer, fléchés non métrés etc pour regagner seulement l’hôtel à minuit.

Noelanders / Derochelée avec leur belle et sauvage Volvo PV 444

C’est la Toyota de Holvoet - Vanoverschelde qui domine largement cette catégorie. Delhez Moors, Deflandre, suivent avec quelques galères. Joseph Lambert reconnait : « Cela devient dur pour mes vieux yeux mais c’est un beau rallye, très fatigant qui rappelle la grande époque ! »

Dimanche cerise sur le gâteau dans le Far-East…

Les meilleurs l’on remporté Holvoet / Vanoverschelde en « Experts »

Le Far East de la Belgique est un terrain de jeu merveilleux. Encore peu peuplée, cette région permet de rouler des kilomètres en forêts sans pratiquement traverser un village. Notre BMW 2002 Automag, enfin en forme, est positionnée en milieu de classement. Dès le petit matin, on file vers Sourbrodt et Elselborn où les grandes spéciales nous attendent.
Là on se rappelle les défuntes « Douze Heures de l’Est » : Witzfeld, Murringen, Hondsfeld, Moderscheid, Bütchenbach autant de noms germaniques qui sentent pourtant si bon la Belgique !

La BMW 2002 Automag terminera 10è en "Classic"

Tourniquets dans les Forêts de l’Eifel…

Robert Rorife nous fait tourniquer dans les plus belles forêts à y perdre la… boussole ! Il y a des carrefours où on passe deux fois sinon trois sur des belles routes de terre, de flaques et flaques, c’est un véritable plaisir ! En sortant de Bütgenbach, nous retrouvons la francophonie à Ondenval où le rallye se termine en apothéose : pièges, glissades, pieds dedans et hurlements des Weber… jusqu’au piège final !

Delhez / Moors Escort MKI

Un formidable rallye pur et dur !

Godfrey Mark & Susan, 1ers en "Classic"

Formidable rallye à l’ancienne, ce Classic Spring Roads valait le détour. Les meilleurs l’on remporté Holvoet - Vanoverschelde en « Experts » et les anglais Godfrey-Godfrey sur leur Escort en « Classic » en profitant d’une panne malheureuse à cinq kilomètres de l’arrivée de la Volvo de Noelanders.
Nos amis anglais méritent cette victoire à marquer d’une pierre blanche. Sans que cela ne soit vraiment comparable, ils succèdent ainsi à Tony Pond … qui gagna les Boucles de Spa avec sa TR7 V8 en …1977  !

En « Touring », c’est la Volvo 123 GT de De Paep/ Bellis qui s’impose dans une catégorie qui ne porta de promenade que le nom…

La Volvo 123 GT de De Paep/ Bellis qui s’impose dans une catégorie qui ne porta de promenade que le nom "Touring".

Changer la date ?

Organiser un rallye pendant les vacances de Pâques, ce n’est peut-être pas la meilleure idée ! Willy Lux et son comparse Rorife auraient souhaité plus de monde au départ, ils ont parlé de le reporter à l’automne l’année prochaine. Pourquoi pas… ?
« Automn’s Road », cela sonne bien aussi, mais qu’ils n’en changent surtout pas l’Esprit, un rallye comme celui-là mérite d’exister encore pour longtemps !

Raymond Collignon.


Galerie photo de Eddy Coppée

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.