Subaru BRZ.

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2017-11-30 10:39:48   

De ses fonds de tiroir, Subaru sort une recette à l’ancienne et nous propose une sportive d’antan.

Bien loin des standards actuels qui font la part belle à la ‘sur-connectivité’, aux assistances de toutes sortes, … cette BRZ nage à contre-courant.




Mais sommes-nous prêts à faire marche arrière pour en revenir aux fondamentaux de la conduite ?

Look.

Présentée en 2012, cette BRZ reçoit une petite mise à jour. Le changement n’est pas énorme mais suffisant pour une cure de rajeunissement.

Sans révolution comme pour tout ‘facelift’, les phares, les boucliers, l’aileron sont revus et rendent son regard plus aguicheur !


Je me retrouve dans la plus pure tradition du coupé sportif : un long capot, une partie arrière bien coupée et terminée par un aileron ‘typé course’.

2 grosses sorties d’échappement ajoutent la touche racing au tableau de ce coupé BRZ.

Inside.

Installé bien bas dans le baquet de la BRZ, il me reste à ajuster le volant, régler les rétroviseurs et « Start the engine ».


Les touches Racing se trouvent çà et là : un beau pédalier alu facilitant le ’talon/pointe’, des commandes réduites à l’essentiel, un bon vrai levier mécanique de frein à main…


Un environnement sain, simple et efficace dédié au pilotage !

L’habitabilité aussi, est sportive. Pas simple de s’extraire de ces sièges baquets et que dire des places arrière qui offrent si peu d’espace aux jambes !


Engine.

Continuer à aligner un bloc atmosphérique alors que la presque totalité des voitures est équipée de turbos, c’est un pari osé !


Un moteur de 2,0L de cylindrée armé de 4 cylindres à plat (moteur Boxer) développant 205ch pour un couple de 211Nm, ça paraît peu face aux moteurs suralimentés qui permettent d’ignorer le haut du compte-tour. Un plaisir à l’ancienne que peu de conducteurs connaissent.

Sur la route.

C’est là que le charme de cette BRZ se révèle totalement !

Un retour de quelques années en arrière, une voiture simple et vivante, à conduire sans une assistance trop intrusive.

Il est vrai que piloter une propulsion sur les routes du Condroz en novembre se révèle un jeu fort agréable.


Je ne compte plus les petites ‘dérobades’ du train arrière qui peuvent surprendre au début mais qui vous greffent un sourire d’enfant quand le ‘truc’ est compris. 👶


L’ESP en mode ‘Sport’ est plus tolérant et accorde plus de plaisir au jeu.

Les aides à la conduite désactivées, je suis à bord d’un formidable engin à ‘glisser’ mais l’autobloquant vous signalera sa présence lors de vos ‘dérives’.

Cette Subaru BRZ est une voiture ‘jouet’. Elle procure ce petit frisson qui vous rend heureux quand vous la poussez dans les cordes.

Son châssis est bien affuté, le comportement sain et équilibré vous permet d’enchaîner les virages à allure soutenue.


La conduite en ville n’est pas son ‘trip’. L’assise relativement basse, le moteur peu coupleux et la boîte virile vous pousseront vite à changer d’air.

Malgré mes quelques envolées lyriques, cette BRZ se montre peu gourmande, avec une moyenne avoisinant les 8,7L/100km. Un plus quand tombe le décompte de carburant en fin de mois.

In fine !


Avec un prix inférieur à 33000€, cette BRZ offre la possibilité à un large public d’acheter un ‘joujou extra’.

Par contre, vous devrez revoir vos intentions quant au nombre d’enfants voulus dans votre couple. 😁

Les + :

- Look.
- Prix.
- Confort.
- Plaisir de conduite.

Les – :

- Habitabilité arrière.
- Couple moteur.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

Subaru BRZ.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.