VW Amarok

Dimitri Haulet, Philippe Haulet    2017-06-20 14:33:25   

Lancé fin 2016, l’Amarok subit un lifting afin de lui donner une seconde vie.

En cette période où les taxes sont de plus en plus élevées, le véhicule utilitaire est une excellente alternative aux véhicules traditionnels ou autres SUV, ce que les marques ont bien compris.

L’Amarok tient-il la gageure d’égaler un SUV ?




Lookée.

Que dire de ce beau bleu ?

Il impressionne par ses dimensions, son look un peu ‘west coast’, son grand arceau chromé, ses grosses jantes en 20’’, ses passages de roues élargis.

A croire qu’il sort tout droit de la salle de musculation !



Cette couleur offre une touche d’originalité dans le segment.

Il change du noir ou du gris que nous croisons à chaque coin de rue.

La bande LED sous les phares avant apporte une touche de modernité et affine le regard de l’Amarok.



La version d’essai est le niveau de finition ‘Aventura’.

Elle offre entre autres, une petite particularité qui me fait sourire : les marchepieds rétroéclairés par des LED.

Waouh, ça en jette quand vous déverrouillez la voiture dans le noir !

Et à l’intérieur ?

C’est là que la différence se marque par rapport à la concurrence.

C’est chic, voire très chic. La finition est à l’image de la gamme et ne souffre aucune critique !

L’équipement intérieur est clairement ‘premium’, le cuir nappa, la surpiqure, le pédalier alu, … J’en passe et des meilleurs.



Le GPS est clair et intuitif, la connectivité multimédia, simple.

Pas besoin de longs discours, la prise en main est rapide.

Les sièges avant ‘Ergo confort’ à réglage électrique offrent un maintien et une assise du plus haut niveau.

Le confort est par contre, plus sommaire aux places arrière. La banquette trop droite et un manque de place pour les jambes ne favorisent pas les longs trajets.



Autre petit détail chic pour un élément que notre regard croise souvent : le rétro intérieur.
Il est affiné. Oublions le gros pourtour plastique noir.

Anodin pour certains mais une touche ‘classe’ pour moi.



Sous le capot, pour la route.

Là aussi, quelle belle surprise que ce V6 3,0 TDi

offrant une sonorité plus mélodieuse que les traditionnels 4 cylindres !

Avec une puissance de 225 cv et 550 NM, il offre de la marge lors de vos dépassements.

Le moteur est ultra-coupleux et ce, dès les bas régimes.

La poussée est franche. Je ressens l’impression de me trouver au volant d’une super GTi, l’encombrement en plus !



Les sensations de vitesse et de puissance sont bien réelles. Il est vrai que la boîte de vitesse ZF 8 rapports fait merveille !

Son étagement est parfait, elle est à la fois douce et les rapports passent sans à-coups, un régal. Le binôme est simplement idéal.

De la petite route aux virages serrés en passant par l’autoroute, je suis enthousiasmé à chaque instant.

Cet Amarok est un monstre de puissance et il faut un temps d’adaptation pour en tirer la quintessence.

Le paysage défile rapidement et il n’est pas rare de devoir appuyer fortement sur la pédale de frein pour l’arrêter.



Il combat dans la catégorie ‘poids lourds’ et il ne faut pas être savant pour comprendre que l’on ne freine pas 2,3 tonnes comme une Polo…

L’amortissement est bon, un peu raide sur l’arrière à cause sans doute, des lames de ressort. Quatre amortisseurs indépendants le rendraient parfait.

J’avale des kilomètres à son volant et à aucun moment je n’ai le sentiment de conduire un ‘véhicule utilitaire’. J’éprouve à son volant, les sensations d’une voiture ‘normale’.

In fine !

Je suis séduit par cet Amarok

qui cumule les avantages du pick-up et de la voiture sans en avoir réellement les inconvénients.



Seul, un ‘léger’ encombrement le pénalisera en ville et dans les parkings souterrains.

« Pas graaaf », vous lui pardonnerez dès la route dégagée devant son interminable capot. Alors, le chant des six cylindres envahira vos oreilles et vous serez collé au siège.

Oui, l’Amarok a le niveau d’un SUV.

Donc, son prix est plus élevé que la majorité des concurrents.

Il faut bien une ‘petite’ ombre au tableau !

Les + :

- Le duo moteur/boîte.
- Finition.
- Confort sièges avant.
- Look.
- Insonorisation.

Les – :

- Prix.
- Confort aux places arrière.

Dimitri Haulet.

Nos photos.

VW Amarok.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.