La Statique de mai, ou comment revivre en anciennes…

Benoît Piette    2021-05-18 10:30:17   

Après des mois de confinement, nos autorités ont enfin permis les rassemblements d’ancêtres… pour autant que les procédures relatives à la distanciation physique et aux masques soient respectées !


C’est avec plaisir que j’ai appris par Étienne, le sympathique organisateur de la « Statique », que cet événement parrainé par l’AVAC aura bien lieu à la date prévue.

En effet, suivant les autorités communales de Montigny-le-Tilleul, tous les feux étaient au vert, ce qui a permis d'organiser ces retrouvailles entre amateurs d’anciennes.

Cette rencontre, c’est une occasion rêvée pour sortir son ancêtre préféré, histoire de lui faire faire quelques kilomètres…
Quoique, parmi les habitués, on retrouve quand même une Cadillac et une Triumph en provenance de Bellevaux près de Bouillon, soit à environ 100 km de Montigny-le-Tilleul ! 

Quant à cette édition, une météo favorable a permis à 57 voitures et une poignée de cyclomoteurs de se réunir en toute sécurité sur le vaste parking situé aux abords de l’Étang du Tilleul où quelques pêcheurs taquinent régulièrement la carpe…

Tous les genres de voitures étaient présents, de la discrète DAF en passant par les sportives Ferrari pour aboutir aux extravagantes américaines comme Buick ou Cadillac.

Toutefois, quelques pépites valaient le déplacement : il y avait notamment une Matra Jet.

Cette voiture a un passé assez tumultueux : dans les années 1950, Charles Deutsch et René Bonnet en association avec Panhard lancent les DB avec des carrosseries en polyester.

Ces berlinettes propulsées par le célèbre flat-twin de Panhard remportent de nombreuses victoires en compétition automobile, notamment aux 24 Heures du Mans, à Monte-Carlo, aux 12 Heures de Sebring.

Après sa séparation avec Charles Deutsch au début des années 1960, René Bonnet crée sa propre marque d’automobiles.

Ses voiturettes comme la Missile , la Le Mans et la Djet seront propulsées par des moteurs Renault Gordini dont les puissances vont de 70 à 80 ch.

La disposition centrale arrière du moteur de la Djet la rend très maniable et lui permet de se comporter plus qu’honorablement dans les diverses compétitions où elle est présente.

En 1962 , une version routière est proposée aux amateurs. Cette dernière reçoit un châssis-poutre à la place de son châssis multitubulaire (comme une certaine Maserati « Birdcage »).

Hélas, les ventes de ce modèle peinent et en 1964 , René Bonnet jette l’éponge au profit de Matra Sports son principal actionnaire.

Ce dernier poursuit l’évolution du modèle qui s’appellera à partir de 1966 « Jet ». Sa production continuera jusqu’en 1968. Un peu moins de 1700 exemplaires ont été construits. Elle sera remplacée par la Matra 530 .

Appelé « La Statique », ce rassemblement a lieu d’avril à octobre, tous les deuxièmes dimanches du mois de 10h00 à 13h00.
Lieu : Rue de Bomerée 320 à 6110 Montigny-le-Tilleul.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.